“TOUT VA TRES BIEN, MADAME LA MARQUISE…”

Un grenoblois locataire d’Actis nous adresse ces photos de la vie dans son immeuble 68 avenue Jules Vallès à Grenoble. Un immeuble neuf livré il y a un an et dont les attributions de logements ont donc été effectuées sous la resplendissante présidence d’Eric Piolle qui présidait Actis.

Résultat une dégradation immédiate de l’immeuble livré à des sauvages qui ne respectent rien ni personne. Les locataires « normaux » devant évidemment supporter cette situation. Mais quel élu Rouge/Verts accepterait-il de vivre dans une telle zone ? D’enjamber les détritus ou  la pisse pour sortir de chez lui ?

COMME PARTOUT,  LOGÉS PAR E.PIOLLE 

Comme toujours, comme partout ceux qui veulent imposer aux autres leur mode de vie sans règles sont connus, identifiés, ils habitent l’immeuble, ils ont été logés par Eric Piolle.  

Comme à l’Alma, comme rue Raoul Blanchard, comme à Hoche au Rondeau  ou à Mistral. Comme partout. Eric Piolle, Christine Garnier  (Verts/Ades) et tous les élus qui ont la haute main sur le logement depuis des décennies continuent d’interroger gravement sur la délinquance, ses causes et renvoient aux responsabilités des autres.

LA COUR DES COMPTES POINTE LES ATTRIBUTIONS de LOGEMENTS

Il s’agit toujours pour eux de tenter de faire oublier la leur : la racine du mal est plantée par eux avec les attributions de logements. Même la Cour des Comptes dans son rapport sur l’échec de la politique des quartiers pointe la politique d’attribution des logements sociaux

L'EXEMPLE DE HOCHE AVEC LA MUNICIPALITÉ CARIGNON

Mais pourquoi donc sous la municipalité Carignon qui avait hérité de la cité Hoche à attribuer dans sa totalité, pourquoi donc pendant 12 ans tous les locataires de HLM rêvaient de vivre à Hoche ? Pourtant tous les attributaires entraient dans les critères des HLM. On sait ce qu’il est advenu de ce quartier aussi avec Destot puis Piolle.

Rue Henri Poincaré une famille menacée par les dealers a du quitter précipitamment son logement Actis. Rue D'Alembert,  Isabelle est menacée de mort parce qu'elle a porté plainte contre un squat qui empoisonne sa vie. 

Mais ailleurs ce n’est pas mieux. Place des Géants le centre de santé ne peut pas se construire du fait de l’insécurité et la Métro vient pourtant encore de voter 7 millions d’€ pour les dalles et les aménagements de la place.

LES ÉCHECS SUCCÈDENT AUX AUTRES

Vendredi dernier encore, au Conseil Métropolitain, Alain Carignon interpellait Eric Piolle, Chistophe Ferrari, Renzo Sulli. Ils ne veulent rien entendre et poursuivent inlassablement une politique qui échoue. Nouveaux immeubles comme avenue Jules Vallès, « rénovation urbaine » comme place des Géants ou bien mirobolant « Grand’Alpes » pour habiller un nouveau projet urbain qui succède aux autres : Villeneuve, puis Vigny-Musset, puis la Presqu’ile.

L'ABBAYE : DUPLIQUER CE QUI A ECHOUÉ PARTOUT

Demain la cité de l’Abbaye ou Pierre-André Juven le « nouvel » Adjoint (Verts/FI) duplique  comme un perroquet  les mêmes projets que ses prédécesseurs : mixité sociale, ouverture du quartier, espaces verts … Chacun sait ou ça mène. D’autant que la municipalité commence par concentrer toutes les misères dans ce quartier dans le cadre  de son « urbanisme transitoire »(!).  Qui va aller acheter un logement dans ce capharnaüm ?

L'OPPOSITION PRÉSENTE DES ALTERNATIVES 

A Alain Carignon les élus répondent que tout va bien. Ils vont dans la bonne direction. D’ailleurs si on les entend bien, ils ne savent pas faire autre chose. Pourtant l’opposition fait des propositions concrètes pour changer la donne : par exemple installer des services municipaux, métropolitains dans tous les locaux et logements vides, créer une cité-bureau à l’Abbaye, plutôt que d’acquérir le siège d’une banque ou construire un siège de 80 millions d’€.

Place des Géants à Grenoble, Alain Carignon a fait remarquer aussi que depuis plus de 10 ans les habitants passent devant des rideaux baissés de l’ancienne antenne de la mairie dont les bureaux n’ont jamais été réaffectés à personne. Avenue Jules Vallès -après la Presqu'ile- même les immeubles qu’ils viennent à peine d’inaugurer sont une pétaudière. Quel cumul ! Mais ils sont sur la bonne voie….

D'ailleurs la semaine dernière, Eric Piolle, "Maire à plein temps" a passé encore 4 jours sur 7 en campagne présidentielle loin de Grenoble. C'est dire si ça l'intéresse. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *