Place VICTOR HUGO: ILOT DE CHALEUR EN FORMATION

 

Ces arbres ont disparu de la place Victor Hugo. Toutes les explications du monde livrées par les zélès serviteurs d’Eric Piolle n’y changeront rien. Les tweets compulsifs d’un Fabien Malbet (Verts/FI) toujours prêt à justifier l'injustifiable non plus. La qualité des sols « perméables » particulièrement «écologiques » ne remplace pas les superbes sujet abattus.

REMPLACÉS PAR DES LAMPADAIRES !

Personne ne comprend pourquoi la rangée intérieure de ces arbres entre les murets  a été supprimée pour être remplacée par des… lampadaires. Créant ainsi une zone de chaleur intense, là, ou, auparavant les grenoblois goutaient une fraicheur relative sous les ombrages, assis sur des bancs. Ceux-ci sont remplacés par endroit par des bancs-lits, sans accoudoir ni dossier visiblement pas destinés à tout le monde.

L.LHEUREUX (Verts/FI) LA NOUVELLE L.COMPARAT 

Dans le "Dauphiné" (17/7/21) Charles Fandre a bien noté que "12 arbres ont été abattus et remplacés par 8" et reproduit l'incroyable com' municipale hors sol de Lucille Lheureux (Verts/FI) décidément déchainée selon laquelle la nouvelle place Victor Hugo permet "d'exercer notre citoyenneté" (!). A ce point on peut se poser des questions de savoir si elle n'est pas la nouvelle  Laurence Comparat du second mandat. 

 

ATTIRER LA POPULATION MARGINALE AU CENTRE VILLE

Il faut être d’un certain âge, d’une certaine éducation, avoir adopté un certain mode de vie pour s’allonger sur le banc d’une place publique d’un centre-ville. Sans compter la population marginale  que ce type d’installation appelle. Comme si on en manquait au centre ville. On ne sait pas définir exactement qui est attiré par ce mobilier, mais on sait quel type de grenoblois est éliminé.

Personne en tout cas de s’y posera en périodes caniculaires lesquelles  sont de plus en plus longues et intenses.

WC PUBLIC INUTILISABLE, MACADAM, MOBILIER PAR TERRE...

Evidemment, comme d’habitude, malgré un  budget élevé, la municipalité a mal fait son travail. il n’est pas fini. Les toilettes sont inutilisables comme souvent. Et un vilain macadam (revêtement écologique ?)  recouvre des plaies ouvertes sur le sol de la place. 

UN ESPACE DE RESPIRATION POUR TOUS LES USAGERS

Non seulement Eric Piolle a décidé seul de mettre fin au charme désuet, un peu suranné de la place Victor Hugo qui avait traversé les âges avec ses marronniers procurant un ombrage salvateur, mais ses choix n’ont pas tenu compte de la seule priorité à défendre : conserver un espace de respiration, de fraicheur pour tous les usagers, en particulier les personnes âgées pour lesquelles c’était un plaisir de venir s’asseoir sur les bancs de la place pour profiter du centre-ville. Elles venaient parfois de loin dans la ville. 

E.PIOLLE "HUMBLE et TERRE à TERRE " !

Mais la violence municipale s’exerce sans retenue. C’est pourquoi Eric Piolle se définit comme « humble et terre à terre » dans un appel ridicule qu’il a fait signer, y compris à des membres de sa famille et à des élus grenoblois primo-dépendants de Lui, pour faire nombre. Dans le genre une Adjointe (Verts) au Maire de Rouen, inconnue évidemment, se répand en tweets laudateurs "fière" d'avoir signé "l'appel" pour le modeste Grand Timonier : L.Slimani est une ancienne apparatchik PS et Piolle cherche à établir la confusion avec Leila Slimani, l'écrivain à succès. Certains peuvent confondre. Il aura tout fait.

PEUT ÊTRE SEULEMENT L'INCOMPÉTENCE ?

La réalisation de la place Victor Hugo relève bien de cette humilité proche du terrain ! On se demande ce qui prime dans Sa décision et le rendu final par rapport à tant de déclarations ronflantes sur le réchauffement climatique ?  Peut être tristement et seulement l’incompétence sur fond d'indifférence à la vie des autres ? Chez Piolle la folie de la com' emporte tout le reste.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *