G.NAMUR (Verts/FI): “les rats ne prolifèrent pas…”

 

« Les rats ne proliférent pas dans l'espace public, Grenoble est une ville haute en matière de propreté,  les corbeilles qui débordent sont ramassées dans la demie journée et  80 % des encombrants signalés sont enlevés dans les 24 heures » a péremptoirement déclaré Gilles Namur l’impayable Adjoint (Verts/FI) à la fraicheur, chargé de la propreté.

G.NAMUR ATTRIBUE LA MALPROPRETÉ AUX BEAUX JOURS

Il répondait au Conseil Municipal lundi dernier à Alain Carignon qui l’interpellait sur la saleté de la ville et lui proposait des mesures et … de l’aider. Sur les réseaux tous ceux qui vivent le réel ont laissé éclaté leur colère. Gilles Namur est cet Adjoint qui avait aussi attribué "aux beaux jours" les corbeilles qui débordent (mais sont ramassées dans la demie journée...) En effet les grenoblois qui sortaient à nouveau dans les jardins avaient l'outrecuidance de déposer leurs déchets dans les corbeilles  installées à cet effet ! 

"PLUSIEURS MOIS QUE ÇA DURE"

Mais pas de chance pour la municipalité. Le 15 juillet, deux jours après sa nouvelle péroraison sur les rats, alerté par le quartier Bouchayer-viallet, le « Dauphiné «  titrait « quelles solutions face aux rats en ville ? ». « Cela fait plusieurs mois que cela dure. On les voit passer le matin d’un espace vert à un autre » expliquent des riverains  au journaliste Charles Fandre  qui note lui-même : « Mario tient avec son frère la boutique Back2Memories, située au début de la rue des Arts et Métiers. Désabusé, il pointe du doigt l’amas de détritus qui entoure les bennes à quelques pas de l’entrée de sa boutique.

"VOILA CE QUI ATTIRE LES RATS" 

"Voilà ce qui aurait attiré les rats. « Il y a des problèmes très fréquents de ramassage de poubelles », explique-t-il. Guillaume Saint-Picq, gestionnaire locatif de plusieurs bâtiments de la rue, va dans le même sens. « De nouveaux locataires sont arrivés dans la résidence étudiante, mais on n’a pas eu plus de bennes à ordures. » (DL 15/7/21) 

G.NAMUR "GRENOBLE VILLE HAUTE EN PROPRETÉ" (!)

Mais Gilles Namur a trouvé un comité Théodule qui juge Grenoble parmi les villes hautes en matière de propreté. Les Rouge/verts ne s’occupent pas des problèmes mais de l’obtention des labels qui mobilisent tout leur temps. « Capitale verte »  en coupant les arbres et urbanisant les parcs, « amie des ainés «  en fermant une résidence de personnes âgées,  « ville citoyenne » en ne consultant personne sans oublier toutes les chartes signées, dont celle pour la promotion des femmes dans l’entreprise, en licenciant la seule femme directrice de SEM pour placer un copain etc… 

"GRENOBLE EST DEVENUE SALE"

En matière de propreté la réflexion de toute personne qui n’était pas revenue à Grenoble depuis longtemps, c’est « qu’est-ce que Grenoble est devenue sale ». Pas pour Gilles Namur. D’ailleurs il a précisé que les demandes de dératisation représentaient 0,8 % des réclamations. 0,8 de quoi ? De toutes les demandes adressées à la ville ? Peut il chiffrer tous ceux qui y renoncent sachant que ça ne sert à rien ? Une seule demande, celle de cette locataire de l’allée des frênes qui a trouvé un rat dans on lit ou bien de la place des Géants qui doit fermer ses fenêtres pendant cette période de chaleur ne suffit-elle pas pour agir ?  

lundi dernier au Conseil Municipal Alain Carignon a fait des propositions pou lutter contre la saleté de la ville: pour la municipalité la ville est propre

 

SANS PROPRETÉ LES RATS PROLIFÈRENT

Lorsque le 14 juin le Conseil Municipal a décidé que les surmulots devenaient comme une espèce protégée,  renonçant à toute dératisation, le groupe d’opposition a été le seul à voter contre. Leur prolifération excessive du fait de l’absence de régulation est un fléau. La propreté de la ville est un préalable à tout renoncement aux actions d’hygiène et de salubrité  contre les rats. Parce que la saleté de la ville est la première cause de leur développement. Dans nombre de quartiers, de parcs et jardins leur nombre incommode gravement les habitants et détériore leur qualité de vie.

Alain CARIGNON PROPOSE SON AIDE

Dans le « DL » la municipalité confirme qu’elle ne veut rien entendre. « c’est un faux débat » affirme-t-elle niant la réalité. Pourtant Alain Carignon a été très constructif au Conseil Municipal proposant même de mettre son expertise de Maire d’une ville qui traitait sérieusement cette question de la propreté et de l’embellissement au service des grenoblois. 

"UNE AUTORITÉ POLITIQUE UNIQUE "

Il a proposé « de mettre en place une autorité politique unique entre la ville et la Métro qui aura pour mission de lever tous les freins à la synergie entre les services, de mettre fin aux dysfonctionnements crées par les séparations de compétence, de traiter la question des encombrants dans leur globalité (déchèteries, ramassage) et d’organiser la collecte des ordures ménagères de façon différenciée en améliorant et simplifiant le service rendu pour le tri sélectif. »

E.PIOLLE PRÉFÈRE SE PAYER UNE ÉQUIPE DE COMMUNICANTS

La majorité a rejeté sa proposition. En refusant de s’attaquer à la propreté de la ville, elle favorise la prolifération des rats dont elle ne veut pas non plus réguler la reproduction pourtant intensive dans un tel écosystéme favorable.  Eric Piolle préfère annoncer qu’il va embaucher un ex-conseiller d’Obama avec son équipe de com’ plutôt que de traiter les questions pour lesquelles il est élu. Triste que la politique se résume à qui peut se payer la meilleure équipe de communicants. On va finir par comprendre l’abstention. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *