POUBELLES, DECHETS : “LA FAUTE AUX BEAUX JOURS” pour G.NAMUR (Verts/FI)

« Avec le retour des beaux jours, et la multiplication des ventes à emporter liées à la crise sanitaire, les corbeilles de nos parcs et jardins et du centre-ville débordent »  explique Gilles Namur l’Adjoint de Piolle «  à la fraîcheur » sur le site de France3-Région. « Tout est parti de son tweet «  indique le journaliste. Devant les poubelles qui débordent, le ramassage insuffisant des ordures Gilles Namur a voulu se dédouaner dans la grande tradition Piollesque.

LA MALPROPRETÉ EST UN PHÉNOMÈNE PRINTANIER !

Comme si la malpropreté de la ville était un phénomène printanier ! C’est simple ils sont au pouvoir mais ne peuvent rien faire, sauf sauver la planète dans les décennies qui viennent étant entendu qu’ils n’auront pas de comptes à rendre sur leurs résultats à ce moment-là. Les gros malins. Mais Gilles Namur n’est pas immobile : « Un groupe de travail a été créé pour mettre en place une politique à ce niveau » a t il annoncé à France3.

EN 2014 E.PIOLLE DEMANDAIT DU TEMPS POUR LA PROPRETÉ

Ça rappelle Eric Piolle, lequel 3 mois après son élection en 2014, répondait à une Union de quartier : laissez nous le temps de découvrir comment fonctionne la propreté urbaine ».  Il ne l’a toujours pas trouvé, le temps. 

Il y a simplement eu un coup de com’ sur la propreté avant les dernières élections municipales. Piolle avait décrété « la mobilisation générale ». Les grenoblois savent  ce qu’il en est advenu.

C.BOUTAFA : UN PROBLÈME D'EFFECTIF à la PROPRETÉ URBAINE

"Il y a un gros problème d'effectif à la propreté urbaine. Ils sont déboussolés, déçus qu'il n'y ait pas d'apport au niveau du personnel pour les aider dans leurs tâches. Tous les renforts ont été enlevés, ils évoluent en effectif restreint" explique Chérif Boutafa, syndicaliste et élu d’opposition au Conseil Municipal. Pour lui, les employés de la propreté urbaine"ne sont pas entendus". "Ils veulent bosser plus et être payés, et non avoir des récupérations après certaines astreintes", peste-t-il. Par contre Eric Piolle compte... 18 communicants à son service !

ILS VONT LES JETER OÙ ?

Pour lui  Grenoble est devenue"sale". « Si les gens mangent un plat à emporter dehors, c'est logique qu'ils laissent leurs déchets dans les poubelles municipales. Et si elles débordent, ils vont les jeter où ? « Il dénonce également le manque de poubelles dans la ville, notamment dans les parcs et jardins. Gilles Namur va leur reprocher de jeter leurs déchets dans les poubelles?

GÉRER UN PROBLÈME SIMPLE EST HORS de LEUR PORTÉE

Gilles Namur et Eric Piolle ne savent pas gérer un problème simple : ramasser les poubelles. En multipliant les couleurs de celles-ci, ils en ont profité pour réduire les nombres de jours de ramassages. La complexité est telle pour les habitants que plus personne ne sait quoi faire avec les poubelles vertes, marrons, ni ne sait quand elles sont ramassées. Ainsi dans les poubelles marrons censées être réservées aux déchets alimentaires, beaucoup mettent n’importe quoi. S’ajoute le régime particulier de certaines commerces ou entreprises qui étalent leurs poubelles débordantes sur la chaussée dès le début de l’après midi pour un ramassage le lendemain.

Comment les grenoblois feraient ils un effort conséquent dans une ville aussi mal entretenue ? La saleté appelle la saleté.

TRI ET RECYCLAGE : NOUS SOMMES BONS DERNIERS

Non seulement ça ne marche pas en termes de propreté mais notre Métropole est la dernière pour le tri des déchets et le recyclage ! De plus une partie des déchets soigneusement triés par les citoyens pour sauver la planète sont transportés en camions en Espagne et en Italie. Bonjour le bilan carbone. Au lieu de réviser leurs dogmes ils envisagent 250 policiers pour contrôler les poubelles et dresser des procès verbaux. Dans tous les quartiers. On rigole de leur bêtise crasse. 

LES VERTS REFUSENT DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS 

Vendredi encore au Conseil Métropolitain, Lionel Coiffard le Vice-Président du groupe Piolle qui gère les dossiers a refusé de répondre à Alain Carignon sur Athanor, les déchets, le tri. Il veut bien rencontrer le Président du groupe d’opposition, mais pas répondre par écrit à ses questions précises. Ce secteur est sous la « responsabilité «  des Verts depuis 7 ans. Ils sont même nuls dans le cœur de « leur métier… 

UNE VILLE SALE, RECONNUE PAR TOUS

La ville est sale est un leitmotiv reconnu par tous. Ramasser les poubelles quotidiennement, les corbeilles également, mettre en place un système simple à partir des pratiques des habitants -pas un système imposé par des zozos Verts- et  entretenir l’espace public pour qu’il soit propre tout le temps semble une tâche inatteignable par les élus Rouge/Verts .

LES ADJOINTS AUX MAIRES TRAVAILLENT SUR LEURS TITRES...

Gilles Namur a succédé à l’incompétente Lucille Lheureux : le premier est maintenant "Adjoint à la fraîcheur" (!),  la seconde était chargée de «l’espace public ». Ils s’amusent avec leurs titres et passent plus de temps à en changer qu’à mettre en œuvre des solutions concrètes.

Grenoble aurait simplement besoin d’un Adjoint chargé de la propreté -d’un autre chargé de la sécurité- et d’un Maire qui ait le désir d’agir pour la vie quotidienne des grenoblois. Visiblement aucune de ces conditions n’est réunie.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *