SCIENCES-PO, E.PIOLLE ET L’ISLAMO-GAUCHISME

« Le concept d’islamophobie n’est qu’une machine de guerre inventée par les fondamentalistes pour taxer de racisme tous ceux qui critiquent l’islamisme » résume Luc Ferry dans le DL Sciences-Po Grenoble, bien dans la lignée culturelle des Rouge/Verts, recycle les idéologies ressassées, toutes s’étant révélées mortelles pour les peuples qui y ont cédé. Hier, devant MC2, une manifestation contre "l'islamophobie et le racisme" réuni moins de 150 personnes malgré l'appel de l'UNEF, du NPA, de l'Alliance Citoyenne, l'Union Communiste et autres joyeusetés. 

DEUX ENSEIGNANTS CLOUÉS AU PILORI 

Voilà que deux enseignants de Sciences Po sont cloués au pilori pour avoir refusé justement de mettre le concept d’islamophobie sur le même plan que le racisme et l’antisémitisme. Ils ont pourtant mille fois raison. Fort heureusement, on a encore le droit en France de critiquer toutes les visions du monde, y compris religieuses, sans être pour autant raciste. On doit pouvoir critiquer le christianisme, l’islamisme ou le judaïsme comme on le fait du libéralisme, de l’anarchisme ou du communisme. Cela s’appelle le débat d’idées. Tandis que le racisme et l’antisémitisme appellent à la haine des personnes, pas seulement à la critique des idées.

Il s'est trouvé une organisation , "l'Union syndicale" et son porte parole Thomas Mandroux pour jeter les deux universitaires aux chiens, après ce qui est arrivé à Samuel Patty

LES ISLAMISTES RADICAUX, NOUVEAUX PROLÉTAIRES

Mais le fond de culture totalitaire qui se renouvelle de génération en génération et veut imposer chaque fois sa vision du monde a remplacé les prolétaires par les Islamistes, nouveaux damnés de la terre. Il se trouve tout  « un courant de pensée «  si on peut l’appeler ainsi, qui épouse cette cause. Les ex-trotskistes, ex LCR, ex-tout, ont fait de l’entrisme afin d’en être les porte-parole. Ce qui a été résumé sous le terme « d’islamo-gauchisme «.  On trouve toujours dans cette propagande tapageuse des Edwy Plenel ("Pour les Musulmans") dont la méthode basique pour faite taire consiste simplement à accuser quiconque résiste à l’islamisme politique de s’en prendre aux musulmans.  

LA MENACE, LA DISQUALIFICATION...

Bien entendu avec leurs médias (« Libération »), leurs « idiots utiles », tous les couards qui s’inclinent immédiatement derrière la dernière ineptie lancée pourvu qu’elle les mettent dans le vent du moment, cette « thèse. » cherche à s’imposer.  Souvent par la force, la menace, la disqualification.  Tous ces ingrédients se retrouvent dans le psychodrame vécu à Sciences-Po Grenoble

Eric Piolle a subventionné le collectif contre l'islamophobie, organisé un meeting avec Edwy Plenel contre l'état d'urgence après l'attentat du Bataclan ...

E.PIOLLE CONTRE L’ÉTAT D'URGENCE APRÈS LE BATACLAN

Toujours à la pointe extrême de la connivence et du suivisme d’avant garde, la municipalité Rouge/Verts a même subventionné le … Collectif contre l’Islamophobie. Eric Piolle aux côtés d’Edwy Plenel et de Médiapart a organisé et financé un meeting « contre l’état d’urgence » après les attentats du Bataclan. Faut il être plus clair ?

PACTE : LES SOCIOLOGUES CONFORMISTES SUIVENT 

Bien entendu, les sociologues sont sur cette ligne : Le laboratoire en sciences sociales de l’UGA a jugé que « l’instrumentalisation politique de l’Islam et la progression des opinions racistes […] légitiment la mobilisation du terme ‘islamophobie’ dans le débat scientifique ».

Ce n’est pas leur faire injure que de relever qu’ils ont rarement été à la pointe des innovations intellectuelles les plus marquantes et que leurs discours de révoltés permanents épousent toujours la phraséologie du moment.

S.SAURUGGER JUGE "PROBLÉMATIQUES"  LES PROPOS 

La directrice de Sciences Po, Sabine Saurugger  est sur cette même ligne .. Elle a jugé « extrêmement problématique » ( !) les propos des deux enseignants. Mais pas du tout l’intolérance de l’union Syndicale dont le porte parole, Thomas Mandroux  qui a dénoncé « l’islamophobie » des deux enseignants.

MOINS DE 50 ÉTUDIANTS CONTRE L'ISLAMOPHOBIE

Il s’est même encore trouvé moins de 50 étudiants devant Sciences Po le 9 mars dernier pour manifester eux aussi contre cette fameuse et dangereuse islamophobie qui envahit Sciences-Po et la société. C’est elle qui tue en effet, comme chacun sait, pas l’islamisme radical.

L'UNI DEMANDE LE DÉPART DE S.SAURUGGER 

On comprend que l’UNI, association étudiante, ait demandé pour le principe la démission de la directrice de Sciences Po. Mais  l’histoire des idées démontre que les auto-proclamés  « intellectuels » ne démissionnent jamais et n’ont jamais de compte à rendre.

CE SONT LES TALENTS QUI DISPARAISSENT 

Ce sont les autres qui disparaissent. En Mai 1968 le philosophe Paul Ricoeur a été coiffé d’une poubelle à la fac de Nanterre  par Cohn-Bendit et quelques autres. Avoir résisté pour exiger que le débat soit possible, que le pouvoir des amphis ne soit pas exercé par une minorité légitimée par personne d’autre qu’elle-même, était déjà insupportable : croyant, non-marxiste, sa carrière se déroulera donc partout hors de France et surtout aux Etats-Unis :  dans un collège quaker, puis à New York, enfin, comme visiting professor, à la DivinitySchool et au département de philosophie de l'université de Chicago. Ricoeur sera aussi président de l'Institut international de philosophie et directeur de la Revue de métaphysique et de morale…. Décédé en 2005 il a créé une œuvre marquante et reconnue internationalement. Un bon symbole de la pauvreté intellectuelle  de nos censeurs.

COHN-BENDIT TOUJOURS LA POUR DONNER DES LEÇONS

Par contre, Cohn-Bendit est toujours là à donner ses leçons, à être écouté comme un oracle, lui qui ne laisse trace d’aucune idée, d’aucune réalisation, d’aucune œuvre.

 K. KINZLER SAUVE L'HONNEUR AVEC COURAGE et LUCIDITÉ

Paradoxalement à Grenoble en 2021 le souffle de la résistance et de la liberté sera venu d’un Allemand, le professeur Klaus Kinzler qui a incarné avec le sourire, contre tout le monde, le solide bon sens appuyé sur l’amour du débat. Non l’islamophobie n’est pas un concept scientifique établi et son utilisation peut être débattue librement sans que celui qui le fait soit ostracisé. Tout simplement. Le racisme ou l’antisémitisme, eux,  ne sont pas sujets à débat et sont même constitutifs d’un délit. 

"JE SUIS DE PLUS EN PLUS ISOLÉ, CHAQUE ANNÉE UN PEU PLUS"

Il a été un enseignant bien solitaire dans les médias et son sourire est devenu triste quand il a avoué « je suis de plus en plus isolé, chaque année un peu plus ». La chape de plomb progresse dans l’université à proportion qu’elle régresse dans le débat d’idée. 

DE DEBRAY à JULLIARD EN PASSANT PAR ZEMMOUR, ONFRAY....

Car en réalité de Régis Debray à Finkelkraut en passant par Onfray, Zemmour (horreur) à Luc Ferry, Jacques Julliard ... sur des terrains très différents, les idées de Nation, de destin collectif d’un peuple, de frontières, de communauté de mœurs et de destin sont portées avec talent et leurs livres se vendent. Il sera de plus en plus impossible de traiter »d’islamophobe » tous ceux qui, respectant les musulmans, refusent que l’islam politique impose sa loi et ses valeurs en France.

LES ROUGE/VERTS, DAMNÉS de L'HISTOIRE

En se recroquevillant sur son noyau dur, parmi lesquels les élus de la municipalité Piolle, tels Pascal Clouaire, Nicolas Kada influents à Sciences Po, en envoyant au front Jérôme Soldeville ou Antoine Back  qui refont l'histoire avec leurs oeillères, la nébuleuse Rouge/Verts montre son vrai visage. Jérôme Soldeville n'a-t-il pas déjà comparé Macron au régime "de Vichy avec un sourire Colgate" ?  Vichy ce n'était donc que l'absence de sourire ? Ils comparent maintenant la traque des juifs à celle des islamistes aujourd'hui. Qui dit mieux ?  

A LA POINTE DE L'ANTI-GAULLISME 

L’Institut était à la pointe de l’anti-gaullisme pendant la période gaullienne. Toujours du côté de Sartre pour lequel « les anti-communistes sont des chiens ». Le passage des prolétaires  aux musulmans s’est effectué déjà dans les  années 70 quand Sartre clame haut et fort son soutien à la révolution iranienne. Une délégation "d’intellectuels" ira avec lui en pèlerinage à Neauphle-le-Château où Khomeiny s’est réfugié afin de saluer le « Soleil de la Révolution ». Pour ne pas être en reste, Foucault s’empressera de déclarer que la révolution islamique est « la forme la plus moderne de la révolte… ».  Ah au nom de ce  mot « révolution » que d’imbécilités auront été prononcées, que de malheurs auront été couverts.

SARTRE POUR FAIRE OUBLIER SON ABSENCE de RÉSISTANCE

Les mêmes qui s’affirment  leaders aujourd’hui de l'égalité homme/femme ont soutenu tout cela. Derrière un Sartre qui collera toute sa vie à n’importe quelle « lutte » pour faire oublier qu’il avait oublié d’être résistant entre 40 et 45… Le club des Tartuffes est fourni. Et toute la gauche aura toujours fait l'impasse sur cette mémoire-là, elle qui revisite l'histoire à tout instant. 

MAOÏSTES, POUR LES KHMERS ROUGE, MAI 68 ....

Avant la connivence de fait avec l’islamisme politique, ils ont soutenu la révolution Maoïste, l’arrivée des Khmers au Cambodge  et bien entendu fait « la révolution » en mai 1968 afin d’accoucher de l’individu-Roi devant lequel L’État et toute autorité doivent s’agenouiller. On sait combien ces idées ont fait progresser le bien commun.

SOUFFLER SUR LES BRAISES et EMBRASSER LE VENT 

L’épisode récent de Sciences Po -qui avait aussi  accepté de servir la soupe à Piolle dans le premier mandat avec ce ridicule « grand oral» annuel  - ne va pas grandir ceux qui ont soufflé sur les braises et  embrassé le vent. Le débat -le vrai- n’aura donc pas lieu à l’Institut puisque de nouveaux Khmers Rouge/Verts disent le légitime et l’illégitime, décrètent seuls le caractère scientifique d’un concept, clouent au pilori les rares résistants. Il s’étiolera comme  « le Magasin » et tous ces lieux publics transformés en secte sous le joug du pouvoir local.

LES NOUVEAUX GARDES ROUGES 

Il aura lieu ailleurs dans la vie réelle de la cité, dans l’Agora, la ou tout est permis, là où les citoyens échangent librement, seulement  éclairés par des auteurs de culture et d’engagements différents mais dont la pensée demeure  libre de tous les diktats des nouveaux Gardes Rouges.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *