ÉLECTIONS : LE COUP D’ARRÊT à E.PIOLLE

De quel côté qu’on prenne le résultat , ces élections départementales et régionales marquent un coup d’arrêt à tout expansionnisme Piollesque. Après l’échec à la prise de la Métropole, Eric Piolle cale durement devant son entreprise départementale et régionale. Il croyait tellement à la seconde qu’il avait d’abord tenté d’imposer une proche, Maud Tavel (Verts/FI) , comme tête de liste des Verts. Puis, après son échec, il s’était symboliquement placé dernier de la liste afin de faire monter le score. Il n’en a rien été. 

E.PIOLLE A SERVI DE REPOUSSOIR ÉLECTORAL

Sa présence à même joué un effet de repoussoir dans nombre de territoires. Dans la Bièvre ou il a fait campagne contre le Center Parks, la liste Wauquiez obtient 53 % des voix et la candidate des Verts plafonne à 10%. Mais même dans les villes moyennes telle Bourgoin-jallieu il n'y a pas d'effet Piolle : Wauquiez obtient 38 % et Grebert 14%. 

A PONT DE CLAIX C.FERRARI RÉSISTE BIEN

A Pont de Claix si le «Printemps Isérois« est aux élections départementales à peine un point devant le candidat de Christophe Ferrari - lequel obtient 20 % pourtant soutenu par aucun parti- aux Régionales c’est la liste Piolle (15,62%) qui est battue par Najat Vallaud-Belkacem (PS) d’un point  (16,69%), Wauquiez étant largement  en tête (31,54%).  La lutte n'est donc pas terminée. 

FONTAINE-SEYSSINET, TRIEVES, LA LISTE PIOLLE à la PEINE

Dans le canton de Fontaine-Seyssinet la liste des Verts et celle du PS font jeu égal montrant le peu d’influence électorale d’Eric Piolle hors les murs. Dans le Trièves qu’on disait conquis par les Verts, envahi de bobos gauchos, la liste PS bat la liste de Grébert (18% contre 15%) et Laurent Wauquiez vire aussi en tête ( 37%). 

ECHIROLLES : LA GAUCHE S'AFFAIBLIT

Même dans un canton ancré à gauche comme Echirolles , les gauches enregistrent un score historiquement bas aux Régionales ( 40%) comme aux départementales .L’autre mauvaise nouvelle pour elles , est l’arrivée de la droite et du centre républicains devant le RN à ces deux échéances : 25, 81% pour Laurent Wauquiez et 22,71% pour les candidats P.Maldovado et S.Maldellia aux départementales qui sont à une encablure du " Printemps Isérois"

À GRENOBLE SA LISTE RÉGRESSE de 16 POINTS

A Grenoble Eric Piolle avait obtenu 46,67 % des voix au premier tour des élections municipales de 2020 – avec comme aux Régionales- une liste PS conduite par Olivier Noblecourt ( 13,31%) tandis que Najat Vallaud Belkacem obtient 17,54 % ce dimanche à Grenoble.

Aux Régionales la liste Verts soutenue par Piolle obtient 30,42 % dans notre ville, soit 16 points de moins.

DANS LA RÉGION C'EST LA BEREZINA

Grâce aux Villes de Lyon, Annecy et Grenoble qui ont viré aux Verts aux municipales , la candidate se hisse péniblement devant les autres candidats de gauche dans la région avec 14, 45 % des voix devant la liste PS de Najat Vallaud-Belkacem ( 11 ,40%) la liste France Insoumise/PC plafonnant à 5,56% .  Tandis qu’avec 43, 79 % Laurent Wauquiez qualifié de «  droite extrême » pendant toute la campagne écrase ses adversaires!

LE PS ET ALLIÉS A REPRIS DES COULEURS FACE AUX VERTS

Mais le résultat de Grébert n’infirme pas l’analyse nationale selon laquelle à gauche, le PS a repris des couleurs et les Verts aucunement le leadership annoncé par Piolle au cours de sa tournée triomphale à travers la France.  Nationalement les Verts et alliés ont obtenu de l’ordre de 12 % des voix, le PS et ses alliés 18 %  et – comble  de honte- LR et ses alliés 29 % avec un RN à 19,5%. Le cauchemar pour les rouge/Verts.

DÉJÀ DES DIVISIONS AU SEIN DES VERTS

C’est mal parti pour «  l’arc humaniste »  tiré par notre flèche locale. D’autant que le candidat qu’il était allé imprudemment soutenir en PACA  Jean-Laurent Felizia, le candidat écologiste arrivé en troisième position, refusait de retirer sa liste face au «  danger » du RN. La défaite est mauvaise conseillère et les ennuis ne font que commencer avec le choc des ambitions et intérêts personnels. Piolle a été contraint de monter sur ses grands chevaux contre ses amis

IL NE PEUT PAS SORTIR HORS LES MURS

Sa citadelle s’effrite, il ne peut pas sortir des murs autrement que médiatiquement, mais sans apporter personnellement aucun bonus de suffrages. L’horizon Métropolitain est encore plus obstrué après les affrontements de Grenoble 2 et Pont de Claix avec Christophe Ferrari, Sylvain Laval et leurs amis qui s'appuient maintenant sur un socle électoral non négligeable (de l'ordre de 20%).

UN PAYSAGE NATIONAL DOULOUREUX POUR LES VERTS

Il peut dire Adieu à la Région et au Département pour 6 ans. Le paysage national est douloureux pour les Verts qui vont discuter avec un PS requinqué et un Mélenchon qui ne veut rien entendre. Dans cette cacophonie, prétendant donner la leçon aussi à ses camarades, Eric Piolle a cumulé beaucoup d’ennemis qui devraient relever la tête.

L'ÉPÉE DE DAMOCLES DES AFFAIRES

Enfin demeure l’épée de Damoclés des affaires ouvertes après sa garde à vue pour les marchés sans appel d’offre et l’enquête préliminaire lancée en février dernier sur l’acquisition du siège de la Banque. 

NB: à noter que LREM est plutôt en baisse à Grenoble: 12 % pour la liste Bonnell contre 13,5 % aux élections municipales de 2020.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *