LE COMMERCE GRENOBLOIS ABANDONNÉ

"C’est un nouveau cri d’alarme d’un restaurateur qui s’ajoute à la crise. Celui de Grégory Pisano, gérant de la brasserie Le Touquet sur l’avenue Alsace-Lorraine. Alors que les frigos et les congélateurs de ce restaurant continuent de tourner pour garder la marchandise et entretenir les équipements, loyers et factures s’accumulent sans aucune rentrée d’argent en contrepartie" écrit le DL (9/10/20) 

DÉSERTIFICATION, STATIONNEMENT, AVENUE QUI SE DÉGRADE

"Aujourd’hui, quatre salariés sont au chômage partiel tandis que Grégory Pisano ne se paye plus. Ce second confinement vient se greffer à une situation déjà difficile : « Désertification du centre-ville, problème de stationnement, avenue qui se dégrade », estime le gérant" rapporte le journaliste Antoine Girardier 

A.CARIGNON : SOUTENIR Gregory PISANO (Le TOUQUET) 

Au quotidien les mauvaises nouvelles s'accumulent dans l'indifférence locale. Au-delà des mots rien n'est fait pour aider les commerces à survivre. Le Touquet a même lancé une cagnotte (leetchi.com/c/survie-dune-brasserie) afin de lui venir en aide. Alain Carignon et les élus de l'opposition ont appelé les grenoblois à ne pas le laisser tomber.

Danièle CHAVANT TRÉS PRÉSENTE PENDANT LA CRISE

Mais chaque jour le DL énonce la descente aux enfers de commerçants qui ne tiennent plus le coup. L"UMIH (la chambre syndicale) présidée par Danièle Chavant très présente pendant la crise a annoncé que 24 restaurateurs grenoblois tentaient de se tenir à flot par la vente à emporter.

Le dos au mur chaque établissement essaie d'innover. Le "Dauphiné" -encore- raconte les initiatives louables. 

"CE N'EST PAS AVEC ÇA QU'ON VA FAIRE DE L'ARGENT" 

« Ce n’est clairement pas avec ça qu’on va se faire de l’argent mais cette période est tellement difficile… Il faut qu’on continue de travailler pour garder le moral », affirme Nathalie Coranti du restaurant le Deux Neuf Deux, rue Saint-Laurent. (DL du 10/10/20).

MOINS D'UNE DIZAINE DE CLIENTS 

Chez Jeanette, quartier Championnet, Thais Giannetti et Manon Bocquentin ont pris la fermeture au public des établissements de plein fouet. Pour leur premier jour de vente à emporter, moins d’une dizaine de clients sont venus récupérer un plat. « On sait que ce n’est pas avec ça qu’on va gagner de l’argent mais au moins on est là », concèdent les filles. (DL du 10/10/20)

"LA FIN DE L'ANNÉE ELLE EST FICHUE" 

Ève Pétrequin, du Café Foch, abonde : « Les gens du quartier passent nous voir. Même s’il n’y a pas foule, ils jouent le jeu. Il y a une forme de solidarité qui se crée. » (DL idem) 

Mais « la fin de l’année, elle est fichue. Chez nous, c’était les mois les plus importants », détaille Nathalie Coranti.

TAUX DE VACANCE des COMMERCES DE 7 à 11% 

Le risque de l'hécatombe est là sous nos yeux. La fermeture de Grenoble décidée par Eric Piolle  avait déjà saigné les commerces grenoblois, supprimé des centaines d'emplois dans le commerce et les services. 

Après "Challenges" , la revue "Capital" de novembre vient de publier des chiffres accablants pour la municipalité Piolle. Le taux de vacance des commerces est passé à 11 % contre 7 % en 2016 ! Et encore tous les concernés ne sont pas déclarés tels...

CAPITAL : LE 1er MANDAT de PIOLLE A FAIT BEAUCOUP DE DEGÂTS

Dans cet article la journaliste Nathalie Villard juge que "le premier mandat d'Eric Piolle a déjà fait beaucoup de dégâts. Grenoble est devenue la troisième ville de France la plus congestionnée de France. Lassées, les populations à fort pouvoir d'achat qui vivent majoritairement en périphérie délaissent le centre contraignant restaurants et commerces à baisser le rideau". C'était avant la Covid19...

LE MARCHÉ ANATOLE FRANCE DE MISTRAL VA FERMER

La municipalité demeure inerte, probablement satisfaite de cette "décroissance" pour laquelle Eric Piolle plaide. Même les quartiers sont abandonnés. Le "DL" annonce, se moquant,  que "le marché Anatole-France, dans le quartier Mistral, inauguré en grande pompe le 26 septembre 2018, avec pléthore d’élus et de personnalités n’aura pas duré longtemps."

M.ALLOTO, Adjoint "N'A  PAS DE PROJET DE RELANCE..."

 « C’est bien triste pour le quartier que ce marché soit mort. Nous n’avons pas d’information pour savoir si c’est définitif ou passager ! »raconte une cliente du quartier. Le "Dauphiné" cite Maxence Alloto, l'Adjoint au Commerce (PS/Verts/FI) qui confirme que la municipalité "n'a pas de projet de relance pour le moment".

Alain Carignon a réclamé en vain une aide mensuelle aux commerces fermés lors du dernier conseil Municipal

PENDANT LA CRISE Eric PIOLLE THÉSAURISE 

Au dernier Conseil Municipal du 2 novembre Alain Carignon a dénoncé cet immobilisme coupable : pendant la crise la municipalité a économisé 2  millions d'€ de dépenses de fonctionnement ! Au moment ou les grenoblois ont besoin d'aides.

A.CARIGNON DEMANDE UNE AIDE MENSUELLE

Il a demandé la mise en place avec la Métro d'une aide mensuelle aux commerces fermés applicable immédiatement. Autant parler à un mur. 

Eric Piolle préfère garder les yeux braqués sur ses ambitions personnelles. Les seules dignes d'intérêt pour lui malgré le désintérêt qu'il inspire aux Français. Le reste peut s'effondrer. C'est ce à quoi on assiste en live les larmes aux yeux. 

 
 
One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *