CHAMPIONNET VEUT LA RÉOUVERTURE (partielle) DE A.SEMBAT

« En semaine, les embouteillages du boulevard Gambetta sont quasi continus de jour. De même, dans les rues Hoche, Lesdiguières et Condorcet et les carrefours Turenne/Condorcet et Gambetta/Lesdiguières. Le boulevard Gambetta à 3 voies de circulation de la Bastille-Hubert Dubedout à la place Gustave Rivet avait été précédemment réaménagé afin d’y limiter positivement la circulation automobile, à savoir la suppression d’une voie pour transports en communs uniquement, la suppression d’une voie à partir de l’intersection Hoche.

"UNE PÉRIODE TEST VISANT à LIMITER LES EMBOUTEILLAGES"

« Nous avons proposé d’établir une période test visant à tenter de diminuer les embouteillages des boulevard Gambetta en provenance de Gustave Rivet ainsi que de la rue Hoche en provenance d’Agutte-Sembat. Ces embouteillages, apparus depuis la mise en place de CVCM, influent directement sur la vie des habitants, écoliers et étudiants : pollution, nuisances sonores, insécurité... »

"ROUVRIR LA PORTION DE HOCHE à LESDIGUIÈRES" 

Le relevé des échanges entre l’Union de Quartier Championnet et … Alan Confesson l’élu (Verts/FI) chargé du secteur (après avoir échoué au Village Olympique dans le précédent mandat) est édifiant.  Les habitants proposent en test de « rouvrir uniquement la portion Agutte-Sembat depuis l’intersection Hoche/A.Sembat jusqu’à l’intersection Lesdiguière/Agutte-Sembat «  et de  « Rétablir l’accès au parking Hoche/Victor Hugo sur Agutte-Sembat, accès supprimé par la chrono-vélo et qui oblige les automobilistes pour y accéder ou en sortir, à s’insérer dans les flux congestionnés de Lesdiguières et Hoche. »

Alan CONFESSON (Verts/FI) A DU TRANSPIRER

Le compte rendu qui nous est parvenu montre que Michel Voilin (président), Martine Allegre (vice-présidente), Bernadette Henuset (trésorière), Henri De Choudens et Frédéric Champavier (membres du bureau) participaient à cette réunion ou Alan Confesson a du transpirer .

LE PLAN BRUTAL DE CIRCULATION A ÉCHOUÉ

Comment admettre que le mirobolant plan de circulation imposé par Eric Piolle produise des embouteillages, de la pollution, des nuisances, plus de dangerosité pour les piétons ? Au moment où Eric Piolle décide de fermer l’entrée côté place Notre Dame dans les mêmes conditions de brutalité, sans étude d’impact préalable, comment pourrait-il accepter même des « tests » pour mesurer si une autre organisation fonctionnerait mieux ?

LE GRAND TIMONIER N'A PAS DE TEMPS POUR GRENOBLE 

On ne sait pas ce qu’Alan Confesson -dont le pouvoir d’intervention est égal à zéro- a répondu à ces demandes. Probablement ne sont elles même pas parvenues aux oreilles du Grand Timonier qui surfe de médias et médias et de région en région. N’annonçait-il pas dimanche sur BFMTV qu’il se rendait en Haute Normandie, après la Bretagne, la région Parisienne, le Nord Pas de Calais pour sa marche de l’Empereur au succès fulgurant ? Comment trouverait il le temps de se rendre bd Agutte Sembat pour mesurer ce qui est possible ?

LES PLUS LONGS PASSAGES SUR FRANCE INFO ET FRANCE INTER

Le journal Reporterre a calculé qu’en un mois (novembre dernier)  « on a entendu, en cumulé, Eric Piolle quarante minutes sur la chaîne de télé France Info -soit le plus long temps de parole pour un politique qui n’est pas membre du gouvernement. (…) il a bénéficié de seize minutes de temps de parole sur France Inter-, toujours en novembre ». 

LES MÉDIAS DE GAUCHE MATRAQUENT SANS QUESTIONNER 

Les médias de gauche matraquent pour vendre le produit sans jamais lui poser de questions dérangeantes sur son bilan mais malgré cette exposition démentielle, il ne décolle pas, encalminé dans l’épaisseur du trait dans les sondages, 2 à 3%. Il est vrai que son discours généraliste et abscond, dépourvu de tout résultat grenoblois, n’est pas de nature à séduire le citoyen. Sa suffisance est ce qui passe le mieux.

JB BOURSIER (BFM) : "JE NE COMPRENDS PAS CE QUE CA VEUT DIRE"

Même Jean-Baptiste Boursier (BFMTV) lui a envoyé « je ne comprends pas ce que ça veut dire » après qu’Eric Piolle ait aligné son sempiternel « il faut mettre en débats «  pour toute réponse à une question précise sur la laïcité !

Alors trouver le temps de répondre à Championnet ! D’ailleurs les habitants ont encore souligné le « problème de la coexistence des vélos/piétons/trottinettes/Engins de Déplacements Personnels motorisés sur les trottoirs et en particulier boulevard Gambetta, rues Hoche et Berthe de Boissieux, et aux carrefours Thiers/Berriat (sans feux) et Lesdiguières-Gambetta (feux trop courts pour les traverses de piétons) ».

LES FEUX DE PROTECTION DES PIÉTONS SUPPRIMÉS UN à UN

La municipalité a supprimé des feux de protection rue Lesdiguières, place Championnet, supprimé des  ralentisseurs rue Lesdiguières, à l’intersection de la rue Lazare Carnot, afin d’absorber plus vite les reports de circulation dans ces quartiers sui subissent maintenant des nuisances insupportables. La rue Hoche étant un « bon » exemple de rue dans laquelle un report massif de circulation est effectué après que la municipalité l’ait hyper-densifiée. Logique ?

"LES PIÉTONISATIONS SONT UN ÉCHEC"

D’ailleurs l’Union de Quartier tire le bilan de la piétonisation qui pourrait être utile place Notre Dame, place Sainte Claire et rue Bayard « : Les piétonnisations expérimentales de juin-juillet 2020 de la rue Lakanal-Championnet et ses 2 annexes (rues Doudart de Lagrée -Humbert II et rue Pierre Artaud) n’ont pas eu les effets escomptés en impact de fréquentation, avec peu de résultats pour les commerçants, sauf pour les bars et restaurations de la zone piétonisée. En revanche, beaucoup de nuisances constatées pour les riverains, faute notamment d’anticipation, de communication, de plan de circulation et d’animations adaptés. L’UQ CBCH est opposée à ces piétonisations. »

L'ABERRATION DE LA PRÉEMPTION de la CHAMBRE de COMMERCE

Mais l’Union de Quartier relève aussi l’aberration de la préemption de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCI) par la ville (8 millions d’€) ; Elle demande « quelles sont les suites de la préemption publique de juin 2020 du bâtiment de la CCI déménagée pour être remplacée par du logement social, dans un quartier Hoche déjà très dense, à la place du projet privé prévu de maison de retraite et de centre médical, sans démolition ? « 

LA MUNICIPALITÉ VEUT DÉMOLIR ET METTRE DES HLM

A cela Alan Confesson aurait répondu que cet avenir était lié au « au projet urbain Hoche-Malraux à l’horizon 2030 avec la libération de la tour bd Lyautey par La Poste. » Comme si le projet de la Poste et celui de la CCI ne pouvaient pas être décidés en fonction de leur calendrier propre et sans attendre. Mais la municipalité avance masquée sur son projet initial de démolir la CCI pour construire encore du logement social dans le secteur, afin d’étendre encore l’enfer qu’elle fait vivre aux habitants de Hoche. 

LES HABITANTS VEULENT DES TESTS, PAS DES OUKASES

L'analyse sereine et les propositions de bon sens de l'Union des Habitants de Championnet tombe très mal pour Eric Piolle lancé place Notre Dame et Cours Berriat dans des opérations similaires.

Les habitants veulent des tests, des expérimentations, pas des oukases ni des dogmes appliqués au réel. Peu d'années après son entrée en application le plan brutal de Piolle démontre qu'il ne fonctionne pas. Un bon symbole de son efficacité personnelle.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *