E.PIOLLE : “TAISEZ-VOUS ELKABACH”

Hier soir Eric Piolle aurait pu reprendre la formule célèbre de Georges Marchais du siècle précédent -auquel il ressemblait tant- du « taisez-vous Elkabach ». Invité de l’émission « Repère«  sur C’News  le roué du journalisme lui a joué le « corbeau et le renard » ne cessant de flatter la croupe d’Eric Piolle qui se gonflait au fur et à mesure, laissant sa suffisance dominer tout son personnage.

ARROGANT, SUR DE LUI ET DOMINATEUR 

Ce faisant les téléspectateurs qui ne le connaissaient pas encore découvraient l'homme arrogant, sur de lui et dominateur, dont la narine frémissait sous la caresse, alors que rien dans ses résultats ou dans ses propos ne justifiaient quoi que ce soit de ce sentiment de supériorité.

"VOUS ÊTES UN LEURRE ?"

Jean-Pierre Elkabach le flagornait avec un sourire en coin sur le théme «  le chef c’est vous « ou bien «  nous, c’est vous ? hein  « ou encore  lui rappelant qu’il était en marche pour l’Elysée. Sauf à retomber parfois dans le réel et à lui lancer « vous êtes un leurre ? ». Ou Piolle  se révélant toujours plus dans sa vanité effrayante, répondant à Elkabach qui lui disait « ressembler au petit poucet qui sème ses cailloux  : «  je n’ai pas la culture du Petit Poucet »

E.PIOLLE EXPLIQUE QU'IL A PROGRESSÉ de 2014 à 2020....

On retrouvait-là  son tweet sur le fait qu’il « ne joue jamais le rôle de figurant ».

Comme un ballon à hélium, Eric Piolle pouvait caracoler dans la fuite en avant. Voilà qu'il expliquait avoir été élu avec 30 % de plus en 2020 qu'en 2014 ... Lui qui est passé de 20 000 voix à 16 500 entre les deux élections.

... ET QUE LA DETTE DE GRENOBLE N'EST PAS LA SIENNE

Ou bien que l'endettement de la ville était celui de Carignon, parti il y a 25 ans de la Mairie, alors qu'il n'y a plus un centime de "dette Carignon" depuis 1999 comme celui-ci le lui a démontré au Conseil Municipal sans être démenti. 

 

Le journaliste a aussi émaillé son interview d’allusions à Grenoble en commençant par un « bon anniversaire, vous fêtez ce mois-ci votre septième anniversaire à la mairie de Grenoble, un septennat mais vous rêvez d’un quinquennat à l’Elysée » .

"COMMENT N'AVEZ VOUS PAS FAIT RECULER L'INSÉCURITÉ ?"

 Lui demandant  aussi « comment vous n’êtes pas encore arrivé à faire reculer l’insécurité au bout de  7 ans » ou encore pourquoi la police municipale n’est pas armée et de ce fait ne peut pas pénétrer dans des quartiers de Grenoble. Ou encore : « pourquoi vous vous obstinez a refuser les caméras ? » 

E.PIOLLE ACCUSE JADOT DE "PETITS CALCULS..."

Eric Piolle , « vert «  de rage quand Elkabach lui a signalé un article du «  Monde » qui le ramenait à la réalité :  il s’en est pris avec vigueur à Yannick Jadot et ses amis, « leurs petits  jeux,  leurs petits calculs ». « 3% d’intention de vote pour vous  et  12 % pour Yannick Jadot, c’est quatre fois plus «  lui a précisé, cruel, JP Elkabach.

"ON VOIT L'AMBITION PERSONNELLE"

Sans se départir de son sourire amical le journaliste a frappé à l’endroit précis du cœur de la motivation Piolle qui apparaissait le plus clairement au milieu de la confusion et du vide des mots habituels enfilés  : «  on voit bien l’ambition personnelle ».

 E.PIOLLE BAFOUE LA PRESOMPTION D'INNOCENCE

Auparavant il avait pris la peine de lui rappeler qu’il ne respectait pas la présomption d’innocence en s’en prenant à Vincent Bolloré. donc qu’il ne respectait pas la loi. Pour un prétendant à l’Elysée

 

LES MÉDIAS PLUS ATTENTIFS ?

Il semble qu’au fur et à mesure qu’il est encalminé dans les sondages et qu’il s’agite de plus en plus, Eric Piolle s’enfonce. Les médias risquent de devenir moins bienveillants après l’enquête  de Frédéric Martel (France Culture) et la sortie du livre « le vert à moitié vide » . Les « journalistes «  du type Jannick Alimi (Le Parisien) qui se contentent de reproduire la com’ du candidat vont se faire plus rares.

D.de MONTVALLON : "L'INCROYABLE IGNORANCE de PIOLLE"

Au même moment c’est un journaliste respecté, Dominique de Montvallon qui le pointait sur tweeter pour sa légèreté et son ignorance. Et en même temps -toujours- cette fatuité incommensurable qui amenait Piolle à s’identifier à un Mendès-France.

La fuite en avant médiatique semble se retourner contre lui. En privé, à la fin de l'émission Jean-Pierre Elkabach a dit à ses amis l'avoir  "trouvé très content de lui..." Pas exclu que, frisant le ridicule, il y tombe définitivement. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *