MANIF DES HABITANTS DEMAIN, PÉTITION MARCHÉS SAINTE- CLAIRE/ESTACADE…

 

Demain Samedi 22 mai à 11 h30 à l’angle de l’avenue de Washington et de la rue Charles Rivail (quartier Abbaye-Châtelet) le collectif des habitants remettra le prix de la ville pourrie à la municipalité et à la Métropole pour protester contre les décisions imposées et le refus de tout dialogue. Espérons que des grenoblois se joindront à eux car ce diagnostic s’applique à la méthode de gouvernance d’Eric Piolle. Mépris et brutalité sont les deux mamelles de sa politique.

Jean-Claude GUÉTAT (Estacade) et Patrick DI GIROLAMO (Ste Claire)

En parallèle L'UCI (Union Commerciale du marché de l’Estacade) avec des commerçants du marché Sainte-Claire ont lancé lundi une pétition commune pour le maintien de l’accès aux deux marchés. Appuyée par «Grenoble à cœur » le collectif d’Unions de Quartiers et d’Unions commerciales.  Jean-Claude Guetat (estacade) et Patrick Di Girolamo (Sainte Claire) ont expliqué leur inquiétude sur les conséquences des mesures prises.

BAISSE DE 50 % DU CHIFFRE D'AFFAIRE

Jean-Claude Guétat  craint que « notre souci à l’Estacade devienne celui des commerçants du marché Sainte-Claire, avec la fermeture totale pour la voiture ». Où, d’après Patrick Di Girolamo, le chiffre d’affaires s’est effondré « de 50 % depuis quelques mois » (DL du 20/5/21).

UN MARCHÉ CE N'EST PAS QU'UN COMMERCE DE PROXIMITÉ

"La fermeture de l’avenue de Vizille, entre Nicolas-Chorier et le cours Jean-Jaurès pendant la période de confinement, n’est pas autre chose qu’un essai zone piétonne, comme précédemment dans le quartier Notre Dame. Un marché, ce n’est pas qu’un commerce de proximité, c’est un commerce pour la Métropole » rappellent au DL les deux responsables.

QUI PEUT NIER QU'ON VENAIT DE TOUTE L’AGGLOMÉRATION ?

Étrangement, Benoit Lagneux le journaliste qui rend compte du dossier juge: « Problème dans cette histoire, personne n’a de véritables chiffres pour savoir quelle est la part de clients venant de l’extérieur de Grenoble » alors que les commerçants eux-mêmes fournissent ces chiffres. Il suffit d’ailleurs de les interroger individuellement. Suivant la caractéristique de leur commerce la clientèle extérieure varie de 20 à 50 %.  Qui peut nier qu’on venait de toute l’agglomération à l’estacade et à Sainte Claire ? Étrangement parce que chaque  fois que des protestations sont émises, des revendications exprimées on ne lit jamais qu’elles devraient faire l’objet de vérifications. Par qui ?  

POURQUOI E.PIOLLE REFUSE UNE ÉTUDE D'IMPACT PRÉALABLE ?

Mais quand les décisions du Piollisme triomphant sont mises en cause, il faut s’expliquer. La question légitime qui pourrait être posée au contraire serait de savoir pourquoi Eric Piolle refuse de faire une étude d’impact préalable (pollution, circulation, économie, emploi…) avant une telle décision ? Elle mettrait en toute transparence tous les chiffres sur la table et pas seulement l'origine des chiffres d'affaires.

"NOS MARCHÉS ONT BESOIN DE RAYONNER SUR LA MÉTROPOLE"

Les commerçants de l’estacade et de Sainte Claire expliquent : »  Le discours des élus sur le « commerce de proximité » n’est pas de nature à nous rassurer car nos deux marchés ont besoin pour vivre de rayonner sur la ville et la métropole, bien au-delà du seul quartier où nous sommes situés. Il y a aussi les graves problèmes liés à la crise sanitaire, auxquels il y a nul besoin d’ajouter des difficultés supplémentaires en restreignant les accès, au moment où l’espoir d’un retour à la vie normale commence juste à renaître.

"CELA S'APPELLE UNE ZONE DE RENCONTRE"

"Enfin, nous avons vu qu’il est possible de donner plus d’importance aux piétons tout en maintenant un accès raisonnable pour les véhicules. Cela s’appelle une Zone de Rencontre. C'est une solution innovante qui nous convient très bien. Nos marchés ne doivent pas être victimes de la chasse systématique à la voiture. Pour l’accès, pour les Zones de Rencontre, la solution qui organise la priorité pour les piétons et autorise toutes les mobilités. »

LE MÉCONTENTEMENT MONTE

Tous les grenoblois qui veulent protester peuvent signer la pétition en envoyant un simple mail à uc.estacade@gmail.com. Espérons qu’ils seront nombreux. Dans tous les secteurs de la ville le mécontentement monte. Le fait que Jean-Claude Guétat et Patrick Di Girolamo, deux figures du commerce et des marchés s’associent démontre qu’une cristallisation peut s’opérer.

SEULE LA DIVISION PERMET à PIOLLE D'IMPOSER SA LOI

Il suffirait que les victimes de la bétonisation qui supprime espaces de respiration,  soleil et vue sur les montagnes s’unissent de l’ile Verte à la Capuche , que tout le secteur associatif, depuis la Villeneuve ou la BatukaVI rassemble en ce moment les associations socio-culturelles étranglées par Eric Piolle qui veut les municipaliser comme il l’a fait avec les Théâtres, jusqu’au Comité de Liaison des Unions de Quartiers qui  dénonce l’opacité et le mépris des habitants, se coordonnent. Car ils sont victimes ensemble et seule leur division permet à la municipalité minoritaire de continuer à imposer sa loi.

UN PRINTEMPS GRENOBLOIS ?

En un sens avec le début d’union des marchés, c’est une sorte de «printemps grenoblois» qui est en train d’éclore. Celui-là il n’émane pas des appareils politiques pour installer des apparatchiks aux commandes du département, mais bien de la spontanéité citoyenne au service de la liberté d’aller et de venir et d’entreprendre.  Les 20 et 27 juin ces grenoblois ont l'opportunité de s'exprimer aux élections départementales et régionales. Qu'ils ne fassent pas comme aux municipales! 

 

Les candidats soutenus par l'opposition municipale :

Grenoble 1:

Romain Branche et Isabelle Pelloux-Gervais (Imad Zerroudi et Catherine D’Emilio)

Grenoble 2 :

Stéphane Dupont-Ferrier et Dominique Spini Alim (Brice Boubehira et Adeline Perroud)

Grenoble 3 :

Sandra Hamedi et Adam Thiriet (Nour Ben Salem et Hugo Cianci)

Grenoble 4 

Clément Chappet et Hanane Mansouri (Maurice Nesta et Christine Bourquardez-Paccalet)

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *