SAMEDI : MANIF’ POUR L’ENTERREMENT de la CONCERTATION

Officiel. Les Conseils Syndicaux du Washington et du Poincarré, dans le quartier Châtelet organisent un enterrement. Celui de la concertation à la grenobloise. Ce n’est pas le premier, ni le dernier. De la place Notre Dame à Berriat en passant par Agutte Sembat ou ailleurs, c’est partout la même méthode : « Je décide, ils se taisent ».

ENGAGEMENT N°1 : CO-CONSTRUIRE AVEC LES HABITANTS

Il est loin le doux bercement de l’engagement N°1 de Piolle sur la co-construction. Il faut lire et relire ces lignes de miel et de sucre pour bien mesurer le niveau de cynisme du personnage : « associer les habitants pour co-construire les projets dès leur élaboration, c’est donner du pouvoir d’agir avant la décision, en lieu et place d’un petit pouvoir d’amendement de projets déjà ficelés »… N°1. 

SABORDER LES ARBRES, LA VOIE CYCLABLE, CRÉER UN CARREFOUR !

Dans le quartier les habitants enterrent simplement la concertation car ils ont sagement admis que la co-construction n’était pas pour eux. Ils réclamaient un modeste dialogue sur les projets concernant l’avenue de Washington. Dans son superbe éloignement Eric Piolle a, on le sait, densifié un peu plus le quartier en lançant une opération Actis pratiquement sur le terrain de sport de l'avenue de Washington,  histoire de réduire comme ailleurs « les espaces de respiration ». Au passage la partie accession à la propriété de l’opération est un échec. Mais Il a pour projet de créer un carrefour entre Washington et l’avenue des Jeux Olympiques, de saborder les arbres qui bordent les nouveaux immeubles et de casser la continuité de la voie cyclable. Qui dit mieux ?

OPPOSÉS à L'OUVERTURE DE LEUR AVENUE et AU CARREFOUR

Les habitants sont massivement opposés à l’ouverture de leur avenue sur un nouveau carrefour et à la mise en sens unique. A Alain Carignon qui l'a encore interrogé lors du dernier Conseil Municipal, Eric Piolle a fait répondre par  P-A Juven (Verts/FI), nouveau préposé aux mensonges, que le lancement des travaux ne préjugeaient pas de ce que la municipalité ferait. Pourtant cette nouvelle voie de circulation et le carrefour sont  la conséquence de la bétonisation tout aussi massive du quartier. La problématique est partout la même dans la ville. 

 

E.PIOLLE AUX ABONNÉS ABSENTS

Au passage, pour être fidèle au dogme de la bêtise,  il supprime des dizaines de places de stationnement alors qu’elles sont indispensables au quartier et à l’accès au stade. Il n’en resterait que 37 entre le 33 et le 51 de l’avenue de Washington.  Les habitants rappellent que le 19 juin 2020 ils ont adressé un comptage faisant apparaître un nombre de véhicules en stationnement le soir et le week end nettement supérieur à 37. Pas de réponse. 

Le 19 octobre 2020 ils demandent rendez-vous à Madame Peters censée être la Maire-Adjointe su secteur. Pas de réponse (nous sommes en avril 2021),

Le 15 janvier 2021 lettre de protestation au Maire contre le démarrage des travaux sans concertation ni même information préalable. Pas de réponse

Le 23 février 2021 courrier du Comité de Liaison des Unions de Quartiers (CLUQ) au Maire soutenant les habitants. Pas de réponse. 

Rappelons qu'au groupe d'opposition dont la dernière question orale reprochait au Maire ses absences et la désorganisation de la ville, Eric Piolle répondait vivement qu'il pouvait s'appuyer sur des Adjoints présents...

Alain Carignon est intervenu maintes fois au Conseil Municipal sur ce dossier et il était sur place au moment du démarrage des travaux . Pas de réponse non plus.

SAMEDI à 11 H30 : FÊTONS L'ENTERREMENT 

Alors les Conseils syndicaux appellent à l’action et à se retrouver ce samedi 17 avril de 11h30 à 12 h à l’angle de la rue Charles Rivail et de l’avenue de Washington à un rassemblement ou ils ont invité (notamment) Eric Piolle et Elisa Martin. En réalité des Grenoblois de toute la ville pourraient s’y joindre.

E.PIOLLE PARCOURT LA FRANCE POUR SOUTENIR LA CONCERTATION

D’autant qu’on  le sait le Grand Timonier parcours la France en soutien à tous les collectifs qui protestent contre le manque de concertation sur les projets.  On l’entend tenir des propos dithyrambiques sur le dialogue citoyen et il fait montre d’un courroux quasi sincère (!) à l’égard de tous ces élus ou dirigeants qui n’ont que mépris pour la concertation. C’est le Piolle de "l’engagement" N°1 qui court la France.

SI LES DÉCLARATIONS DE PIOLLE ÉTAIENT CONFRONTÉES au RÉEL

Ce que vivent les Conseils Syndicaux et le quartier est ce que vit toute la ville, partout. Si un seul observateur qui recueille les propos du candidat Piolle  venait les confronter au réel de ses pratiques, nous aurions le résultat intervenu sur la culture sous la plume de Frédéric Martel après son immersion dans Grenoble.

Il aurait alors même à craindre d'être dépassé par Jean Lassalle...

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *