MÉGOTS: ET POURQUOI PAS DES CENDRIERS?

La sympathique association « Hebdo écolo » « mouvement inclusif et citoyen pour la transition écologique … «  a fait la pub’ sur son opération de ramassage des mégots.  Et Serge Massé, enthousiaste, d’expliquer dans le DL (3/5/21)  que « le mégot de cigarette, nonchalamment jeté n’importe où par certains fumeurs, est un désastre écologique. Il contient une centaine de substances nocives cancérigènes qui contaminent l’eau, l’air et les sols. Il provoque des dégâts en matière de déforestation, des émissions de CO2 et une acidification des sols difficilement réversible. La pluie étant un conducteur idéal de nicotine, de phénol et de métaux lourds qui vont pénétrer les sols, les rivières, les fleuves et les océans, ces mégots sont ainsi la principale source de pollution des océans ».

RAMASSAGE DES MÉGOTS DANS DES BOUTEILLES PLASTIQUE

On est étonné que, chaque fois qu’on parle d’un déchet nocif et des mers, il est tout le temps « la principale  source de pollution » mais peu importe. Le mégot est nocif. Les militants de « Hebdo écolo «  ont ramassé ces mégots dans des bouteilles vides en plastique. Serge Massé réexplique savamment : « chaque bouteille d’un litre pouvant contenir jusqu’à 600 mégots, sachant qu’un mégot pollue 500 litres d’eau, que les participants étaient 22, cela donne 6 600 000 litres d’eau sauvés de la pollution en ce dimanche après-midi ! » .

LA RESPONSABILITÉ MUNICIPALE TOUJOURS ÉPARGNÉE

Par contre ni le journaliste, ni la charmante association ne posent la question des cendriers et de la responsabilité municipale. On se souvient que dans un temps pas si lointain sous la houlette si éclairée d’Antoine Back (Verts/FI) une grande opération de com’ avait été lancée pour installer des cendriers dans la ville.

EN 2015 A.BACK (Verts/FI) AVAIT INSTALLÉ 15 CENDRIERS

En mars 2015 notre municipalité-phare décidait de s’attaquer au sujet avec son efficacité habituelle.  C’est à dire une usine à gaz. 15 cendriers étaient installés à grands frais (5500 € !) devant les médias déjà ébahis par tant d’intelligence et de célérité. Les employés municipaux devaient récolter la cendre mais aucun recrutement n’était prévu et celle-ci était retraitée par une entreprise « éco-capitaliste « de l’Aveyron. Toujours cette économie mixte ou le public travaille pour un privé inattaquable puisque servant la bonne cause. Le bilan carbone de tout ce montage n’avait pas été établi non plus. 

L’INEFFICACITÉ EST PROMUE CHEZ PIOLLE 

Bref ce fut la catastrophe tellement que l’expérience cessa et que pour être récompensé de tant de compétence, de savoir faire et de succès, Antoine Back qui avait été également entre-temps récusé par une Union de Quartier tellement il est sectaire, a été promu… Adjoint au Maire. Certes à rien de concret dans quoi il puisse nuire puisqu’il est chargé "des Risques (!), prospective, évaluation et nouveaux indicateurs, stratégie alimentaire". Mais quand même.

Bref le dossier peut être traité. Mais à Grenoble on préfère -et de loin- des actions Liliputiennes sur lesquelles communiquer, qui occupent la galerie pendant que la pollution s’aggrave. Car on n’imagine pas une armée de bénévoles se lever toutes les semaines pour ramasser les mégots de la ville. Eric Piolle a des opérations similaires avec la propreté : plutôt que de l’assurer, ce qui est son boulot, il a lancé une journée de nettoyage par les habitants. Un fiasco aussi. Evidemment les grenoblois qui sont les contribuables les plus imposés des grandes villes ont un peu de mal à comprendre pourquoi ils devraient ramasser les ordures et balayer les rues? Même s’ils sont prêts à mettre la main à la pâte si la ville accomplit d’abord le minimum syndical.

POURQUOI GRENOBLE NE STOPPE PAS CETTE POLLUTION ?

Dossier par dossier on assiste à un dérèglement des sens benoitement accompagné par certains très bienveillants avec la municipalité qui ne s’avisent évidemment pas de poser une quelconque question qui dérange. En effet pourquoi la municipalité ne fait rien pour que la ville dispose de cendriers et stoppe cette pollution alors que tant d’autres s’y sont attelées depuis des années ? Pas impossible que le Grand Timonier, totalement engagé vers d’autres horizons à Sa Hauteur, trouve la question incongrue et pas de son niveau. Alors personne n'ose la lui poser. 

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *