FLAUBERT: LA BÉTONISATION DU SUD SE POURSUIT

« L’écoquartier » (!) Flaubert sort de terre et les premiers habitants qui croyaient la com’ municipale découvrent avec effroi l’hyper densification qui les attend. La municipalité communique sur le bois, le bar en toit-terrasse sur le parking,  mais guère sur les 2000 logements dont 1000 HLM.

LE PARKING SILO DEVANT LES IMMEUBLES 

Devant l’immeuble d'Actis de la toute nouvelle rue Marcelline Desbordes-Valmore le parking silo est en construction à quelques mètres sur le modèle de celui de Villeneuve. Il y a mieux comme promiscuité visuelle.

LE BAR A MUSIQUE AU NIVEAU DES APPARTEMENTS....

Mais surtout le toit-terrasse abritera un bar à musique pouvant recevoir … 400 personnes à hauteur des fenêtres de l’immeuble d’Actis. Le stationnement temporaire des clients s’effectuera dans les rues avoisinantes aucunement dimensionnées pour les accueillir. Si, vus de l’extérieur, les immeubles ont un aspect correct, à l’intérieur c’est la catastrophe : l’eau suinte dans les appartements et sur les terrasses, elle stagne et devient puante, les sols ne sont pas droits et regorgent d’eau, les volets ne fonctionnent pas et les revêtements en bois sont un échec complet puisqu’au bout de 3 ans ils sont déjà très abimés.

LES LOCATAIRES ONT FROID L'HIVER

L’immeuble d’Actis du  14 de la rue Marcelline Desbordes-Valmore avait été pourtant inauguré par le Grand Timonier lui-même, comme le Solaris sur la Presqu’ile. Décidément il porte malheur. Les locataires ont révélé qu’ils gèlent l’hiver car la température est officiellement limitée à 19 °, mais comme l’air froid passe sous les fenêtres et les portes, ils sont bien en dessous.  

DES HABITANTS NE VERRONT NI LE SOLEIL, NI LES MONTAGNES

Les immeubles poussent les uns sur les autres, les uns à côté des autres, des centaines de nouveaux habitants ne verront jamais le soleil ni les montagnes. Mais les Rouge/Verts grenoblois expliquent qu’ils réalisent un urbanisme de génie puisque des immeubles sont …en bois et le toit-terrasse d’un parking est utilisé. Comme "Grenoble-Habitat" et les autres promoteurs achètent de la publicité dans la presse locale pour vendre -difficilement- les opérations, les propos dithyrambiques sur Flaubert sont répétés à satiété.  

PAS DE NOUVEAU PARC POUR 6000 HABITANTS 

Mais Alain Carignon l’a redis au Conseil Municipal : il n’y a pas de parc nouveau pour le nombre d’habitants nouveaux. Le boyau de parc existant est très occupé y compris par des populations qui le privatisent à leur seul profit .

UNE DÉCHARGE à CIEL OUVERT DEPUIS DES MOIS

Les immeubles existants sont face à une décharge à ciel ouvert depuis des mois : pneus, gravats, ordures souillent le sol et le sous-sol et les habitants ont ce spectacle sous leurs yeux… pendant qu’E.Piolle pérore sur la «biennale des villes en transition ». La même situation vécue par les riverains du site Allibert.

LA CHAMBRE D'AGRICULTURE et le CRÉDIT AGRICOLE ONT FUIT

On comprend que la Chambre d’Agriculture et le Crédit Agricole qui avaient leurs sièges tout à côté de ce quartier d'avenir (!) aient immédiatement choisi de déménager. Ils étaient certains du résultat sur la qualité de la vie et la valeur future des biens. 

UN VASTE ILOT DE CHALEUR EST EN TRAIN DE POUSSER AU SUD

Un vaste nouvel ilot de chaleur est en train de pousser dans le sud de la ville qui aurait au contraire besoin d’aération sociale et environnementale. La municipalité s’enfonce dans cet urbanisme d’un autre temps, caché par les mots d’une ridicule modernité, au détriment des habitants. Elle entend se construire des Bantoustans électoraux sur leur dos. Un jour ou l’autre, comme l’Afrique du Sud l’a vécu, ils lui exploseront au visage. 

UNE COM' HORS SOL

D'autant que la com' de Piolle, totalement hors sol, démontre qu'il ne sait pas de quoi il parle. A l'occasion de la "Biennale des villes en transition" il est allé confectionner un jus de carottes dans les locaux du "Bar Radis" installé au pieds de l'immeuble d'Actis. Faute de mieux puisque de grands panneaux de commercialisation des rez-de-chaussée montrent que personne ne veut s'installer dans des locaux dont la visibilité extérieure a été si mal pensée. Le "bar à radis" était exceptionnellement ouvert pour l'occasion du Grand Timonier qui a fait force tweets et vidéos le montrant en action....

PIOLLE SIROTE SON JUS DE CAROTTES

La plupart des habitants voient à travers les vitres sales des locaux plutôt négligés ou s'entasse un bric à brac pas très avenant. Aucune des éminences Rouge/Verts ne vivraient au dessus d'un tel capharnaüm. Ni devant une décharge à ciel ouvert. Encore moins dans un univers aussi bétonné. C'est pourtant ce qu'ils imposent aux habitants en sirotant leur jus de carottes. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *