LA MAIRIE : UN CANARD SANS TÊTE

"Le syndicat FO de la ville vous alerte à nouveau sur le niveau de dangerosité de sécurité incendie de l'immeuble du 5 de la rue Desaix de 6 étages. Il est très loin de répondre aux exigences du code du travail en matière de sécurité incendie" écrit l'organisation au Maire de Grenoble le 26 novembre dernier en listant tous les manquements relevés par la commission incendie.

"PLUS TÔT LES AGENTS QUITTERONT LES LIEUX..."

Le syndicat juge "pas opportun d'installer" de nouveaux services dans cet immeuble avant la fin de l'année comme prévu d'autant que lors du premier mandat de Piolle, autour de Maud Tavel, alors Adjointe (Verts/FI)  au personnel,  les élus s'étaient accordés à dire que "plus tôt les agents quitteront cet immeuble, mieux ils se porteront" 

L'INSPECTEUR DU TRAVAIL P.MÉRIAUX NE RESPECTE PAS LA SÉCURITÉ

Depuis lors un Inspecteur du Travail particulièrement sectaire,  Pierre Mériaux (Verts/FI) lui a succédé comme Adjoint au Maire et il a décidé que l'immeuble non conforme va recevoir plusieurs nouveaux services!  

LA VILLE DEVIENT UN CANARD SANS TÊTE 

Le n'importe quoi s'accélère à la Mairie ou l'absence de coordination, de décision conduit chacun a mener une politique à courte vue dans son coin, sans avenir ni mémoire. Plus Eric Piolle parade dans les médias, passe des journées en représentations diverses et variées -tel le Mont Valérien- ou il pense que Sa personne est valorisée, plus la ville devient  un canard sans tête. 

O.BERTRAND (Verts/Ades) A OUBLIÉ LE SERVICE MINIMUM

Ce bâtiment de la rue Desaix était occupé pendant ces 6 dernières années par la régie des Eaux présidée par Olivier Bertrand (Verts/Ades) qui se faisait photographier  au sommet de l'immeuble en oubliant le service minimum. L'incompétence au plus haut. 

DEUX SALLES DE DÉLIBÉRATIONS à 1, 5 MILLIONS D'€ CHACUNE

L'hôtel de ville du bd Jean Pain est dans le même état. Il devrait être fermé au public selon la commission de sécurité. Eric Piolle commence par la remise en état de la  salle du Conseil Municipal (1, 5 Millions !) comme si la salle des délibérations de la Métro (1, 5 millions d'€ aussi...) ne pouvait pas être mutualisé comme le proposait Alain Carignon au nom de l'opposition.

E.PIOLLE A AUSSI ACQUIS LE SIÈGE D'UNE BANQUE

La municipalité  est folle en matière de locaux : elle a acquis -illégalement selon la Chambre Régionale des Comptes- le siège du Crédit Agricole à Malherbe pour y loger des services après des aménagements coûteux. 

PLACE DE VERDUN, TOUR PERRET ... L'ABANDON 

Elle ne dispose pas des budgets pour mettre l'hôtel de ville aux normes. Elle abandonne l'ancien Musée de Peinture de la place de Verdun qui se dégrade chaque mois d'avantage et dont la rénovation redeviendra de plus en plus élevée comme la Tour Perret pour laquelle Eric Piolle parle mais ne dispose pas d'un plan de financement. 

LA FRICHE DE VILLENEUVE DEVIENT UN "TIERS LIEU"

On sait ce qu'il est advenu de la friche urbaine de Villeneuve, la  piscine des Iris, appelée désormais "tiers lieu" ... comme le sera demain la piscine Vaucanson fermée depuis décembre.

E.PIOLLE VOTE POUR UN NOUVEAU SIÈGE DE LA MÉTRO

A coté Eric Piolle a voté la construction d'un nouveau siège de la Métro dont le coût a été évalué par le dernier rapport  de la Chambre régionale des Comptes à... 94 Millions d'€, soit autant que le stade des Alpes ! 

E.PIOLLE + C.FERRARI : AUCUNE VALEUR AJOUTÉE

Les deux collectivités -ville et Métro- dirigées par les mêmes depuis 2014 ont avancé chacune sans que les élus n'aient une once de réflexion commune sur ces sujets : ils se sont laissé porter par leur administration qui ont chacune poursuivi sa logique en fonction des besoins évalués comptablement. Aucune valeur ajoutée des élus. 

LA CHAMBRE REGRETTE L'ABSENCE DE REGROUPEMENT 

 "La chambre regrette que l'hypothèse du regroupement avec la commune de Grenoble n'ait pu être développée, alors même que cette dernière rencontre les mêmes difficultés de mise aux normes de l'hôtel de ville et qu'elle initiait parallèlement une opération immobilière pour regrouper ses locaux administratifs" juge sévèrement le rapport de la Chambre régionale des Comptes. 

Mais cette impéritie de gestion qui caractérise Eric Piolle lequel survole sans rien regarder, s'étend à tous ses domaines de responsabilité. Lui qui donne des leçons au monde. 

JARDIN de VILLE : LE PLAFOND PEUT S'ÉCROULER SUR LA CANTINE

Ainsi les parents d'élèves de l'école du Jardin de Ville ont vu leurs enfants privés de cantine une semaine pour un... dégât des eaux. Mais "au dessus de la cantine deux appartements sont concernés par des planchers pourris. Les habitants craignent un effondrement des planchers et certains ont demandé à être relogé, l'un d'entre eux se ferait même héberger ailleurs craignant pour sa sécurité..."  Evidemment le problème n'est pas récent et a été signalé à maintes reprises. Les parents doivent décider s'ils envoient -ou on- leur enfant à la cantine malgré le danger ! 

L'IMMEUBLE APPARTIENT à ACTIS DONT E.PIOLLE EST LE PRÉSIDENT

L'immeuble n'appartient pas à un vil marchand de sommeil, peu regardant sur la sécurité et la santé. Mais à Actis, dont le brillant Président était Eric Piolle depuis 6 ans. Celui-ci répond toujours qu'il n'est responsable de rien s'agissant de cet organisme : seulement des inaugurations toujours mirobolantes d'immeubles qui ensuite ne fonctionnaient pas.

E.PIOLLE RÉPOND N'ÊTRE RESPONSABLE DE RIEN 

Mais de l'entretien, de la saleté, des retards de rénovation, des attributions de logement le Président ne sait rien. C'est simple il ne s'en occupe pas. Quand il a lancé une Fake sur la société Total, qu'aurait dit Eric Piolle de son PDG si celui-ci lui avait répondu qu'il n'était pas responsable de ce qui se passait dans sa société ?

A TEISSEIRE : PAS DE SALLE DE BAIN PENDANT 2 ANS 

A Teisseire une femme chef de famille a vécu avec ses enfants 2 ans sans salle de bains  dans un logement Actis.  Ailleurs ce sont des handicapés bloqués 8 jours chez eux parce que les ascenseurs ne sont pas réparés. Le chantier de celle-ci avait été interrompu. A l'Arlequin, au Lys Rouge, à l'Alma, à Hoche... partout  des locataires demandent leur mutation pour des quartiers apaisés qui n'existent plus. Qui crée les ghettos sinon celui qui attribue les logements ? 

A L'ALMA DES BRUMISATEURS POUR LES DEALERS 

Alors que ces dossiers éclatent, exaspèrent le plus grand nombre, polluent la ville, la municipalité poursuit son train-train sans chef ni directive. Ainsi à l'Alma, gangrenée par la délinquance, Eric Piolle voit passer le lancement d'une "étude" de 10 000 € pour installer des brumisateurs :  chacun imagine la scène des canapés des dealers installés bientôt sous les brumisateurs de la ville. 

A VILLENEUVE... DES JARDINIÈRES 

A la Villeneuve il installe... des jardinières alors que la municipalité ne sait pas entretenir l'existant, maintenir la propreté, la salubrité : les immeubles HLM de la rue des Frênes (Actis) ont été infestés de rats du fait de l'encrassement des conduits des poubelles et de l'absence de propreté des containers. N'est ce pas plus urgent ? 

E.PIOLLE A FAIT FAUSSE ILLUSION PENDANT 6 ANS 

Cette dichotomie entre le réel et l'absence de toute prise en compte par la municipalité n'est pas nouvelle. Eric Piolle  -il faut le reconnaitre- a réussi à faire fausse illusion par les mots pendant 6 ans, personne ne lui demandant des comptes sur ses résultats. Il a berné les grenoblois et les médias.

LES GRENOBLOIS PEUVENT MESURER LE FAUX et le VIDE 

Mais aujourd'hui il affiche ostensiblement son mépris. En propulsant sa folle ambition personnelle  à l'échelle nationale, en mettant ses mêmes mots au service exclusif de celle-ci, les grenoblois peuvent mesurer avant les autres Français le vide et le faux de ses affirmations. 

UN MAIRE QUI DISSERTE, COMMENTE...

Avec Eric Piolle depuis 2014 la ville n'a plus de capitaine, de chef d'équipe mais un Maire qui disserte, observe, commente, prend quelques décisions solitaires et symboliques (autoroute à vélo) qui font croire à une gestion. Il ne sait pas, ne voit pas comment fonctionne les propres services municipaux. 

DOUBLONS AVEC LA MÉTRO, EXPLOSION DES DÉPENSES 

Les doublons avec la Métro, le gonflement démesuré des dépenses de fonctionnement avec l'explosion des dépenses de personnel, l'abandon des équipements publics de base et tout ce qui éclate au grand jour, le démontre quotidiennement.

Avec la surenchère médiatique à laquelle Eric Piolle se livre afin d'exister face à Yannick Jadot, le degré de conscience des Grenoblois à l'égard de l'abandon dont ils sont l'objet devrait s'améliorer. Enfin. 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *