110 000 € POUR DES TOILETTES SÈCHES AVEC ÉOLIENNE….

...Mais à proximité du marché très fréquenté de l'Estacade, les WC publics sont impraticables depuis des années. L'inénarrable Antoine Back (Verts/FI) qui fut préposé au dossier dans le précédent mandat avant d'être promu et renvoyé à des sujets stratosphériques sans conséquence, avait avoué qu'il faudrait des années et des années pour arriver à traiter la question des WC publics.

"S'ILS N'ONT PAS DE PAIN, QU'ILS MANGENT DE LA BRIOCHE..."

Mais puisqu'on ne peut donner du pain, pourquoi ne mangent-ils pas des brioches ?  Eric Piolle notre nouvelle Marie-Antoinette a donc laissé primer un projet de toilettes sèches avec éolienne d'un coût de ... 110 000 €. 

BONNE CONSCIENCE AVEC L'ARGENT PUBLIC 

Nos bobos-écolos-gauchos se font plaisir, se donnent bonne conscience avec l'argent public pendant que le public, le vrai, n'a pas accès au service minimum. Une bonne métaphore de la municipalité de classe qui gouverne Grenoble à la trique.

BUDGETS PARTICIPATIFS : UN LEURRE 

Un bon exemple des leurres que constituent les "budgets participatifs" auxquels participent une poignée de grenoblois, les porteurs de projets et leurs amis et familles. 

Au lieu de les conscientiser sur l'intérêt général, la municipalité Piolle les infantilise autour de leur nombril. Qui n'a pas sa petite idée dans son coin sur ce qu'il faudrait faire sur un sujet ? 

PAS DE HIÉRARCHISATION DES PROPOSITIONS

La question est évidemment la hiérarchisation des propositions en fonction des urgences, des réalités et des enjeux. Si la question était : est-il préférable de financer un prototype de toilettes propres avec éolienne ou faire fonctionner celles qui existent et sont inutilisables ? Pas certain que, même les porteurs de projets, ne choisissent pas de répondre d'abord aux besoins -sans jeu de mots- du plus grand nombre.  

FAIRE DISPARAITRE MÉDIATIQUEMENT UN PROBLÈME

Le double bénéfice de la municipalité avec son procédé est évident : ceux qui voient leur projet retenu ont l'impression de participer à l'intérêt général alors qu'ils sont à l'opposé de celui-ci. Secondement en valorisant ce type de projet s'appliquant à un dossier qu'elle ne sait pas traiter -celui des toilettes publiques- la municipalité le fait médiatiquement disparaitre. Le tour est joué. 

LA PRISE DE CONSCIENCE S'EFFECTUE DOSSIER PAR DOSSIER

Sauf que les images que nous rapportent les grenoblois montrent qu'ils voudraient d'abord du pain avant d'espérer un jour des brioches. La prise de conscience s'effectue sur les espaces de respiration, le logement, la pollution, les déplacements.... 

STATIONS DE SPORTS D'HIVER : "PAS UN SUJET MAJEUR" POUR PIOLLE

Dossier par dossier la municipalité se révèle minoritaire, faussement élitiste. Hier matin sur BFMTV, Eric Piolle répondait à JJ Bourdin "il faut rappeler qui va au ski !"  avec mépris et pour lui l'ouverture des stations "n'est pas un sujet majeur". Lui qui ne fait rien pour le ski scolaire privant les enfants des quartiers populaires de tout accès à la neige est bien placé pour affirmer que le ski est réservé à des privilégiés. 

Alain Carignon avait démonté le système Piolle au Conseil Municipal,

TOUS LES EMPLOIS CONCERNÉS SONT MÉPRISÉS 

Mais les saisonniers, tous les emplois touristiques, tous ceux qui vivent des sports d'hiver apprécieront de ne pas "être un sujet majeur". Notre région est la première concernée. Par contre un prototype de toilettes sèches avec éolienne, oui, essentiel.  Tout est dit. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *