EMPLOI : L’ÉTRANGE CONTENTEMENT DE SOI

L'école de Management ( GEM) au secours de la majorité municipale? Subventionnée celle-ci renvoie t-elle l'ascenseur? Dans le DL ( 7/12/20) c'est Hugues Poissonnier , un prof' de l'école qui se colle à langue de bois. 

Dithyrambique sur les résultats économiques de l'agglomération. Citant et re-citant Arthur Loyd qui a pourtant publié une étude très complète sur l'attractivité des villes en novembre 2019. 

GRENOBLE  UN SOLDE NÉGATIF D'EMPLOIS ENTRE 2014/2019 

Selon laquelle Grenoble ne figurait plus dans les 30 premières villes au solde positif d'emplois. Comment peut ont passer d'un tel tableau à l'idée développée par Hugues Poissonnier selon laquelle" Grenoble parvient à perdre moins d'emplois industriels que d'autres Métropoles? ". 

PAUVRETÉ ET CHÔMAGE PLUS ÉLEVÉ QUE LE DÉPARTEMENT 

Le dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes nous classe  «dans la catégorie des métropoles  faiblement dynamiques (...). Par rapport au département, le taux de pauvreté est plus élevé (13,9 % contre 11,5 % ) ainsi que le taux de chômage ( 13,2 % contre 11,7 % ). »

ELLE PERD PLUS D'ÉTUDIANTS QU'AILLEURS 

« Elle compte un nombre important d'étudiants (12 % de la population), mais leur nombre a baissé depuis 2008 dans des proportions plus importantes qu'ailleurs. » Pourquoi si elle est si attractive?

Le tableau d'Arthur Loyd est malheureusement sans appel

UN EMPLOI PRODUCTIF EN RECUL 

« La métropole grenobloise est classée dans le groupe médian des métropoles à dynamique démographique faible à modérée et avec un emploi dans la sphère productive en recul». 

Les juges financiers qui ont travaillé sur 4 ans de statistiques ( 2014/2018) ont donc tout faux ? 

T.DAUDIGEOS et F.BALLY : " L'INSÉCURITÉ CRÉÉE PAR LES MEDIAS..."

On avait déjà eu droit à la surprenante intervention de deux profs de GEM sur l'insécurité.   Les malheureux Thibault Daudigeos, Directeur (!) de la chaire des Territoires à GEM et Frédéric Bally  expliquaient sans rire que l'insécurité à Grenoble est "un sentiment créé par les médias" et qui existe depuis le discours de Sarkozy (encore lui!).

GRENOBLE EST LA PREMIÉRE POUR LES AGRESSIONS VIOLENTES

Le fait que Grenoble, selon les statistiques du Ministère de l'Intérieur soit devenue la première ville de France pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants leur a échappé.

Le dernier rapport de la Cour des Comptes sur les quartiers politique de la ville aussi. Certes il analyse une dizaine de quartiers sur 10 ans qui ne sont pas dans notre géographie mais ses conclusions cinglantes s'appliquent bien à nous. 

QUAND ON AIME LA MONTAGNE ON N'A PAS LE CHOIX

Si on veut bien regarder la vie de nos quartiers et prendre en compte les faits ( refus d'attribution de logement, taux de chômage, niveau d'insécurité, évolution de la pauvreté ...) . 

Sur l'image de la ville, Hugues Poissonnier est particulièrement lapidaire pour expliquer que celle-ci est formidable: " quand on aime la montagne on vient à Grenoble..." et on n'a pas le choix pour une grande ville contrairement à la mer ou l'océan. Une attractivité par défaut.

Le Journal du Dimanche (JDD) a publié la carte des villes d'avenir pour l'emploi

POURQUOI UNE ASSOCIATION POUR L'IMAGE? 

Aucun étudiant qui aime la montagne n'a t-il  jamais renoncé à venir à GEM ou à l'université de Grenoble parce que ses parents l'en ont dissuadé du fait du niveau d'insécurité ? 

Mais on se demande pourquoi une association s'est- elle  montée pour redorer l'image de la ville? MM Reboh, Roguet et Mittelberger qui veulent promouvoir " Grenoble-Alpes" n'ont rien à faire? Tout baigne? 

UN SPECTACLE DE COM' à VOCATION INTERNE

On est confondu par ce spectacle de com' à vocation interne visiblement orchestré. Il ne contribue pas à affronter la réalité. Le solde d'emplois entre 2014 et 2018 est-il positif ou négatif comme le prétend Arthur Loyd ?

" L'emploi dans la sphère productive en recul" comme l'affirme la CRC?

Grenoble perd elle plus d'étudiants - malgré la qualité de ses universités- que les autres villes comme le constate la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport officiel? 

L'INSÉCURITÉ EST-ELLE AU MÊME NIVEAU QU'AILLEURS?

L'insécurité - premier facteur de rejet des quartiers selon la Cour des Comptes- est-elle ou non comparable à Grenoble à celle des autres Métropoles? Joue -t-elle ou non un rôle dans son attractivité? 

On nous avait déjà fait le coup des dépôts de brevets du fait de la présence du CEA à Grenoble. On recommence avec les levées de fonds. 

TOUS LES TABLEAUX NATIONAUX DISENT LE CONTRAIRE

Mais " ou sont les nouveaux synchrotron, les nouveaux ST Micro ?" avait notamment demandé Jean-Pierre Barbier le Président du Département à Eric Piolle. Car M.Poissonnier et les autres sont bien en peine de nous expliquer pourquoi nous irions si bien.

Ce qui est étonnant dans cette présentation dont fait état Jean-Benoit Vigny dans le " Dauphiné " est de ne pas la retrouver à l'échelle nationale. Au contraire tous les tableaux publiés expriment une réalité contraire.

Hugues Poissonnier, Professeur " achats " de GEM comme ThibaultDaudigeos et Frédéric Bally sur la sécurité font la com' de la majorité municipale...

UN ENVIRONNEMENT HOSTILE CRÉÉ PAR LES ÉLUS

Tous les grenoblois qui se déplacent et qui annoncent leur ville d'origine ont rencontré ce questionnement de commisération et de solidarité. Bien entendu il ne signifie pas que les atouts - l'université, la recherche,  les start up - n'existent pas , mais elles évoluent dans un environnent hostile créé par les politiques locales. Patrick Lévy, le Président de l'Université Grenoble-Alpes l'avait lui-même dénoncé.

NE PAS CAUTIONNER DES POLITIQUES NÉGATIVES

Ce n'est pas rendre service à Grenoble et à son avenir que de les cautionner. Au contraire. Le rôle de ceux qui analysent est de dire la vérité. Le rôle de ceux qui aiment leur ville est d'exiger des majorités municipales et métropolitaines qu'elles changent de politique, se mettent au service du développement partagé, prennent les décisions indispensables afin de redorer le blason de notre Métropole. 

 LA CHAMBRE DES COMPTES: "PARMI LES MOINS DYNAMIQUES"

Car les cocoricos locaux et leurs porte-voix ne changeront pas les données fondamentales qui s'expriment par les statistiques et le simple regard sur la Métropole.

Même si des pépites figurent heureusement au top, en tant que Métropole elle a bien disparu des radars pour rejoindre "les moins dynamiques " comme le note sobrement la Chambre régionale des Comptes. Un enterrement de première classe. 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *