FINANCES : LES VERTS SONT AUSSI DANS LE ROUGE

Hakim Sabri l’Adjoint (Verts/Ades) aux Finances de Grenoble constate «  une dégradation de la situation financière de la ville «  au moment où le Conseil Municipal doit voter lundi  le compte administratif. 

AUX AFFAIRES à GRENOBLE PENDANT 20 ANS SUR 26 ANS

"Aux affaires" à Grenoble pendant 20 ans sur les 26 dernières années, nos élus Rouge/Verts affirment n’avoir aucune responsabilité dans la situation de la ville :  il n’y a que  trois raisons possibles qui peuvent d’ailleurs facilement se cumuler : la dette Carignon,  le désengagement de l’Etat auxquels il faut ajouter la crise sanitaire. Le tour est joué. 

DANS LA ZONE DANGEREUSE POUR LA DETTE

La dette Carignon on le sait,  il n’y en a plus un centime d’€ de remboursement depuis 1999, mais depuis lors les élus PS/PC/Verts ont reconstitué le stock de dette et même dépassé l’endettement initial. Grenoble est entrée dans la zone dangereuse des capacités de désendettement avec 12,1 année si on en croit le compte administratif 2020. En parallèle l’épargne nette, c’est à dire le compte de gestion,  est négative. 

PREMIÈRE POUR L'IMPÔT SUR LES MÉNAGES

Le désengagement de l ‘Etat est le même partout. Mais toutes les  villes de plus de 100 000 habitants ne sont pas devenues les premières, il n’y en a qu’une, pour l’impôt sur les ménages et pour le taux de taxe foncière. 

Malgré ce record d’impôts inégalé nos Cadors locaux  ne parviennent pas à présenter un compte en équilibre !

+ 13 % D'IMPÔTS POUR CALER LES RECETTES SUR LES DÉPENSES

En  2016 quand la municipalité a échappé de justesse  à la mise sous tutelle grâce à un stupide plan d’austérité  l’Adjoint aux Finances avait évalué à de l’ordre de … + 13 % d’impôts s’il fallait mettre les recettes en rapport avec les dépenses de la ville. Ce que n’aurait pas manqué de faire le Préfet s’il avait pris la tutelle de Grenoble. Ce qui attend les grenoblois si rien n’est fait. D’ailleurs Olivier Noblecourt (PS) qui s’y connaît en matière d’augmentation d’impôts a ouvert la voie lors du vote du budget 2021 en réclamant des hausses.

COMPARATIF DES VILLES : ACCABLANT POUR LES ROUGE/VERTS

Le compte administratif de la ville permet de constater cette dégradation financière. 

Le comparatif des ratios entre notre ville et la moyenne des villes de notre strate est accablant. Ils sont  mauvais partout : impôts, dette, fonctionnement, investissement par habitant. Pas un ratio pour sauver l’autre.

DES SERVICES DE PLUS EN PLUS DÉFAILLANTS

Certes, reconnaissons qu’ils s’appuient sur une large indifférence des grenoblois à l’égard des comptes de la ville. Ceux-ci acceptent pour l’instant de demeurer les plus imposés de France en disposant de services de plus en plus défaillants, d’un entretien inexistant des équipements et du patrimoine. Mais le réveil n’en sera que plus difficile.  L’aboutissement de ce processus d’empilement, de dépenses de fonctionnement, d’absence de réformes de structure conduit inéluctablement à l’impasse.

En matière financière, l’impasse c’est l’augmentation d’impôts. La seule décision que nos phares de l’humanité savent prendre. Ils sont d’une époustouflante modernité.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *