“DÉCOLONIAL”, PALESTINE, BURKINI… E.PIOLLE S’EXTRÉMISE

Sa campagne présidentielle coûte cher à Grenoble sur tous les plans. En abandon, en image, en réputation. Plus Eric Piolle veut battre Yannick Jadot, plus il s’appuie sur la frange extrême des khmers Verts, sur les gauchistes sachant que dans les partis ce sont les durs qui l’emportent toujours.

PRÊT A BANALISER ET PROMOUVOIR LES THÈSES RACIALISTES

Sa dernière sortie selon laquelle les thèses racialistes, qui jugent en fonction de la couleur de peau  relevaient « de la liberté d’expression » (DL du 29/5/21) montrent à nouveau son vrai visage. Pour lui la tenue du « mois décolonial » est « légitime «. Il est prêt à accompagner ces thèses   racialistes, indigénistes et décoloniales, à les promouvoir et les banaliser.

"LES CRÉTINS DES ALPES..."

« Dans Le projet du « mois décolonial » grenoblois il y est question d’un monde ancien (celui des privilégiés, des dominants, des Blancs…) et d’un monde nouveau en gestation (celui d’après la libération de tous les dominés, en particulier les “racisés”). Les promoteurs de l’événement annoncent qu’ils s’attacheront « à déconstruire l’imaginaire post-colonial » (sic). Les thèmes proposés donnent une idée du travail de déconstruction à la pelleteuse envisagé : Décolonisons les arts, Décolonisons les savoirs, Écologie décoloniale, Féminisme, Racisme systémique, Violences policières, etc. Faisant cacophoniquement allusion aux Printemps arabes, à Black Lives Matter ou à Fridays For Future… «  écrit Didier Desrimais (Causeur) sous le titre peu flatteur pour nous : «crétins des Alpes ». Une grande marche arrière pour notre territoire qui régresse au temps de Balzac et de son « médecin de campagne »…

GRENOBLE CONFIRME QUE L'ISLAMO GAUCHISME EST UNE RÉALITÉ

Michel Villard de son côté (Atlantico) demande : « Et si Grenoble était la preuve manquante qui confirme que l’islamo-gauchisme est bien une réalité?». Merci pour nous. 

E.PIOLLE CONTRÉ SUR SES EXCÈS SUR LA PALESTINE

Mais Vendredi dernier au Conseil Métropolitain  Eric Piolle  faisait aussi adopter un vœu extrémiste sur la Palestine. Même dans son groupe les débats internes ont été très vifs puisqu’Eric Piolle a même été contraint de retirer des affirmations anti-Israëlienne trop violentes. Devait figurer dans la version distribuée aux élus la condamnation unilatérale de «  la violation des droits de l’homme en Cisjordanie et la bande de Gaza «  et « la colère et la souffrance de tout un peuple colonisé, méprisé et ignoré jour après jour ». Elles ont disparu de la version finale à la suite d’une levée de boucliers en interne. 

TROIS ÉLUES DE SON GROUPE NE SUIVENT PAS

Le texte du vœu de « soutien au peuple palestinien «  soumis au vote a quand même soulevé des hauts le cœur dans son groupe puisque, fait rare, trois élues, Anouche Agobian, Sandra Krief, et Barbara Schuman ont refusé de le voter.  Il a finalement été adopté par 50 voix seulement, 34 du groupe Piolle dont la sienne, les 13 voix du groupe communiste, et 3 voix de divers élus (1)  

A.CARIGNON DÉNONCE "UNE CARICATURE"

Tous les autres groupes ont refusé de s’associer à l’opération Alain Carignon dénonçant « la caricature » de ce vœu et ironisant sur ses deux rédactions démontrant que le sort de populations entières variait en fonction des négociations politiciennes, se félicitant que le cessez le feu et la médiation Egyptienne soient intervenus sans attendre ces palinodies. L’isolement local d’Eric Piolle est encore apparu avec cette affaire. Il est ici aussi réfugié sur un noyau dur. 

IL AVAIT TOLÉRÉ LE BURQUINI DANS LES PISCINES

Son positionnement se situe bien dans la continuité. S’agissant du Burkini ne l’avait il pas défini comme « d’un maillot couvrant pour se protéger du soleil » gommant totalement l’étendard que veulent en faire les islamistes politiques.  Et comme avec le racialisme Eric Piolle avait renvoyé dos à dos ceux qui défendent les valeurs de la République -dont l’égalité hommes/femmes- avec ceux qui les combattent. Pour lui le «  débat « est légitime.  Au temps de la montée du nazisme il aurait aussi considéré le débat comme « légitime » ? 

LA LISTE DES EXCÈS EST DE PLUS EN PLUS CONNUE

A chaque étape l’image de Grenoble se dégrade. Les médias qui analysent ne s’y trompent pas : » depuis son arrivée à la mairie, Eric Piolle n’a cessé d’envoyer des messages favorables à cette mouvance. On peut notamment rappeler sa déclaration problématique sur «  l’homme blanc »,  ses positions très hostiles à la police,  son soutien aux actions illégales en faveur des migrants , ou encore son attitude pour le moins ambigüe face au opérations Burkini dans les piscines municipales » écrit encore Michel Villard. 

Dans une vidéo mise en ligne vendredi Alain Carignon demande à Eric Piolle de ne pas cautionner ces dérives et d condamner l'élue Verts Grenobloise qui organise l'opération

DES TENSIONS INTERNES DANS LA MAJORITÉ MUNICIPALE 

Notre ville habituée à la confrontation d’idées ne peut pas devenir le champ clos d’une telle régression intellectuelle. Plus on avance plus elle est l’otage d’un homme et de ses dogmes qui se durcissent au fil de sa "campagne" présidentielle totalement ratée. Dés son élection le 3 juillet 2020 Eric Piolle avait été mis en garde par l’opposition sur l’incompatibilité de son ambition avec ses fonctions de Maire. Comme en témoigne les divisions sur la Palestine,  les tensions internes qui grandissent imposent une forte révision à l’issue des élections Régionales et départementales après lesquelles Eric Piolle veut disparaître un peu plus encore de Grenoble. 

E.PIOLLE REMPLACÉ PAR Yann MONGABURU ?

Il aurait lui-même admis l’idée d’être remplacé mais voudrait imposer… Yann Mongaburu (Verts/Ades) pour lui succéder et achever le mandat.  On imagine ce que cette solution suscite comme réactions. Comme à son habitude Eric Piolle choisit tout, sauf l’apaisement et le consensus.

UNE FIN DE CYCLE POUR LA MAJORITÉ MUNICIPALE

En tout cas un an après son élection de juillet 2020 cette majorité municipale est déjà en fin d'un cycle dans lequel son leader l’a plongée du fait de son ambition démesurée. On ne sait pas quand ni comment mais on est certain qu’elle devra sortir des blocages qu’elle s’est elle-même crée. Les dégâts sont, eux,  très prévisibles.

(1) LES 50 VOTANTS DU NOYAU DUR SUR LA PALESTINE 

Voici la liste des 50 élus municipaux , Conseillers Métropolitains qui ont voté le voeu d'Eric Piolle sur la Palestine: 

34 voix de son groupe :Maxence ALLOTO, Laurent AMADIEU, Pierre BEJJAJI, Margot BELAIR, Olivier BERTRAND, Annabelle BRETTON, Kheira CAPDEPON, Emmanuel CARROZ, Florent CHOLAT, Pascal CLOUAIRE, Lionel COIFFARD, Alan CONFESSON, Elizabeth DEBEUNNE, Céline DESLATTES, Francis DIETRICH, Salima DJIDEL, Vincent FRISTOT, Christine GARNIER, Séverine JACQUIER, Nicolas KADA, Lucille LHEUREUX, Elisa MARTIN, Yann MONGABURU, Gilles NAMUR, Anne-Sophie OLMOS, Georges OUDJAOUDI, Chloé PANTEL, Laura PFISTER, Lionel PICOLLET, Eric PIOLLE, Alban ROSA, Hakim SABRI, Thierry SEMANAZ, Laura SIEFERT

13 voix du groupe Communiste : Leah ASSALI, Nicolas BERON-PEREZ, Zaïm BOUHAFS, Brahim CHERAA, Amandine DEMORE, Christiane KESSLER, Pierre LABRIET, Jacqueline MADRENNES, David QUEIROS, Jérôme RUBES, Renzo SULLI, Jean- Paul TROVERO, Michelle VEYRET),

3 Divers : Jean-Marc GAUTHIER, Anahide MARDIROSSIAN ,El Hasni BEN-REDJEB)

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *