ISLAMISME RADICAL : E.PIOLLE RECULE D’UN PAS

"Une annonce qui, soit dit en passant, doit amuser Alain Carignon, puisque le chef de file de l’opposition de droite au conseil municipal de Grenoble avait, lors du conseil du 2 novembre, déposé un amendement exigeant le remboursement immédiat de ces subventions. Amendement alors rejeté par la majorité d’Éric Piolle" ...s'amuse aussi de noter Vincent Paulus dans le "Dauphiné" d'hier (6/12/20) 

RETRAITE EN BASSE CAMPAGNE 

Une annonce sans le tambour ni les trompettes habituels chez Piolle. Plutôt une retraite en basse campagne. En effet il avait accordé subventions et locaux au Collectif Contre l'Islamophobie en France (CCIF) qui est une branche idéologique des Frères Musulmans. Au Conseil Municipal du 2 novembre Alain Carignon l'avait accusé "de favoriser l'islamisme politique avec l'argent du contribuable". 

L'OPPOSITION AVAIT DEMANDÉ LE REMBOURSEMENT....

L'opposition demandait par amendement que la ville exige le remboursement des subventions perçues par le CCIF : "ce serait un signal, celui d'une coupure entre la ville et toute dérive radicale. C'est un geste qui montrerait que la ville de Grenoble est du bon côté, du côté des Lumières. C'est cette action là que les grenoblois attendent de vous" avait plaidé Alain Carignon.

E.PIOLLE CHANGE ET ACCEPTE SANS REPASSER DEVANT le CONSEIL

"Éric Piolle a confirmé ce samedi matin sur France Info qu’il allait demander le remboursement de ces subventions versées par la Ville de Grenoble" confirme le DL. Les grenoblois apprennent donc au détour d'un média le changement de pieds du Grand Timonier sans que le Conseil Municipal ne l'ait voté ! C'est dire le sérieux. 

PEU PAR RAPPORT A L'AMPLEUR DE LA TÂCHE

Ce recul est peu de choses par rapport au nombre de décisions qu'Eric Piolle devrait prendre pour inverser la tendance.  La municipalité ne devrait plus fermer les yeux sur les entorses à la laïcité,  ne plus favoriser le terreau qui permet à l'islamisme radical de prospérer.

E.PIOLLE PEUT IL FAIRE MARCHE ARRIÉRE SUR D'AUTRES SUJETS?

Elle devrait  stopper la ghettoïsation des quartiers, revoir sa politique d'attributions de logements qui aboutit à la fin de toute mixité culturelle dans les quartiers favorisant le communautarisme.
 
Bref, Grenoble aurait besoin d'un plan et l'opposition a fait de nombreuses propositions pour inverser la tendance lourde. Avec l'exemple du CCIF peut on espérer qu'Eric Piolle fasse marche arrière sur tous ces sujets ?
E.PIOLLE DÉMENT AVOIR ÉTÉ CONTRE L'ÉTAT D'URGENCE  
 
Le débat du Conseil Municipal avait montré aussi la duplicité d'Eric Piolle répondant à Alain Carignon qu'il n'avait jamais organisé une grande réunion contre l'état d'urgence après les attentats du Bataclan.
 
En effet le chef de file de l'opposition lui avait rappelé combien cette manifestation organisée avec Médiapart et Edwy Plenel était choquante, aux frais du contribuable. Elle était "un signe de faiblesse face aux auteurs des attentats, un appel à baisser les bras et il était bien destiné à être compris ainsi par eux".
 
Alain CARIGNON LUI RAPPELLE QU'IL MENT 
 
Acculé Eric Piolle a menti indiquant que la manifestation était "seulement" contre la déchéance de nationalité. Précis Alain Carignon lui a répondu en citant l'intitulé exact de l'appel lancé pour cette réunion : "contre l'état d'urgence, contre la déchéance de nationalité, contre la mise en place d'un régime d'exception". (1)
 
Bien au contraire l'état d'urgence légitime pour se défendre était amalgamé à d'autres causes et même combattu comme "régime d'exception". Cela s'est déroulé en plein Conseil Municipal et il a été ainsi démontré - une fois de plus- qu'Eric Piolle ment effrontément. 
E.PIOLLE PAS RASSURANT SUR SES VALEURS
 
Son comportement erratique démontre son absence de doctrine sur les valeurs de la République et sa faiblesse coupable à l'égard de l'islamisme radical. Son ex amie Anne Hidalgo avait raison de découvrir que les élus Verts "devaient clarifier leur rapport à la République" frappant là ou ça fait mal. Eric Piolle est le premier concerné par la question. Paradoxalement son changement de pieds sur le CCIF n'est pas rassurant sur la solidité de ses valeurs. On sent bien qu'il suit le vent. 
 
( 1) 4 Députés contre l'état d'urgence étaient présents aux côtés d'Eric Piolle et de Edwy Plenel ainsi que Raymond Avrillier et Claude Coutaz  de l'extrême gauche locale. 
One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *