“L’URBANISME TACTIQUE”: NOUVEAU NOM de L’ABANDON des ÉQUIPEMENTS

Il en est un qui n’a tiré aucune leçon de ses échecs. Yann Mongaburu brocardé sur tous les bancs pour sa tendance lourde à l’enflure verbale, bardé à la Métropole du titre ronflant et ridicule de «  Vice-Président au défi climatique » ( !) a récidivé lundi au Conseil Municipal. Eric Piolle avait placé parmi les premières , une « délibération-cadre »  sur la « stratégie de la ville pour l’urbanisme tactique » ….

UN ENFUMAGE DE PLUS EN PLUS EPAIS 

Elle  suivait les «  lettres d’intention » les «  accords Européens » les conventions et autres lancements d'études dans les deux ans et  « actions à définir » pour 2030. Bref un enfumage de plus en plus épais pour camoufler un immobilisme, une pauvreté abyssale de toute imagination et créativité.

UNE APPELLATION AVANTAGEUSE POUR L'IMPERITIE

En 7 pages , Yann Mongaburu a donc exposé à ces attardés de grenoblois la différence substantielle qui existait entre l’urbanisme «  transitoire » , «temporaire » et « tactique » . En réalité la municipalité qui abandonne nombre d’équipements publics faute de leur donner les moyens d’entretien -préférant mettre 14 Millions d'€ dans le siège du Crédit Agricole!-  affecte une appellation avantageuse à cette impéritie. Pendant ce temps la mission locale présidée par Barbara Schuman ( Verts/FI) loue pour 50 000 € par an des locaux dans un immeuble haut de gamme de la rue Lesdiguières. La gabegie et l'incohérence sont totales et l'enfumage n'y changera rien.

Y.MONGABURU GONFLE AU VERBIAGE OU CYNIQUE? OU LES DEUX?

On ne peut pas vraiment conclure de savoir si Yann Mongaburu est seulement cynique ou  gonflé par son verbiage comme il le serait à l'hélium? Ou les deux ?  Sur le second volet,  cette propension à vouloir apparaître dans le vent en sautant comme un cabri sur la dernière mode des mots pour jouer au branché, est caractéristique d’une indigence et d’une absence de toute authenticité.

LE VIDE A TROUVE UN PORTE PAROLE COMPETENT

Ainsi débattre de la «  vacance » c’est à dire en clair des locaux vides dans la ville , exposer qu’il a besoin d’un nouvel opérateur pour les traiter dans une ville et une Métropole sur-bureaucratisées ou les outils sont très nombreux et ce , sur 7 pages et en termes parfois abscons , invitait à une franche rigolade. En répétant à satiété qu’il s’emparait du vide, on ne pouvait s’empêcher de penser qu’avec Yann Mongaburu le vide avait trouvé son porte-parole compétent.

E.PIOLLE A OUBLIE LA PISCINE VAUCANSON DANS SA LISTE

A l’atterrissage de sa délibération, la municipalité a cité la plupart des «vacances » qu’elle avait elle-même créé en n’attribuant plus de crédits d’entretien aux équipements concernés : les locaux associatifs de la rue jay, l’ancien Musée-bibliothèque de la place de Verdun, Le boulodrome et la maison du projet de l’esplanade, la piscine des Iris à Villeneuve…. Alain Carignon a ajouté « vous n’avez pas osé faire figurer  la piscine Vaucanson . Fermée depuis un an, elle s’abime inexorablement sans entretien mais n’a pas encore la chance d’être suffisamment effondrée pour appartenir à l’urbanisme tactique. Elle figure dans l’urbanisme «  transitoire « ?  Elle attendra encore un an ou deux, peut-être plus pour changer de catégorie. »

N.PINEL: LES APPARTEMENTS VIDES et CHAUFFES à L'ARLEQUIN

Il aurait pu citer les locaux municipaux vides de la place des Géants depuis 15 ans tandis que Nicolas Pinel a , lui, rappelé les logements vides, chauffés depuis des années au 100 de la galerie de l’Arlequin, place des Géants et ceux de l’Abbaye pendant 4 ans !

E.PIOLLE CREE DES POSTES POUR LUI DIRE CE QU'IL SAIT

Faut il un opérateur foncier dirigé par Piolle pour lister à Piolle Maire ses locaux vides qui appartiennent à la ville? Ne pourrait-il pas plus simplement passer devant pour voir les rideaux baissés ?  Ou en demander communication par ses services ?  Un opérateur qui sera créé fin 2021, mettra en place sa direction et ensuite devra se concerter avec la ville et avec les bailleurs sociaux pour que ceux-ci lui communiquent la liste déjà connue de ces locaux vides ! La systématisation des usines à gaz permettent de créer des postes aux amis. 

OU VONT ILS CHERCHER CES MOYENS DE PERDRE DU TEMPS?

Caricature de l’inefficacité, de la bureaucratie et du boursouflement sémantique , cette délibération municipale créant une stratégie ( !) pour "l’urbanisme tactique" faisait peine à voir. On se demande ou ils vont chercher tant de moyens de perdre leur temps, d’habiller leur immobilisme. Les Rouge/Verts consacreraient 10 % de cette énergie naturelle à traiter les problèmes et un grand nombre d’entre eux seraient résolus.

A.CARIGNON: LE SITE DE ST JACQUES, URBANISME OPERATIONNEL

Le groupe d’opposition les a d’ailleurs pris au mots. Alain Carignon a déposé deux amendements. Le premier exposant «  dans le cadre de sa délibération qui s’engage à « veiller au respect et à la promotion de l’histoire patrimoniale des quartiers » et à «  mettre ou remettre en mouvement des sites » le Conseil Municipal considérant la mémoire du quartier de la Capuche marqué par l’existence de l’église St Jacques victime d’un incendie criminel, considérant la nécessité de préserver les espaces de respiration et la diversité des quartiers décide d’étudier les modalités lui permettant de sauvegarder cet espace  en lien avec le diocèse de Grenoble et par tous les moyens appropriés y compris la préemption .

UNE CONVENTION D'OCCUPATION POUR LE SQUAT D'ALEMBERT

Le second «  dans le cadre de sa délibération concernant l’urbanisme tactique qui a notamment pour objet de gérer les occupations temporaires de locaux municipaux , le Conseil Municipal décide d’établir une convention d’occupation du squat du 38 rue d’Alembert déterminant les charges respectives des occupants et de la ville, les conditions d’occupation en termes de sécurité , d’hygiène , de bruit afin de préserver la qualité de vie des riverains, de fixer un délai d’occupation à l’issue duquel le bien communal reviendrait à la collectivité publique « 

LES IMAGES DU REEL SURGISSENT AU CONSEIL MUNICIPAL  

Malheureusement pour la majorité municipale , grâce à la visio-conférence, Alain Carignon a pu montrer des images de l’espace de l’église St Jacques et de l’environnement du squat de la rue d’Alembert avec les menaces de mort proférées sur les murs contre des femmes seules.  Impossible pour eux de passer à l’acte. Yann Mongaburu a bredouillé pour St Jacques faisant mine d’oublier que la ville peut préempter comme elle l’a fait pour rien avec le Chambre de Commerce et d’Industrie ( 8 millions d’€ !) .

UNE IMPUNITE ETERNELLE?

Et pour le squat d’Alembert, Yann Mongaburu  a laissé entendre que la convention d’occupation qu’ils n’avaient jamais exigé de leurs amis anarcho-gauchistes deviendrait possible avec «  l’urbanisme tactique… ». Avec eux l’immobilisme et la connivence sont vêtus de mots avec une mauvaise foi qui s’étale sans fard , comme si leur impunité devait être éternelle.

LA NOTE à PAYER DE PLUS EN PLUS LOURDE

Eric Piolle et sa bande devraient y réfléchir : comme elle a nécessairement une fin, chaque jour les rapproche des comptes à rendre. La note à payer va devenir de plus en plus lourde à continuer à accumuler des manquements aussi évidents à l’intérêt public

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *