SAINTE-CLAIRE : LES GRENOBLOIS ONT PRIS LA PAROLE

Hier place Sainte Claire et en live sur la page Facebook d'Alain Carignon les Grenoblois ont pris la parole. Avant chaque Conseil Municipal le groupe d'opposition met en place un dialogue avec les Grenoblois afin de faire surgir ce réel grenoblois qu'Eric Piolle veut occulter.

LES ÉLUS DE L'OPPOSITION à L'ÉCOUTE  

Sur la terrasse du Liban, le sympathique établissement de la place les grenoblois ont pu dialoguer avec les élus de l'opposition présents, Nicolas Pinel, Brigitte Boer, Dominique Spini, Chérif Boutafa et Alain Carignon. 

L'INSÉCURITÉ, UN PROBLÈME MAJEUR 

Les témoignages ont été très nombreux, de toutes les générations. Ainsi Alex, un jeune, est-il intervenu sur l'insécurité, l'absence de caméras de vidéo-surveillance expliquant avoir saisi Laurent Wauquiez, Jean-Pierre Barbier, Eric Piolle, Maud Tavel la 21 ème Adjointe au Maire  chargée de la "tranquillité publique" et n'avoir reçu des réponses que des deux premiers.

L'INSÉCURITÉ, UN FANTASME POUR LES ROUGE/VERTS 

Ne comprenant pas qu'Eric Piolle refuse les financements proposés par Laurent Wauquiez !  Mais la représentante de la municipalité Piolle à la Métro, Céline Deslattes n'a-t-elle pas estimé que "les questions d'insécurité sont un fantasme" lors du vote d'une délibération ? 

LES TRAVAUX TOUS EN DÉSORDRE 

Une habitante des Vignes quartier de l'Ile Verte avait tenu à venir témoigner aussi réclamant la sécurité. Les riverains des places Notre Dame et Sainte Claire, de la rue Voltaire sont venus dialoguer avec les élus pour dénoncer les diktats municipaux dans le quartier, les incohérence dans l'organisation des travaux engagés tous en même temps.

Gilles DUMOLARD "J'ORGANISERAIS UNE MANIFESTATION..."

"Si j'étais encore Président, j'organiserai une manifestation des commerçants" est venu dire Gilles Dumolard l'ancien Président de la Chambre de Commerce et d'industrie sur le live Facebook, participant aux débats. Pour lui l'évolution de la ville est délétère. Il a rappelé que la municipalité Piolle l'a fait reculer au 114 ème rang des villes ou il fait bon vivre alors qu'elle était dans le peloton de tête.

Gilles Dumolard a témoigné avec sa double casquette d'ancien Président et d'habitant du centre ville.

Dominique SPINI APPELLE à la MOBILISATION

Pour Dominique Spini les élections départementales présentent l'opportunité de manifester son opposition à la municipalité Piolle. Aux côtés de Stéphane Dupont-Ferrier, Maire du Fontanil qui a également participé au débat, elle a appelé les grenoblois à se mobiliser les 20 et 27 juin prochains puisqu'ils peuvent voter.

Brigitte BOER : LA MALPROPRETÉ et LES RATS

Brigitte Boer, Conseillère municipale a rapporté le mécontentement des Grenoblois à propos de la malpropreté de la ville et l'inquiétude devant la prolifération des rats qui propagent des maladies et sont dangereux pour les enfants. La gestion calamiteuse des ordures ménagères est la première cause de cette prolifération.

Cherif BOUTAFA : LA GESTION INHUMAINE DU PERSONNEL

Cherif Boutafa a témoigné du mal être et du mal vivre du personnel communal maltraité par la brutalité de l'Adjoint au personnel, Pierre Mériaux (Verts/FI) Inspecteur du travail impitoyable avec les salariés. Ces deux dernières années la ville a dépensé de l'ordre de 500 000 € dans les conflits avec le personnel et les procédures se multiplient. Par exemple condamnées à réintégrer par la Cour d'Appel des salariés abusivement licenciés, elle va jusqu'au Conseil D'Etat pour reculer l'échéance ! On n'a jamais vu une gestion si inhumaine du personnel, dictée par le sectarisme et la vindicte.

LA VOIE DE TRAM NE SERA PAS ENGAZONNÉE

De nombreux membres de la liste de la société civile étaient présents dont Joëlle Botté, Marie-Laure Loustallot-Forest, Jean-Luc Rizzi, Amaury Pelloux-Gervais, Stéphane Tournier, Sharah Bentaleb... Avec cette dernière Alain Carignon a fait le triste constat qu'Eric Piolle n'avait même pas obtenu l'engazonnement de la voie tram entre la Maison du Tourisme et le nouveau Musée qui aurait été une vraie mesure de végétalisation et d'embellissement du centre de la Métropole.

"DES MOTS, DES MOTS, TOUJOURS DES MOTS"

"Des mots, des mots, toujours des mots" chantait autrefois Dalida. Les Grenoblois sont de plus en plus en colère face à l'écart abyssal qui existe entre les propos d'Eric Piolle à travers la France et la réalité Grenobloise.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *