TOUR PERRET : LE SEUIL D’ALERTE DÉPASSÉ

"Les données enregistrées par le capteur installé sur la tour Perret ont dépassé le seuil d’alerte à plusieurs reprises depuis le 23 décembre. La Ville a donc, en urgence, pris la décision de mettre en place un périmètre de sécurité d'un rayon de 50 mètres autour de l’édifice" a révélé Benoit Bouy dans le "Dauphiné" (27/12/20).

Klauss HABFAST (Verts/FI) "N'EST PAS TROP INQUIET..." 

Selon le journaliste, Klauss Habfast Adjoint (Verts/FI) "n'est pas trop inquiet". De l'entendre, nous, si. C'est le même Klauss Habfast qui a "géré" Alpexpo dans les conditions effarantes dénoncées par la Chambre Régionale des Comptes. D'apprendre qu'il est désormais responsable du patrimoine est plutôt inquiétant au contraire. 

LA RESTAURATION N'A PAS COMMENCÉ DU TOUT 

Contrairement à la tonalité de l'information donnée par la municipalité la restauration de la Tour Perret n'a pas commencé du tout. Ce qu'elle appelle "le chantier test" consiste simplement à étudier ... les techniques de restauration. 

AUCUN PLAN de FINANCEMENT POUR LA TOUR PERRET

Les travaux eux-mêmes nécessitent un plan de financement de 8 M€ qu'Eric Piolle n'a toujours pas présenté au Conseil Municipal malgré les demandes réitérées du groupe d'opposition rappelées hier par Alain Carignon dans "le Dauphiné". 

Dans ces domaines seule la com' Piollesque fait office d'action. Pendant le "chantier test" (!) de la Tour Perret, l'ancien Musée de la Place de Verdun est à l'abandon. Il n'est plus entretenu. Selon certaines sources la toiture est défectueuse et il faut se protéger des infiltrations par des bâches. Les retards déjà accumulés se chiffreraient à 2 millions d'€ de travaux. Chaque mois qui passe augmente la facture. 

Eric Piolle a subitement fermé la piscine Vaucanson il y a un an qui permettait à des milliers de scolaires de pratiquer la natation. Faute d'entretien elle aussi, sa toiture menaçait. Depuis lors silence radio. Elle va continuer à se dégrader et subir le sort de la piscine des Iris à Villeneuve : elle s'est effondrée au fil des années pour devenir une friche urbaine en plein milieu du quartier. Lors d'un dernier Conseil Municipal, Eric Piolle l'a baptisée "tiers lieu", comme si cela faisait renaitre l'équipement qui fait défaut aux habitants.

DES ARBUSTES POUSSENT SUR LE CLOCHER de ST LOUIS

Il en est de même avec les 3 édifices cultuels dont la ville est propriétaire : Saint André, Saint Louis et Saint Bruno. Leur situation est de plus en plus difficile. Des arbustes poussent sur le clocher de St Louis et fissurent l'édifice. À l’intérieur de l'église Saint André, dans la chapelle du Suffrage, des infiltrations ont persisté durant plusieurs années et la chapelle continue de s’effriter. 

QUE SERA SAINT ANDRÉ POUR SES 800 ANS en 2028 ? 

Dans la chapelle d’Humbert Pilat, tout le crépi tombe ; on observe d’importantes fissures dans la chapelle de la Vierge ; les tableaux du frère André (XVIIIe s.) sont rendus illisibles par la crasse et l’obscurité ; dans toute l’église, le pavement est disjoint avec les risques afférents de chutes de personnes ; certains vitraux sont cassés dans le chœur et dans la nef ; et ce ne sont là que les aspects les plus criants. En 2028 on fêtera le 800 ème anniversaire de la création de Saint André. Qu'en restera-t-il si Eric Piolle ne réagit pas ? 

Les propos lénifiants de Klauss Habfast et l'immobilisme coupable dont il a fait preuve à Alpexpo, dont le contribuable paie la note, ne nous rassurent pas. Ni sur la Tour Perret, ni pour les autres édifices oubliés. Ils appartiennent pourtant aux Grenoblois. 

Sans changement, ils vont leur être petit à petit dérobés par effondrements successifs alors qu'ils paient les impôts les plus élevés des villes de plus de 100 000 habitants. Cherchez l'erreur ? 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *