Avenue de WASHINGTON : LE ROULEAU COMPRESSEUR MUNICIPAL

Le projet tel que dessiné aujourd’hui prévoit un espace public requalifié, apaisé et végétalisé” avait osé écrire Eric Piolle dans un courrier qu’Il avait accepté  de signer aux Habitants  le 22 janvier … 2020. Tandis qu’Isabelle Peters, son Adjointe  (Verts/FI) aux abonnés absents -pourtant censée être à plein temps sur le secteur- ajoute (DL du 21/1/21) qu’« une large concertation a eu lieu en 2016-2017.. Des aménagements doivent être réalisés pour offrir un cadre de vie de meilleure qualité. »

 DEPUIS OCTOBRE ILS RÉCLAMENT UNE CONCERTATION 

Avenue de Washington, comme partout les élus répètent les phrases des éléments de langage même sans aucun rapport à la réalité. Depuis le 19 octobre André Rocher, Président du Conseil Syndical des copropriétés Poincaré et Washington demandait une réunion aux élus. Il n’a jamais reçu de réponse de l’élue, ni du Maire. C’est dire le mépris.

ACCROISSEMENT de la CIRCULATION, BÉTONISATION....

Réduction du stationnement, obligation pour ces habitants de passer par Teisseire pour aller à l’Abbaye, accroissement de la circulation, bétonisation avec les constructions de Washington sud, coupure de la trame verte et de la piste cyclable, création d’un nouveau carrefour de circulation…. Voilà ce qu’est le nouvel « espace apaisé et végétalisé «  de Piolle.  

Les habitants appuyés par Jean-Paul Lamagna, le Président de l’Union de Quartier Abbaye-Jouhaux la réclament cette concertation qui n’a jamais eu lieu. Le rouleau compresseur avance sans aucune autre considération qu’un éventuel camouflage.

L'OPPOSITION INTERPELLE CHAQUE FOIS la MUNICIPALITÉ

Au dernier Conseil Municipal le groupe d’opposition et Alain Carignon qui surveillent ce dossier de près sont encore intervenus quand  Pierre-André Juven, le « nouvel » Adjoint (Verts/FI) à l’urbanisme a présenté une délibération financière technique  (la N°7)  sur les logements de Washington sud : « dans ce dossier quelle est la décision de la ville en ce qui concerne le carrefour qu’elle voulait créer entre l’avenue de Washington et l’avenue des Jeux Olympiques, en détruisant une partie arborée et coupant la piste cyclable de l’avenue des Jeux Olympiques ? «  a demandé Alain Carignon.

Alain Carignon et le groupe d'opposition sont les seuls à défendre les habitants du quartier et à ne pas voter la délibération afin de marquer leur méfiance

 

P-A JUVEN (Verts/FI) RÉPÈTE LES ÉLÉMENTS de LANGAGE 

Comme ces élus interchangeables qui répètent tels des chefs de bureau des décisions prises ailleurs, Pierre-André Juven s’est bien situé dans la continuité, sans aucune valeur ajoutée personnelle :  « il a été décidé une concertation sur la partie sud » lui a t-il répondu. Celle qui a déjà eu lieu selon Isabelle Peters ?

En démarrant les travaux sur la partie nord de l’avenue la municipalité espère rendre inéluctable la suite et ce qu’elle a prévu depuis le départ. A noter qu’Alain Carignon et son groupe ont été les seuls à intervenir et à s’abstenir sur cette délibération afin de marquer à nouveau leur méfiance.

RASSEMBLEMENT DES HABITANTS LE 13 FÉVRIER à 11H30 

Celle des habitants est également palpable. Selon Antoine Girardier (DL du 21/1.21) « Ils ont prévu de se rassembler près du stade de football le 13 février entre 11 h 30 et 12 h » pour protester contre cette absence de concertation et ces projets opposés aux intérêts du quartier. Ils font bien. Un peu plus haut sur Châtelet, la bétonisation a gagné dans l’indifférence et les espaces de respiration ont été supprimés sans ménagement, toujours au nom de la lutte contre les ilots de chaleur !

L'OPÉRATION IMMOBILIÈRE DE PIOLLE EN PANNE 

Comme c’est le cas en bordure du stade ou Eric Piolle, alors Président d’Actis a décidé d’une opération qui réduit la part verte et qui est aussi un échec car la partie privée ne trouve évidemment pas d’acquéreur, les futurs propriétaires comprenant tous maintenant que cette fausse mixité sociale est un instrument de spoliation de la classe moyenne.

EN ESSONNE Eric PIOLLE VEUT PROTÉGER LES ESPACES...

Mais dans le prolongement de ces nouvelles habitations, il ne lui restera qu’à saccager la frange verte et rompre la piste cyclable pour créer le carrefour prévu. Le candidat à la présidentielle qui se promenait le week-end dernier en Essonne pour soutenir en larmoyant la préservation des espaces contre le développement est toujours dans la rigueur et l’honnêteté intellectuelle. C’est ce qui frappe le plus chez lui.  

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *