LE DUO PIOLLE/BRANCO VU PAR ALEX

Le gauchiste mondain des beaux quartiers de Paris, Juan Branco, celui avec lequel Eric Piolle affichait une belle connivence des extrêmes, son ami, a été placé en garde à vue à Paris le même jour que lui. Pour des soupçons de viol à la suite d'une plainte. Il aurait été lui-même associé à l'origine des sordides révélations sur les frasques sexuelles de Benjamin Griveaux qui ont mis fin à sa carrière politique. C'est dire sa délicatesse.

Lors de la nomination de Gérald Darmanin, également soupçonné de viol, mais semble t il avec des éléments bien moindre que dans le cas de Branco, Eric Piolle avait déclaré partout que "c'était une insulte à la condition des femmes". Toujours cette délicatesse qui le caractérise, ce sens de la nuance qui est sa marque de fabrique. Mais sur la garde à vue de son ami Branco on ne l'a pas entendu. 

On ignore les suites judiciaires qui seront données à ces affaires. Celle concernant Eric Piolle est établie par les juges financiers depuis septembre 2018 mais le Procureur Alex Perrin s'interroge encore de savoir quelles suites il va leur donner. En effet notre homme qui mériterait le Bon Dieu sans confession explique qu'il est passé outre l'appel d'offres public exigé par la loi pour des raisons "techniques"

Ce n'était pas pour privilégier l'association qui avait collé ses affiches, dont il avait immédiatement recruté des membres après son élection car il ne les connaissaient pratiquement pas. Sur les photos ou on le voit avec l'association, chez elle, en campagne, ce n'est pas vraiment lui. Parce que Lui est un autre. 

Mais si Eric Piolle et Juan Branco étaient condamnés ensemble souhaitons qu'ils puissent faire cellule commune pour poursuivre ce "bel échange" dont E.Piolle faisait profiter les manants avec son tweet avantageux. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *