“VÉGÉTALISATION” : SA DERNIÈRE ARNAQUE

« Eric Piolle communique à nouveau sur la prétendue » végétalisation » de la ville au moment où les mécontentements s’amplifient dans tous les quartiers du fait de la bétonisation de la ville organisée par le PLUI ( plan d’urbanisme) que sa majorité a élaboré puis voté à l’échelle de la métropole. Ce Plan accentue la dérive des 47 hectares de foncier perdus chaque année à l’échelle de la Métropole. Les espaces verts ne sont pas sanctuarisés comme le prouvent les projets à l’Ile Verte, sur le parc Tarze, rue Vaujany, rue Helbronner, rue de Stalingrad, rue de Chamrousse sur le site de l’église ST Jacques ou bien dans la zone entre la rue Durand -Savoyat et la presqu’ile ou un vaste espace de respiration arboré est livré aux bulldozers.

DES MILLIERS DE M2 D'ESPACES DE RESPIRATION DISPARAISSENT

Rue Thiers nous intervenons pour défendre une villa, patrimoine écologique remarquable et son jardin  menacés car nous craignons qu’ils subissent le sort des arbres, jardins et villas de valeur patrimoniale détruits dans l’opération Galtier . La chasse aux dents creuses est ouverte pour densifier massivement comme le veut le PLUI. Pendant qu’Eric Piolle communique sur « la végétalisation » ce sont des milliers de M2 de verdure et d’espaces de respiration qui disparaissent dans une ville déjà lanterne rouge des grandes villes pour le nombre de M2 par habitant qui s’est encore réduit sous son mandat. »

E.PIOLLE POURSUIT LA " BETONISATION "

Dans ce communiqué envoyé mardi Alain Carignon a rappelé la réalité de la ville. Nous en montrons les images qui l’établissent sans conteste. Eric Piolle poursuit une « bétonisation » de la ville qui va la rendre irrespirable pendant les périodes de canicule de plus en plus longue , insupportables dans la cuvette. S’y ajoute les milliers de M2 de macadam, de bitume, de béton non poreux qui accompagnent les autoroutes à vélos ou les arbres sont à la portion congrue.

EN 2003 LES VERTS DEFENDAIENT LES ARBRES ANCIENS 

Rappelons qu’en 2003 en s’accrochant aux arbres du Parc Paul Mistral pour s’opposer à la construction du Stade des Alpes, les amis de Piolle affirmaient : «  il ne suffit pas de dire qu’on va replanter des arbres ,avec le réchauffement climatique  il serait plus judicieux de préserver les arbres anciens pour rafraichir les rues de la ville « 

A.CARIGNON: "UN MORATOIRE DE LA BETONISATION" 

Pour Alain Carignon  « plutôt que ces trompe-l’œil auxquels des citoyens évidemment sincères participent, nous réitérons notre demande de moratoire de la bétonisation de la ville car il est plus efficace de ne pas faire pousser du béton plutôt que d’avoir à  le végétaliser. Ce moratoire permettrait d’évaluer les espaces à sanctuariser, les attentes en équipements publics , sportifs et de loisirs mais  en particulier les écoles pour éviter des situations comme celle du secteur de la caserne de Bonne ou 1 200 nouveaux logements ont été construits,  contraignant ensuite à réduire encore le parc Hoche pour faire face aux besoins scolaires. Le Plan d’urbanisme ( PLUI)  voulu par Eric Piolle et sa majorité est en contradiction totale  avec les conséquences du  réchauffement climatique dont  la cuvette grenobloise est particulièrement victime par l’allongement du nombre de jours de canicule. » 

LA COM' POUR QU'ON N'Y VOIT QUE DU VERT

La seule réponse qu’Eric Piolle a trouvé  au début de prise de conscience que tous les problémes résultent du PLUI qu’il a élaboré et imposé ,ce qu'il cache,  est cette com’ sur la « végétalisation » afin qu’on n’y voit que du vert. Cette nouvelle arnaque devrait rencontrer autant de succès que le «meilleur Maire du monde » ou bien sa mirobolante candidature à la présidentielle totalement encalminée dans les sondages : plus il se montre, plus il fait des médias, moins il fait de voix. Les Français semblent plus lucides que les grenoblois…

LES ESPACES à DEFENDRE SONT SOUS NOS YEUX 

Les espaces de respiration menacés , à défendre, existent. Ils sont sous les yeux  des grenoblois. Rien ne serait t perdu si au lieu de peindre le béton en vert, on l’empêchait de progresser.  

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *