LES ISLAMISTES POLITIQUES S’EMPARENT DU FÉMINISME GRENOBLOIS

Les dérives engendrées par les connivences d'Eric Piolle avec une forme de séparatisme et du communautarisme et ses positions favorables concernant le port du Burquini dans les piscines publiques se poursuivent.

E.PIOLLE "PAS à LA HAUTEUR des PRINCIPES RÉPUBLICAINS"

Au Conseil Municipal du 2 novembre Alain Carignon avait rappelé à Eric Piolle "qu'il n'était pas à la hauteur des principes républicains qui nous rassemblent".

LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES DÉTOURNÉE

Ainsi les traditionnelles et nécessaires mobilisations contre les violences faites aux femmes sont elles peu à peu détournées de leur objet principal. Par exemple la tête de la manifestation de Grenoble le 21 novembre dernier était -elle "non mixte" à savoir interdite aux hommes.

sur le panneau (à droite) les agitatrices de l'alliance citoyenne réécrivent la laïcité à leur sauce communautarisme

L'EXTRÊME GAUCHE N'EST PAS LA BONNE RÉFÉRENCE

On y retrouvait le NPA, le parti d'Olivier Besancenot dans les appels à manifester comme si l'extrême gauche était la référence morale à ces luttes-là quand on sait ce qu'il est advenu des femmes dans toute l'histoire des "Républiques" anti-capitalistes...

LES MILITANTES ISLAMISTES EN TÊTE DU CORTÈGE

Mais les dérives vont encore plus loin quand on note une forte présence en début de cortège des militantes de l'Alliance citoyenne portant un maillot vert. Cette association avait tenté d'imposer le burkini dans les piscines grenobloises et vient d'obtenir le port du hijab de sport dans une salle  lyonnaise.

Taous Hammouti est de toutes les opérations

T. HAMMANOUTI SOUTIEN DE T.RAMADAN

Elle pratique comme toujours le mitage de l'espace public avec un message victimaire qu'elle tente ici d'amalgamer avec la violence faite aux femmes. Le procédé ne manque pas de sidérer sachant que sa militante la plus active, porte parole ou présidente selon les sources, Taous Hammouti, a lancé une pétition de soutien à Tariq Ramadan pour exiger sa libération et qu'elle serait également proche de son frère Hani Ramadan, celui qui comparait les femmes à des pièces de monnaie qui passent de main en main .

C.DESLATTES POUR LE PORT DU BURKINI

Les frères Ramadan, modèles de l'homme qui convient aux femmes ?

Céline Deslattes qui présidait le Planning Familial avait soutenu la position d'Eric Piolle qui avait demandé au Maitres nageurs de fermer les yeux sur le Burquini dans les piscines malgré le règlement d'hygiène. Elle est redevenue Adjointe au Maire, Vice Présidente de la Métro...

Pour elle "c'est Charlie qui a dégainé le premier..."

E.PIOLLE : "UN MAILLOT COUVRANT POUR SE PROTÉGER du SOLEIL"

Un Maitre nageur d'une piscine grenobloise avait expliqué à “Libération”: «Je suis mal à l’aise parce que c’est interdit par le règlement et là, aujourd’hui, on nous dit de ne pas l’appliquer».

Pour Eric Piolle  il s'agissait "d'un maillot couvrant pour se protéger du soleil". Le Planning familial participait naturellement à la manifestation contre la violence faite aux femmes.

UN LIEN DE CAUSALITÉ ENTRE LAÏCITÉ ET RACISME

Mais de la violence faite aux femmes on est passé de pancarte en pancarte de la France (pays des lumières) à "pays raciste", sur telle autre il semble bien que le texte établisse un lien de causalité entre laïcité et racisme. Une cause est ainsi polluée afin d'être détournée de son objet.

"VOILÉE OU DÉBRAYÉE, JE PORTE CE QUI ME PLAIT"

D'ailleurs une agitatrice de l'Alliance Citoyenne porte un pancarte sans ambiguïté : "voilée ou débrayée je porte ce qui me plait"... Comme une professionnelle, elle disposait de plusieurs jeux de pancartes et de slogans.

"C'EST CHARLIE QUI A DÉGAINÉ LE PREMIER"

Cette femme est probablement Taous Hammouti qui avait lancé après les attentats : "n'oubliez jamais que c'est Charlie qui a dégainé le premier". Voilà que le port du voile quand il est interdit devient une violence faites aux femmes et par glissement sémantique, la laïcité aussi puisqu'elle est la source de cette législation. Il s'agit donc d'islamophobie. CQFD. Regrettable que le message de cette manifestation ait été terni par la présence très visible parce que affichée de cette association militante. 

E.PIOLLE CONTRE L'ÉTAT D'URGENCE

On retrouve la "culture" toute en nuances de "l'état raciste" dénoncé par Edwy Plenel, son livre "pour les musulmans" les nouveaux prolétaires et la manifestation au Palais des Sports organisée avec lui par la municipalité Piolle "contre l'état d'urgence" après les attentats du Bataclan.

DES AMALGAMES DOUTEUX

Toute cette réthorique baigne dans un discours municipal relayé par les élus tels Emmanuel Carroz, Chloé Le Bret, chargés de souffler sur les braises et de faciliter ces amalgames douteux. Le premier, dont la mauvaise foi est sans bornes, n'a pas hésité à dire « Il y a une “trumpisation” du débat» à propos de ceux qui demandaient des comptes sur la lutte contre le terrorisme.

SEUL S.BOUZAIENNE AVAIT TOUSSÉ : IL A ÉTÉ DÉBARQUÉ

Dans la majorité municipale il ne s'est trouvé jusque là que Sadok Bouzaienne, un Adjoint au Maire pour exprimer son désaccord. Il a été depuis discrètement sorti du Conseil Municipal -avec son accord !- au creux de l'été. On ne sait pas si Hasni Ben-Redjeb Conseiller Municipal qui s'est retiré de la majorité municipale l'a fait pour ces raisons puisqu'il ne s'est pas expliqué publiquement ?

PAS DE RÉACTION RÉPUBLICAINE PARMI LES 46 ÉLUS de la MAJORITÉ

Pour l'instant il n'y a pas encore eu d'autres réaction républicaine et de conscience parmi les 46 élus de la majorité municipale qui cautionnent donc en silence ces dévoiements.

N.BESTANDJI : UNE RÉACTION SALUTAIRE ET COURAGEUSE

Sur le fond, Naëm Bestandji, militant féministe et laïque, a parfaitement développé -et depuis longtemps- tous les attendus de la question. Sa réaction salutaire et courageuse a montré que l'opposition n'est pas seule sur ce terrain pour lutter contre les dérapages de la municipalité.

Y.GANANSIA (CRIF) : "LE CIF DOIT REMBOURSER SA SUBVENTION"

Hier encore dans le "Dauphiné" (27/11) Yves Ganansia, président du Crif-Grenoble Dauphiné rejoignait Alain Carignon sur l'affaire des subventions : "Alors que la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France a été initiée par le gouvernement, (...) le Crif Grenoble-Dauphiné déplore le refus, à ce jour, des élus en charge de ces collectivités de demander le remboursement de ces subventions".

En effet le 2 novembre dernier au Conseil Municipal, l'opposition avec Alain Carignon avait demandé le remboursement de cette subvention. En vain.

Alain Carignon au Conseil Municipal à Eric Piolle : "vous n'êtes pas à la hauteur de nos valeurs Républicaines"

DÉVOYÉE PAR SON CONTRAIRE : LA SOUMISSION des FEMMES

Il s'agit d'élargir maintenant cette prise de conscience à un large éventail d'opinion car ce sont des valeurs républicaines communes. La lutte si légitime contre la violence faite aux femmes, si nécessaire et urgente, ne peut pas se laisser dévoyer par son contraire : la soumission des femmes à un ordre immuable par des signes extérieurs qui la réduisent, même abrité sous des prétextes religieux.

LE DANGEREUX CLIENTÉLISME ELECTORAL de PIOLLE

Par son dangereux clientélisme électoral lié à son objectif présidentiel, Eric Piolle a ouvert une boite de Pandore qui pourrait bien révéler son cynisme au plus grand nombre. Et lui revenir comme un boomerang.


                         
One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *