DÉPLACEMENTS EN VÉLO : LA VÉRITÉ CACHÉE

« Le vélo représente 10,3 % des moyens de transport, soit deux points de moins qu’en région strasbourgeoise ». Il faut aller dans les petites lignes -comme dans les contrats d’assurance- pour découvrir que, non, dans le domaine du Vélo Piolle na pas hissé non plus Grenoble au premier rang. L’article de Antonin Aubry (Dl du 28/7/21) titre à nouveau sur « Grenoble toujours capitale du vélo… pour aller au travail ». Si on lit vite, on retient "capitale du vélo". 

CHAQUE SEGMENT N'EST GUÈRE INTÉRESSANT 

Un segment certes intéressant mais en matière de déplacements on raisonne surtout en part globale. Rarement par segment : pour les loisirs, pour les courses, pour les RDVS non professionnels.  N’a guère d’intérêt la part de personnes qui se rend à pieds ou en transports en communs au travail …. Ou pour ses autres déplacements.

AVEC UN AN DE RETARD : 10 % DES DÉPLACEMENTS 

Pour se rendre au travail la part modale des déplacements en vélo est de 17%, ce qui est un bon résultat.  Mais ce qui est le plus significatif et le plus important si on raisonne sur l’empreinte écologique des déplacements qui est l’objectif de faire reculer la voiture est bien de connaître la part de chacun. L’objectif que la municipalité Piolle avait claironné -et qui n’était pourtant pas ambitieux- était de parvenir à 10 % des déplacements en vélo en 2020. Nous y sommes donc avec un an de retard.

90 % DES DÉPLACEMENTS NE SE FONT PAS EN VÉLO....

Précisons que ça signifie que 90 % des déplacements s’effectuent autrement qu’à vélo. La part médiatique et de com’ des 10 % est totalement disproportionnée par rapport au 90 %...

LES RETARDS EN VOIES CYCLABLES ONT UN IMPACT...

La raison de cet échec relatif est certainement à trouver dans le fait que, malgré leurs rodomontades ils n’ont pas réalisé la moitié de ce qu’ils péroraient en matière de voies cyclables : 22 kms au lieu des 49 prévus ! Ce, pendant la période ou un autre sous-phare de l’humanité, Yann Mongaburu (Verts/Ades) dirigeait les opérations et pontifiait à souhait sur tous » les défis « qu’il relevait.  Ce retard considérable ne peut pas ne pas avoir eu d’impact sur la progression de l’usage du vélo.

... COMME UN SYSTÈME RIGIDE RÉSERVÉ à QUELQUES UNS

Comme leur usine à gaz en matière d’utilisation : contrairement aux autres villes il n’a pas été possible pendant très longtemps de prendre un vélo à un endroit, de le rendre à un autre. Interdisant toute cette utilisation d’impulsion qui peut se marier avec d’autres modes de déplacements dans la même journée suivant les besoins (avec ou sans paquet) suivant la météo (pluie ou pas). Pour Piolle c’était tout ou rien. Il fallait être un usager exclusif du vélo. Ce qu’il n’est évidemment pas lui-même avec sa tournée nationale de promotion personnelle tweetant même sur l’autoroute en étant en train de regarder un match à la TV  dans sa voiture. Tartuffe.

E. PIOLLE AVAIT REFUSÉ DE DONNER LE CHIFFRE

Mais ce qui était un secret d’Etat, n’avait pas été dévoilé pendant la campagne des élections municipales  malgré les demandes d’Alain Carignon -et pour cause- est révélé au hasard d’un article au creux de l’été. On se demande encore ce que le Grand Timonier a réussi à Grenoble ? Dans aucun de ses thèmes favoris pour la galerie, il ne peut afficher de résultats, comme si, il était définitivement réduit à un phraseur vide. 

B.BOER : "VOTRE CANDIDATURE N'EST PAS LÉGITIME"

"Pour nous votre candidature n'est pas légitime. Elle n'est pas justifiée par des résultats grenoblois exemplaires sur tous les plans, ni par une méthode de gestion qui serait un modèle pour la France, permettant de justifier une candidature du Maire de la ville. Au contraire » lui a lancé le 12 juillet dernier Brigitte Boer, Conseillère Municipale d’opposition. En effet. Les grenoblois attendent toujours, par comparaison avec les villes de même taille, de savoir dans quel domaine Eric Piolle aura mis la ville en tête?

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.