L’ABANDON DE LA VILLE SE POURSUIT : rue Eugène SUE

Suite à notre post qui publiait des paroles de Grenoblois de différents quartiers nous avons été à nouveau destinataires de témoignages et d’images parlantes. Un matin un habitant de Villeneuve s’est « amusé » à photographier les carcasses qu’il trouvait sur son chemin,  pas moins de 7, y compris une voiture brûlée en pleine nature dans le parc.  Il s’est également étonné de cette profusion de troncs d’arbres disposés le long des allées pour servir de bancs ?  Une impression que la municipalité ne savait plus que faire des arbres qu’elle abat.

ILS SE MOQUENT DE "L'ÉCO QUARTIER" FLAUBERT

De leur côté des voisins de « l’écoquartier » (!) Flaubert en construction, habitants rue Eugène Sue,  alertent la municipalité sur la dégradation de leur vie. Ils se  moquent ouvertement des éléments de langage du Piollisme triomphant : « avec le  développement de l'éco quartier Flaubert (Grand Prix éco-quartier en 2009 ?), nous sommes loin de "l'ambition de construire un quartier de « bien-vivre et de « bien-être »." annoncée par la Ville de Grenoble. Le principe de « responsabilité citoyenne », d'écologie, ne semble pas en accord avec le vécu des habitants. "Le projet Flaubert est pensé autour d'une démarche de participation citoyenne d'envergure associant riverains, acteurs du quartier et étudiants de l'école d'architecture, afin d'enrichir la démarche de construction du projet à chacune de ses étapes." : Nous ne pensons pas que toutes les problématiques listées aient été votées par les "éco-citoyens" du quartier (et ni des environs), et que ce la ne doit pas entrer dans la notion "haute qualité environnementale"

L'INSALUBRITÉ ATTIRE LES PIGEONS et les MALADIES

Ils décrivent ce qu’ils vivent à savoir « l’Augmentation de la population des Pigeons et présence de colonies de corbeaux : dû à l’insalubrité et le nourrissage des pigeons par les résidents du foyer ADOMA, les pigeons sont attirés et viennent nicher sur les balcons et le toit. Ils abiment les bâtiments et le mobilier, avec leur fientes et leurs nids. De plus, ils provoquent des nuisances sonores et insalubrités dues aux déjections de ces nombreux oiseaux, et amènent un risque de maladies aviaires. Pour rappel, l’arrêté municipal n°05-3035 du 09 novembre 2005 interdit le nourrissage des animaux sauvages sous peine d'amende. » 

DÉPÔTS DE DÉTRITUS EN TOUT GENRE

Et encore « l’ insalubrité des rues et dépôts sauvages : depuis plusieurs années, nous voyons se développer les dépôts de détritus en tout genre (matelas, meubles, vêtements, poubelles, cannettes, bombes peinture....) s'amonceler devant nos immeubles et le long des trottoirs. Malgré les régulières demandes d'interventions au près des services techniques et le fait qu'il y ait une déchèterie à 500 mètres, la mairie ne fait rien pour nous aider à garder propre le quartier. (il existent aussi d'autres solutions tels que les établissements qui collectent les meubles/objets à recycler). Ils sont injustes avec l'efficacité d'un sous Grand Timonier, Gilles Namur (Verts/FI).

DEALERS, INSÉCURITÉ, INSALUBRITÉ

Et toujours  « Dealers et insécurité + insalubrité : depuis plusieurs années nous avons vu s'installer des revendeurs de stupéfiants dans le quartier. Ils sont installés tranquillement à la vue de tous sur des chaises le long des trottoirs et dealent en toute impunité. Au delà de la drogue et de tout ce qui y est associé (violences, armes...), ils laissent leur détritus joncher le sol tous les jours (canettes, papiers et emballages sandwichs et autres objets plus encombrants).

NUISANCES SONORES DE JOUR COMME DE NUIT

Ils ne sont pas épargnés par « les  Nuisances sonores de jour comme de nuit : depuis bientôt un an, nous subissons quasi quotidiennement les tirs de feux d'artifices tirés en pleine ville, de jour comme de nuit, sans parler des nuisances sonores incombées aux les tires de mortiers. À noter que cela génère des risques d'incendie (poubelles, voitures, immeubles...)dégradation et intrusion : Nous avons constaté à plusieurs reprises que notre porte d'entrée de l'immeuble a été forcée (vitre fissurés, porte tordue), les caves visitées, boîtes à lettres abimées (serrure cassée), etc. Nous constatons depuis plusieurs années que le climat d'insécurité, l'insalubrité et les nuisances sonores ont augmenté considérablement en toute impunité, sans quelconque intervention des services municipaux, ni de la préfecture, ni de la police. 

"NOUS SOMMES EXASPÉRÉS PAR TOUT CELA"

Terminant par :  « Nous sommes exaspérés par tout cela. A noter, que nous ne sommes pas les seuls à subir ces désagréments et à nous plaindre. (Il suffit de parcourir les commentaires qui circulent sur les réseaux sociaux et sur les pages des médias pour constater le ras le bol général.»

On ignore si ces habitants saisiront leur bulletin de vote les 20 et 27 juin prochains qui est la seule manière de faire entendre à Eric Piolle le vent du boulet.

Mais c’est souhaitable. Dans ce quartier les candidats de l’opposition sont Clément Chappet et Hanane Mansouri. Qu’on se le dise. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *