ALPEXPO : LE CONTRIBUABLE VICTIME de la GESTION PIOLLE

Le dernier Conseil Municipal devait donner quitus à Klauss Habfast (Verts/FI) de sa gestion d’Alpexpo. Ce que le groupe d’opposition a évidemment refusé, s’appuyant sur le rapport accablant de la Chambre Régionale des Comptes. Analysant la gestion Destot/Piolle de l’équipement les juges financiers ont démantelé un véritable système, avec ses prébendes, ses irrégularités entièrement couvertes par les élus qui n’ont jamais saisi la justice.

E.PIOLLE PRÉFÈRE S'ATTAQUER AUX FAIBLES

Alors qu’Eric Piolle s’attaque facilement aux faibles comme on le voit avec les employés municipaux et saisit la justice à tour de bras pour un rien comme on le voit avec « Grenoble, le Changement ». Mais pour un dossier qui a a coûté depuis 2012 de l’ordre de 4 millions d’€ au contribuable dont la moitié sous son  mandat, sans compter les exonérations de taxes foncières et autres cadeaux afin de maintenir la tête de l’équipement hors de l’eau, il ne bouge pas.  Résultat d’une gestion désastreuse à laquelle Eric Piolle a été associé ou responsable directement.

GESTION HABFAST/PIOLLE : "UNE LONGUE PÉRIODE D'HÉSITATION"

Pourtant la gestion de son homme-lige, désigné en 2014 pour Présider Alpexpo est selon La Chambre des Comptes, marquée par l’absence « de décisions structurantes durant une longue période d’hésitation (2014-2017) caractérisée par les velléités, en fin de compte abandonnées, de déléguer l’exploitation à un prestataire privé et par le projet de transfert à la métropole, long à se concrétiser. « 

DESTOT (PS) : UN SYSTÈME EXCESSIVEMENT COÛTEUX

Cela a notamment eu pour conséquences de prolonger le maintien de ce systéme abracadabrant mis en place par la municipalité Destot, excessivement coûteux, entre 2012 et 2015, du recours à une entreprise pour la mise à disposition de la directrice sous un statut de « manager de transition ».  Pour un coût de 1,12 M€.

K.HABFAST (Verts/FI) LAISSE UNE FAUSSE DIRECTRICE GÉNÉRALE

Jusqu’en   février 2015, la société a été dirigée de fait par une directrice, qui n’était ni salariée ni mandataire de la société, mais était placée sous un contrat de prestation de service de « management de transition », conclu à titre onéreux avec la société MCG Managers. Elle bénéficiait d’une grande autonomie et était présentée comme la directrice générale de la société, alors que le directeur général étaient M. Pilaud (PS) puis M. Habfast  rappelle la Chambre des Comptes.

ELLE VALIDE LES FACTURES de la SOCIÉTÉ QUI LA PAIE....

D’ailleurs ces Directeurs généraux laissaient la directrice générale de la société valider les factures qu’elle recevait de la société qui la payait ! Cette « directrice » ne disposant d’aucune délégation de signature du PDG ni d’autorisation du conseil d’administration, a pourtant pris aussi des engagements au nom de la société visiblement sur ordre de la mairie et entre autre un marché de prestations de sécurité pour cinq ans pour un montant de 2, 75 M d'€ 

Personne ne doit y voir aucun rapport avec les collages d’affiches, il n’y en a pas.

K.HABFAST LICENCIE LES 2 DIRECTEURS QU'IL RECRUTE

Mais aussi bien d’autres marchés tout aussi fructueux qu’énumère la Chambre des Comptes. La période de la gestion Piolle/Habfsat est aussi marquée par l’instabilité de l’équipe de direction, avec le licenciement des deux directeurs recrutés par eux en 2015, respectivement en 2016 et 2018, Les deux directeurs ont été licenciés pour faute grave, en 2016 pour l’un et en 2018 pour l’autre, procédures suivies de la conclusion de protocoles d’accord transactionnel pour éviter les ennuis.

DES CHARGES DE STRUCTURES TROP ÉLEVÉS PAR RAPPORT AU CA

Il en résulte chaque fois des appels aux contribuables qui ont uniquement pour raison cette mauvaise gestion  et ces mauvais choix

La Chambre des Comptes a relevé, que « Les charges de structure de la société sont trop élevées par rapport au chiffre d’affaires qu’elle dégage. Les équipements sont insuffisamment utilisés, en particulier en matière de congrès et de conférences, avec un taux d’utilisation deux fois inférieur à la moyenne nationale ». Un classique des Rouge/Verts comme on le voit avec la Métro et la ville de Grenoble.

L'ÉCONOMIE TOURISTIQUE PÉNALISÉE

Ce qui a eu par ailleurs des conséquences très négatives pour nos hôtels et l’économie touristique, soit une double peine pour les grenoblois : ils ont payé plus que les autres pour recevoir deux fois  moins que les autres. Grenoble a connu le plus faible taux de remplissage d'hôtels dans la dernière période.

PAS DE RÈGLES DE PUBLICITÉ ET MISES EN CONCURRENCE

Il faut quand même rappeler aussi que depuis 2009 « la société n’a pas  respecté  les règles de publicité et de mise en concurrence qui s’imposent, pour des contrats aux montants très élevés et n’a pas tenu de compte rendus sur ses choix jusqu’en 2015 ! « La fête des Tuiles toute l'année...

Mais la gabegie a régné à tous les étages, la chambre soulignant «  les abus significatifs en matière de notes de frais  qui a vu le remboursement par la société de frais injustifiés.» 

DES 2013 LA DIRECTRICE ALERTAIT SUR LES FAUX CHIFFRES

Tout ceci a été couvert par la solidarité politique. Le passage de la municipalité Destot à la municipalité Piolle est caractéristique de cette solidarité puisque dès 2013 la directrice par intérim de la société indiquait  par écrit  au directeur général adjoint de la commune de Grenoble que le déficit prévisionnel sur lequel était fondé le plan de recapitalisation n’était pas réaliste et de loin.  Elle a répété cette alerte à plusieurs reprises selon la chambre des Comptes.

CACHER L'INFORMATION A LA VEILLE DES ÉLECTIONS

Mais cette information a été cachée aux  membres du conseil d’administration. La Chambre des comptes relève qu’ il n’y a eu aucune information sur le déficit prévisionnel à la fin de l’exercice 2013 lors du conseil d’administration du 12 décembre 2013.  

Mais pourquoi donc ? En décembre 2013 nous étions à 3 mois des élections municipales de 2014 et il s’agissait de cacher aux grenoblois la situation financière réelle. 

K.HABFAST CONSTATE LA MANIPULATION ... 

Qui avait pris cette décision ? le Maire de Grenoble ce que M.Habfast a reconnu en indiquant selon le rapport de la Chambre des Comptes, le « directeur de cabinet du maire (Thomas Royer) demande la confidentialité totale sur les résultats, donne la même consigne à la directrice et fait supprimer un point sur l’activité 2013 de l’ordre du jour du CA du 12 décembre ».

... ET NE SAISIT PAS LA JUSTICE 

Ainsi donc  Michel Destot est gestionnaire de fait d’Alpexpo et la municipalité Piolle cautionne tout en arrivant :  les dérapages, les déficits, les éléments cachés, son représentant, M.Habfsat, allant même en arrivant à la présidence, selon la Chambre des Comptes,  jusqu’à indiquer que « le fait que le résultat serait moins bon à l’atterrissage était connu (...) mais il a été demandé par des fonctionnaires de la ville de ne pas utiliser ces informations et de ne pas informer les autres actionnaires ».

E.PIOLLE MET 1 MILLIONS D'€ AU POT POUR COUVRIR

Comment s’appelle cette position qui consiste à cautionner ces méthodes  sans les signaler à la justice comme il est du devoir d’un agent public ?  A son arrivée Eric Piolle a fait mieux que de ne pas les dénoncer, il les couvertes  et même financées  en mettant 1 millions d’€ au pot en 2015 afin que ce pot ne soit pas découvert. 

IL PRÉFÈRE POURSUIVRE DES EMPLOYÉS MUNICIPAUX

La question lancinante demeure dans cette affaire. Pourquoi Eric Piolle poursuit des employés communaux non coupables, monte sur ses ergots à la moindre occasion, donne des leçons de morale à la terre entière, pourquoi demeure-t-il immobile dans ces affaires ? 

L'ARGENT DÉTOURNÉ LISTÉ PAR LA CHAMBRE DES COMPTES

En effet la Chambre des Comptes liste avec précision l’argent détourné, les notes de frais faramineuses, des voyages internationaux non justifiés, les abonnements au golf aux USA, des achats de meubles et de vêtements aux USA également ? 

K.HABFAST : TROP DE FRAIS D'AVOCAT POUR ALLER EN JUSTICE...."

A la Chambre des Comptes M.Habfsat répond « la complexité de la situation comptable et légale, et la perspective d’importants frais d’avocats me faisaient alors prendre la décision de ne pas me pourvoir en justice immédiatement. La créance est par contre restée dans les comptes de la société, et la voie judiciaire reste ouverte pour tenter de la recouvrir en partie ou entièrement ».

LA CRÉANCE A ÉTÉ PASSÉE EN PERTES EN 2017 PAR HABFAST

On aimerait qu’en toutes circonstances la municipalité prenne en compte «la complexité et les frais d’avocats » notamment avec tous les procès perdus avec le personnel municipal.

Mais en l’occurrence, au final,  cette position de M.Habfast était une feinte, la Chambre relève à la fin que  « la créance a été passée en pertes sur l’exercice 2017, démontrant qu’était abandonnée toute volonté de recouvrement. « 

Bref la créance a été refilée au contribuable, une fois de plus.

JUSTICE : DEUX POIDS DEUX MESURES ENTRE LA GAUCHE et la DROITE

Soit dit en passant cette justice dispose dans ce dossier aussi de tous les éléments de fraudes établis par la Chambre des Comptes et  demeure inerte. On ne peut être qu’étonné qu’il y ait avec tant d’évidence deux poids et deux mesures dans le traitement des élus suivant le camp auquel ils appartiennent. 

LES DÉTECTEURS DE FAILLES D'AVRILLIER SILENCIEUX

Sur une durée aussi longue, de tels faits avec d’autres élus responsables auraient depuis longtemps conduit ceux-ci devant les tribunaux pour rendre des comptes et Eric Piolle et ses amis pointeraient leurs doigts accusateurs avec les « détecteurs de failles (!) » du système Avrillier. Espérons que le système judiciaire se ressaisira.

E.PIOLLE A TOTALEMENT COUVERT ET CAUTIONNÉ

En relevant tous ces faits devant le Conseil Municipal Alain Carignon a accusé Piolle d’avoir « totalement cautionné et couvert tout ce qui a été dénoncé et de n’avoir pas fait mieux que vos prédécesseurs. Vous avez laissé un équipement exsangue, un palais des congrès qui n’a plus reçu de congrès, vous avez pendant 6 ans affaibli l’économie grenobloise en dévalorisant cet instrument si indispensable au  développement. « 

ALPEXPO EST SAUVÉ PAR LA DECISION de Laurent WAUQUIEZ

Il s’est félicité que « pour l’avenir Alpexpo soit sauvé par la décision de Laurent Wauquiez le Président de la Région si sensible au développement économique et à l’emploi qui ne pouvait pas abandonner Grenoble et laisser se dégrader encore un secteur si essentiel pour tant de nos concitoyens. Ce faisant il a bien démontré son sens de l’intérêt public si différent du votre quand on voit ce que vous en avez fait. Il met en place avec Nathalie Béranger une feuille de route pour sortir l’équipement de l’ornière, investir massivement pour le mettre à jour, établir des régles de gestion modernes, transparentes, bref tout ce que vous n’avez pas fait en 6 ans. 

N.BERANGER : COURAGE ET ENTHOUSIASME POUR ALPEXPO

Ajoutant « féliciter notre collègue Nathalie Béranger qui a accepté de présider Alpexpo au nom de la Région. Il faut du courage, de l’enthousiasme et être très attaché à Grenoble et à son développement pour accepter un tel héritage négatif avec la volonté d’en faire un outil performant pour notre territoire.  Nous ne pouvons tous que lui souhaiter bonne chance. »

LES GRENOBLOIS INQUIETS DES GESTIONS PIOLLE

En effet. Mais lorsqu’on cumule les rapports de la Chambre Régionale des Comptes sur la gestion Piolle, qu’il s’agisse de la Métro ou de la ville, les grenoblois peuvent être fortement inquiets. Et vérifier que la seule occupation d’Eric Piolle est bien de chercher à promouvoir sa personne.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *