CONSEIL MUNICIPAL de LUNDI : LES FAUX-SEMBLANTS de PIOLLE

En plaçant un Conseil Municipal ce lundi à la suite d’un long week-end, Eric Piolle espère qu’il passe inaperçu. En le bourrant de délibérations de principe adoptant chartes, lettre d’intention, accords Européens, « délibérations cadre » il veut donner le change. Des dizaines de pages redondantes et ronflantes en pincent pour le climat, la résilience, les énergies, la végétalisation, les circuits courts, les mobilités douces, la mixité sociale….  Eric Piolle invente même après l’urbanisme transitoire, l’urbanisme temporaire, l’urbanisme « tactique » pour habiller de mots l’abandon d’ équipements publics tels la piscine des Iris à Villeneuve, l’ancien Musée de Peinture place de Verdun, la piscine Vaucanson, le boulodrome de l’esplanade.

IL HABILLE LE BÉTON EN VERT 

Il habille de vert la suppression des espaces de respiration et avec sa «végétalisation » prétend verdir le béton qu’il coule partout dans la ville dans le moindre espacement libre comme il coule du macadam -du noir- a jet continue sur les chaussées. Les grenoblois voient disparaître avec effarement des espaces végétalisés, boisés, ils découvrent les ordures et les encombrants entassés dans leur quartier pendant que, tranquillement, des élues telles Maud Tavel et Lucille Lheureux (Verts/FI) vont lire aux Conseillers municipaux des délibérations sur « Grenoble, capitale verte Européenne » qui n’engagent à rien d’autre que de partager des objectifs pendant que le réel est catastrophique.

 

DES LIQUIDES POLLUANTS SUR LA FRICHE MUNICIPALE ESMONIN

Dans le quartier Alliés-Alpins des habitants rappellent que rien n’est résolu pour la décharge à ciel ouvert de la friche municipale Esmonin et que des liquides dangereux pour les sols y sont déversés. Après des mois d’immobilisme et d’indifférence et la si tardive et si inefficace intervention de l’Adjoint à la fraîcheur (!) Gilles Namur (Verts/FI). Ainsi va la ville pendant que le Conseil Municipal délibère sur la Comète.

LE FOSSÉ ABYSSAL ENTRE LE VERBE ET L'ACTION

Ce fossé abyssal entre le verbe et l’action est évidemment une stratégie. A l’ère de la com’, de l’immédiat et de l’émotion, Piolle sait que rien n’est vérifié, étudié et qu’une affirmation grandiloquente chasse l’autre. Il surfe sur ces amnésies successives. D’où ces annonces hebdomadaire qui occupent les médias. Un jour sur la liste des Verts aux Régionales, un autre attaquant Mélenchon, un suivant  sur le glacier de Sarenne … peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse.

 

DARMANIN : "UN MESSAGE DE VIOLENCE DONNÉ AUX FEMMES"

On se rappelle de son tweet vengeur contre la nomination de Darmanin à l’Intérieur jugé -pas moins- qu’une « insulte, un message de violence donné aux femmes » (!) parce qu’une plainte pour viol -classée depuis- avait été déposée contre lui tandis qu’on le voit se pâmer d’un échange avec le riche -bourgeois- révolutionnaire Juan Branco qui a fait l’objet d’une enquête pour viol.

JUAN BRANCO : "UN BEL ÉCHANGE" 

Cet avocat avec lequel Piolle a eu un « bel échange » a été l’avocat -et peut être plus- du russe Piotr Pavlenski dans l'affaire de la sextape de Benjamin Griveaux, cette publication d’images sexuelles et graveleuses privées qui sont le plus bas niveau de ce que la vie publique peut montrer d’elle-même.

En cautionnant ces méthodes, Eric Piolle peut quand même répéter à propos de tout adversaire qui le dérange "On ne se bat pas avec un cochon, car on finit tous les deux dans la boue… et lui il adore ça !"

AUCUN LIEN AVEC LES FAITS et les RÉSULTATS

Ces délibérations fantôme et ces postures sans fondement ont la même base : imposer une grille de lecture conforme à ses désirs grâce à une communication agressive, répétitive et dominante. En espérant que les observateurs et commentateurs ne seront pas trop regardants. Qu’ils n’établiront aucun comparatif entre les déclarations. Aucun lien avec les faits et les résultats.

 

TOURNER SUR LUI-MÊME COMME UNE TOUPIE

Ainsi Eric Piolle peut à la fois continuer à parler d’une ville verte alors qu’elle est la dernière des grandes villes en M2 d’espaces verts par habitant, il peut pilonner Darmanin sur les femmes et épargner Branco, pérorer sur l’accès des femmes aux responsabilités et licencier la seule femme directrice de SEM pour y placer Pierre Kermen, l’ancienne tête de liste des Verts aux municipales, bref il peut tourner sur lui-même comme une toupie espérant ne jamais être stoppé.

SA "PREMIÈRE GRANDE CONFÉRENCE DE PRESSE" : UN BIDE

A l’échelle nationale il semble que les Français ne lui fassent pas confiance détectant -quel que soit leur camp- quelque chose de faisandé dans son discours insipide. Les propositions de sa première « grande conférence de presse » à Paris reprenant les poncifs mille fois ressassés sur la réforme de la constitution ont suscité une grande indifférence et un profond ennui.

UNE COLÈRE PARTAGÉE

Localement sa tactique du coucou qui surgit et annonce des décisions importantes sans que quiconque n’en soit informé -y compris dans la majorité municipale- soulève de plus en plus de colère. Les associations, du comité de liaison des Unions de Quartiers à celles d’habitants, de commerçants, des collectifs l’expriment tous sur des sujets différents.

LE PRIX de la VILLE POURRIE LE 22 MAI PROCHAIN 

Il faut que le degré de mécontentement soit élevé pour que de paisibles habitants des groupes d’immeubles de Washington et Poincaré, dans le quartier Châtelet organisent la remise du prix de la ville pourrie à Piolle le 22 mai prochain à 11 h 30 à l’angle des avenue de Washington et rue Charles Rivail.

QUELQUE CHOSE DE POURRI DANS LA DÉMOCRATIE ROUGE/VERTS

Avec les Rouge/Verts grenoblois, comme en témoigne d’ailleurs leurs candidats aux élections départementales, il y a bien quelque chose de pourri dans la démocratie qu’ils récusent au fond d’eux-mêmes.

Se considérant comme l’avant-garde d’un peuple qu’il faut guider vers les lendemains qui chantent.  Une avant-garde qui peut donc tout se permettre,  pour qui la triche est un moyen comme un autre. Pas besoin de beaucoup de culture historique pour savoir ou ces cultures d’essence totalitaire ont conduit les peuples.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *