RONDEAU-LIBÉRATION et DIDEROT-VERCORS : PIOLLE VEUT BÉTONNER PLUS

 

« Le cours de la Libération présente la caractéristique d’un foncier propice à la réalisation d’opérations susceptibles de répondre aux enjeux d’intensification ». La délibération N°9 adoptée lundi par le Conseil Municipal a pour objet d’aggraver la bétonisation du quartier Rondeau-Libération. Eric Piolle s’est doté d’un nouveau moyen coercitif qui lui permettra de bloquer tout projet qui ne lui convient pas et de les attribuer par la voie « d’appels à projets «  -sans appel d’offres- ou bien d’imposer une densification conforme à ses dogmes. Il a déniché un article du code de l’urbanisme qui lui permet de définir un périmètre très large d’intervention.

MAISON, ARBRES, JARDINS: TOUT DOIT DISPARAITRE

Ainsi des opérations telle que Galtier  -150 logements dont 50 % de HLM- qui a vu disparaître maisons, arbres et jardins, qui enserre des villas existantes dans un univers de béton, les privant de soleil et de vue sur les montagnes, comme l’urbanisation d’espaces verts rue Vaujany, vont être démultipliées .

P-A JUVEN ( Verts/FI) POURQUOI LUI à CES POSTES?

Dans la novlangue municipale, de tels objectifs sont noyés dans le sirop de sucre. Il s’agit de « sauvegarde d’espaces verts existants (!), de la constitution de continuités végétales » et bien entendu « de veiller à la santé des habitants, lutter contre les surchauffes d’été et renaturer les lieux de vie ». N’en jetez plus. Le sociologue-chercheur, sorti de nulle part, Pierre-André Juven Adjoint au Maire (Verts/FI) étrangement couvert de responsabilités -urbanisme et santé- alors que tant de délégations d’Adjoints sont vides, était chargé de déverser cette nappe de douceurs sur la sordide réalité.

L'ASSOCIATION VIVRE à GRENOBLE ATTAQUEE AU PORTFEUILLE

Car on voit très mal comment « l’intensification des opérations »  immobilières pourrait faciliter « la sauvegarde d’espace verts existants ». Il suffit d’observer ce qui se passe. L’association « Vivre à Grenoble » qui s’était opposée à l’opération Galtier a été attaquée au portefeuille par Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat et l’architecte Gilles Marty qui a alerté la municipalité sur tous les tons, sur les arbres, jardins, villa remarquable à préserver a été invité à se taire. 

Alain CARIGNON MONTRE DES PHOTOS AU CONSEIL MUNICIPAL

Mais la municipalité a aussi récidivé en étendant cette mesure à l’identique dans le quartier Diderot-Vercors.  Elle se dote du même outil pour faire la même chose : densifier avec un discours sur les petites fleurs. Alain Carignon a fait remarquer qu’elle venait de supprimer un terrain de sport -espace de respiration- à l’école Diderot sans le compenser. Que les habitants de la rue Diderot subissaient depuis plusieurs années un squat dont le chauffage au bois est très polluant. Le président du groupe d’opposition a même montré des photos à la caméra de la visio-conférence.  Ce qu’il a aussi fait pour le dossier du cours de la Libération.

" REGARDEZ CE QUE VOUS REALISEZ"

« Regardez ce que vous réalisez «  a t -il lancé à Eric Piolle en lui montrant la photo d’une modeste villa enserrée dans le béton de l’opération Galtier. Les grenoblois ont rapidement aperçu un Eric Piolle pas fier de ses résultats et semblant les découvrir, démontrant son éloignement et son indifférence.

" LA DENSIFICATION à OUTRANCE"

« Les grenoblois peuvent donc être particulièrement inquiets. Au lieu de réfléchir à une ville jardin, à des quartiers jardin, de réfléchir de savoir comment rompre justement avec cette continuité bétonnière pour inventer des espaces de vie nouveaux, pour recréer des lieux de vie à l’échelle humaine, vous ne savez répondre que par la densification à outrance. Par vos actes d’aujourd’hui vous pouvez que les espaces naturels, de respiration, les arbres, le bien être des habitants y compris ceux  qui habitent de modestes villas sont secondaires par rapport à votre objectif de densification » a encore averti Alain Carignon.

SEUL LE PREMIER GROUPE DE L'OPPOSITION EST VIGILANT

En suivant le Conseil Municipal de lundi on pouvait observer que seul le premier groupe de l’opposition (Alain Carignon, Nathalie Béranger, Brigitte Boer, Chérif Boutafa, Nicolas Pinel, Dominique Spini) s’opposait vraiment à ces orientations et marquait sa vigilance par son vote. La vertu pédagogique des explications et la description des méthodes utilisées pour camoufler les objectifs réels sont particulièrement utiles à la compréhension des dossiers et la prise de conscience des grenoblois. La cruauté des images du réel qui surgissaient devant la caméra pendant qu’Eric Piolle parlait d’une ville qui n’existe pas, était sans appel. 

Cette illustration de la duplicité des Rouge/Verts les confondait une fois de plus. 

L'INTERVENTION d'Alain CARIGNON au CONSEIL MUNICIPAL

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *