“PLACE AUX ENFANTS”: NOUVELLE FERMETURE D’UNE CRÈCHE à MUTUALITÉ

Après Malherbe, Jean Macé, c’est au tour de la crèche de la Mutualité d’être menacée de fermeture. Les habitants du quartier aimeraient habiter Clichy-sous-bois pour avoir la chance (?) de rencontrer leur Maire ! « S’achemine-t-on vers une fermeture définitive de la crèche Mutualité à Grenoble ? C’est ce que craignent des parents d’enfants accueillis dans cette petite structure de la place Jean-Moulin, fermée depuis le mois de mai pour cause de dégâts des eaux » explique le site d'information en ligne Place Gre'Net (28/6/21)

DES BASSINES TOUT L'HIVER PENDANT LES PLUIES

« La situation était prévisible et cela fait des mois que l’eau s’infiltre : les bassines ont été de précieuses alliées cet hiver lors de fortes pluies », écrit ainsi un collectif par voie de communiqué. Pire encore, ajoute-t-il : dès le mois de mars, la crèche, mais aussi la MJC et la Maison de quartier du secteur, « alertaient ensemble la mairie et demandaient une analyse technique approfondie pour apporter enfin une solution efficace et pérenne ».

« Les parents de redouter que la mairie de Grenoble « profite de la fermeture de la crèche pour faire l’économie d’une structure » ajoute le journaliste.

A.FLÉCHET (Verts/FI) : "ON RÉFLÉCHIT à D'ÉVENTUELS TRAVAUX"(!)

La réponse de l’élu (Verts/FI) est à citer dans les annales des records de langue de béton ; Antoine Fléchet, a fait valoir « toute son implication dans cette situation », et annoncé une « réflexion » sur d’éventuels travaux » (!).  Qui dit mieux ? 

11 MILLIONS D'€ POUR LE RENOUVELLEMENT DES VÉHICULES!

Encore la mirifique gestion du phare de l’humanité qui prétend éclairer aussi la France de ses lumières. L’année dernière, en 2020, la ville a consacré 11 Millions d’€ renouvellement de ses véhicules mais les enfants sont oubliés malgré la com’ sur la « place aux enfants ».

COMMUNIQUER POUR CAMOUFLER LES ABANDONS

Leur technique est simple à comprendre et répétitive : communiquer sur un thème -en l’occurrence les enfants- a pour objet de camoufler les abandons dans ce secteur. Comme parler sans cesse de fraîcheur, de fontaines  permet de continuer à bétonner et de ne pas évoquer 25 % des fontaines de la ville en panne.

IL PLEUT AUSSI DANS LES GYMNASES


Car il est un point commun : l’absence de crédits d’entretien des équipements est une constante de la majorité municipale. Pour tous les équipements. Y compris sportifs. Une grenobloise qui gardait un bureau de vote dans le gymnase de Villeneuve a été surprise de voir qu’il fallait poser des bassines quand l’orage s’est déclenché.

DEUX PISCINES ABANDONNÉES

Après la piscine des Iris devenue friche urbaine et désormais baptisée «urbanisme transitoire » par la grâce de la sémantique Piollesque qui transforme  en rêve un tas de béton et de poutres, c’est maintenant la piscine Vaucanson qui est fermée depuis un an et s’effondre doucement afin de rejoindre cet « urbanisme tactique » devenu un marotte de Yann Mongaburu (Verts/Ades)

A LA MUTUALITÉ DES HABITANTS EN REDEMANDENT

A la Mutualité ça n’empêche pas une partie des habitants d’en redemander en  votant pour les candidats Verts de la gauche extrême qu’ils ne connaissent pas, qu’ils ne verront pas pendant 6 ans. Car il s’agit de sauver la planète et de lutter contre le réchauffement climatique. Avec ce sésame les apparatchiks se retrouvent avec un mandat. Le tour est joué. On ne voit pas bien comment les enfants sans crèche servent l’écologie,  mais ça n’a visiblement pas de rapport pour ces électeurs. 

"UNE AUGMENTATION DES PLACES DE CRÈCHES"

"Créer 200 places publiques d'accueil petite enfance, cela passe par une augmentation des places dans les crèches. Parallélement les crèches parentales ou associatives seront soutenues". Qui se souvient de l'engagement N°27 d'Eric Piolle ? Il ressemble à celui qui avait été pris pour le maintien et le développement des bibliothèques...

PIOLLE EN WEEK END TOUTE LA SEMAINE

Le moment viendra inéluctablement ou cette majorité devra rendre des comptes sur la base du réel. Toujours absent de Grenoble, mercredi à Paris, Eric Piolle pouvait encore affirmer tranquillement à France 2 qu’il faisait campagne seulement...  le week-end. L'après midi il était à Clichy-sous-bois, le lendemain sur RMC et LCI.  Sans que la journaliste Caroline Roux, avec un professionnalisme rigoureux, ne pipe mot.

UN VIRTUEL EN OPPOSITION AU FACTUEL AVÉRÉ

Ce virtuel créé en opposition flagrante à tout élément factuel avéré qui le contredit est un bon exemple  de la folie médiatique sans fondement. Visiblement Eric Piolle en est enivré et il semble s’en saouler. En proportion qu’il s’enfonce dans les abîmes d’indifférence qu’il soulève. Ça devrait mal se terminer. 

En attendant des habitants du quartier Mutualité pourraient  réfléchir à l’intérêt de toujours voter pour des élus Rouge/Verts et une municipalité qui menacent sa crèche et sa MJC.  

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *