PISCINES MUNICIPALES : LES GRENOBLOIS VICTIMES des FERMETURES

« Les autres communes ont mis les moyens pour protéger les piscines publiques de la délinquance et de l’islamisme politique, pourquoi, nous, ne le faisons-nous pas » ? « avait demandé Alain Carignon a Éric Piolle au Conseil Municipal du 12 juillet. Présentant même un amendement proposant de « mettre en place un gardiennage spécifique renforcé comprenant un contrôle strict des entrées, la détection des objets métalliques et une surveillance renforcée des bassins avec une expulsion immédiate et définitive de tout fauteur de troubles ou qui ne respecte pas les règles d’hygiène imposées à tous… » Evidemment refusé par Piolle et ses amis. 

le 12 Juillet au Conseil Municipal, Alain Carignon avait proposé des mesures permettant de conserver les piscines ouvertes accessibles aux grenoblois.... refusé

LES DÉLINQUANTS DORMAIENT LE MATIN

Les grenoblois ont d’abord pu bénéficier des piscines publiques le matin, réputé calme quand les délinquants dorment encore. Mais l’après midi les bandes réveillées prenaient possession des bassins, s’affrontaient parfois violemment, reproduisant les luttes de territoire des quartiers ! Il fallait fuir. S’ajoutait à cela l’intrusion des islamistes politiques voulant imposer le Burkini auquel Eric Piolle fait sans scrupule les yeux doux pour glaner leurs suffrages face à Yannick Jadot. Toutes ces perturbations transformaient le séjour-détente à la piscine  en course d’obstacles à franchir pour se baigner. Nombre de grenoblois ont donc renoncé .

 

IL FAUT RÉSERVER 3 JOURS AVANT UN CRÉNEAU POUR SE BAIGNER

Au lieu d’affronter cette délinquance qui s’exprime à ciel ouvert, Éric Piolle a préféré pénaliser tous les autres. L’acte de se baigner qui pouvait être spontané, en fonction de la chaleur, de sa disponibilité, d’un besoin, dune impulsion, bref un plaisir est devenu un acte administratif à programmer…3 jours avant pour avoir une place.  Et par internet -éliminant tous les exclus du digital- sur un créneau défini lui aussi à l’avance. Merci qui ?

 

PIOLLE A DÉJA FERMÉ DEUX PISCINES

Une situation ubuesque dans une ville ou la municipalité a fermé deux piscines : celle des Iris à Villeneuve qui s’effondre et celle de Vaucanson qui en prend le chemin. Au passage notons que pour les travaux de Jean Bron Éric Piolle a eu la bonne idée de laisser abattre les très beaux arbres qui faisaient de cette piscine un ilot unique de respiration et de fraicheur si apprécié dans les périodes de canicule.

UN PLAN DE... FERMETURES DES PISCINES 

Comme le dit aussi Alain Carignon dans une vidéo tournée devant la piscine Vaucanson fermée, Éric Piolle avait promis un « plan piscine « aux grenoblois dans ses si nombreux « engagements » :   « les grenoblois n’avaient pas compris qu’il s’agissait d’un plan de fermeture de piscines «  ironise le Président du groupe d’opposition.

JAMAIS L'OFFRE DE BAIGNADE N'A ÉTÉ AUSSI RESTREINTE

Jamais dans l’histoire de Grenoble  l’offre de baignade pour les grenoblois n’aura été aussi réduite en étendue et en horaires que cet été 2021, après 7 ans de gestion des élus Rouge/Verts, discoureurs universels sur les dangers du réchauffement climatique. Cette effarante dichotomie entre les vantardises qu’Éric Piolle promène dans sa tournée triomphale, ses faux exploits  et cette si triste réalité finira bien par le faire exploser en vol.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *