RONDEAU LIBÉRATION LESDIGUIÉRES : L’IRRESPONSABILITÉ MUNICIPALE

la résidence Lesdiguières au Rondeau

"Le quartier de la Résidence Lesdiguières, une copropriété importante en nombre, là ou les chalets d'accueil pour les Roms ont été installés, vous ajoutez 16 emplacements pour les gens du voyage et un terrain pour sans domicile afin de loger des primo-arrivants ou des titulaires d'obligation de quitter le territoire ce qui rend leur intégration particulièrement difficile"... a relevé Alain Carignon vendredi en séance du Conseil de la Métropole. 

LE QUARTIER RONDEAU LIBÉRATION PAS ÉPARGNÉ

Le quartier Rondeau-Libération n'est pas épargné par la municipalité Piolle. Sa bétonisation se poursuit (Galtier, rue Vaujany ...), la promesse de prolongation du tram n'a engagé que ceux qui l'ont écouté et la dégradation générale se poursuit (délinquance, prostitution, malpropreté...)

l'extension du camp , l'accueil de nouveaux publics en difficultés s'effectuent sans aucune concertation ni information

AGRANDISSEMENT DU CAMP DU RONDEAU 

La municipalité n'a pas trouvé mieux que concentrer encore les difficultés en agrandissant le camp du Rondeau à d'autres populations en difficultés. Au moment ou cette décision était prise en toute opacité, Alain Carignon a à nouveau fait surgir le réel dans l'assemblée : 

"Ici aussi le problème c'est la concentration dans un même endroit de populations difficiles à insérer et à intégrer. Vous devez reconnaitre les inconvénients que cela pose aux voisins".

Alain Carignon est intervenu devant le Conseil de la Métropole pour alerter sur le dossier

6 AGRESSIONS GRAVES SONT PARTIES DU CAMP

Il a rappelé que 6 agressions particulièrement graves d'étudiants étaient parties du camp dans le dernier tram du campus avec des traumatismes crâniens pour certains d'entre eux pour voler leur... portable.

QUE FONT LES PARTISANS de la MARQUE "GRENOBLE"? 

Que font Jacques Reboh, l'ancien bâtonnier David Roguet et Sébastien Mittelberger éditeur très engagé dans le soutien de Piolle, les promoteurs de la marque "Grenoble-Alpes",  quand ces 6 étudiants rentrent vite dans leur ville d'origine et racontent à tout le monde, toute leur vie, ce qui leur est arrivé à Grenoble ? Ils ne peuvent pas lutter contre cette image qui emporte tout. 

Ils devraient soutenir Alain Carignon quand il souligne "qu'additionner les publics en difficultés alors que pour le premier public que vous accueilliez déjà vous avez du mal, c'est problématique pour le quartier et pour la ville".

au moment de l'installation des chalets du Rondeau

LA DÉFENSE DE PIOLLE PAUVRE ET INOPÉRANTE

Une ancienne Adjointe de Michel Destot passée chez Piolle, Céline Deslattes (Verts/FI) a tenté de répondre en débitant les perles convenues sur les "propos intolérables d'Alain Carignon". Il s'agit de déformer ce qui est dit afin de pouvoir les stigmatiser et éviter de parler du fond. Un classique devenu de plus en plus pauvre et inopérant. 

"VOUS RENVOYEZ à D'AUTRES LES PROBLÈMES QUE VOUS POSEZ"

Cinglant, Alain Carignon a répondu : "c'est vous qui êtes intolérable, c'est vous qui renvoyez à d'autres les problèmes que vous posez, c'est vous qui laissez assumer à des populations des difficultés que vous créez. Ce que je dénonce c'est l'accumulation des problèmes et des difficultés au même endroit (...) ce n'est pas de nature sociale, de solidarité d'une très grande qualité, ce n'est pas vous qui allez supporter les problèmes, ce sont les populations auxquelles vous les imposez". 

TOTALE ABSENCE D'INFORMATION, TOTALE OPACITÉ

Il avait fait remarquer également la totale absence de concertation -" je reconnais que ce serait difficile!" a t-il lancé- mais aussi la totale absence de la moindre information du quartier. 

Tout ceci s'accomplit dans une opacité complète, le citoyen est tenu à l'écart des choix politiques qui le concerne. 

la municipalité Carignon a réalisé l'extension du parc Bachelard , mettant des hectares d'espaces verts à la disposition des grenoblois, à l'arrière de la résidence Lesdiguières , un superbe jardin public .....

E.PIOLLE S'ACHARNE CONTRE LE VIVRE ENSEMBLE 

Au total on dirait que rue par rue, quartier par quartier, la municipalité Piolle s'acharne à détruire la possibilité de tout vivre ensemble. Elle transforme Grenoble en champ clos de ses expériences et les grenoblois en cobayes de ses expérimentations hasardeuses.

L'OBSESSION des MINORITÉS, LA HAINE DES GENS ORDINAIRES

L'obsession des minorités aboutit à la haine des "gens ordinaires" -bien définis par Christophe Guilluy- qui sont méprisés, écrasés placés comme spectateurs d'une scène que les élus installent à leurs frais sous leur balcon et dont ils doivent supporter toutes les conséquences.

RÈGLEMENT DE COMPTES : UN MORT INNOCENT 

Exactement ce qu'on fait vivre à la résidence Lesdiguières. Rappelons que celle-ci avait du subir l'incendie criminel d'un magasin dans le cadre d'une règlement de compte qui avait tué un malheureux commerçant en difficultés qui dormait dans son arrière boutique, asphyxié par les fumées de l'incendie.

DRAMES ET VIOLENCE à REBONDISSEMENTS PERMANENTS

"La vie quotidienne au temps de M.Piolle" est en effet "un spectacle" au sens ou les drames et les violences sont à rebondissement permanent, grossissent au fur et à mesure qu'on avance dans la série dont la créativité parait sans limite.

E.PIOLLE RECRÉE LES FRONTIÈRES TRIBALES DANS LA VILLE

Hier la rue Chenoise, l'appel désespéré d'habitants anonymes et apeurés planqués chez eux à l'Alma, ou bien Madame C.P qui quitte précipitamment son appartement du 4 rue du Lys Rouge, laissant une partie de ses meubles car elle doit fuir les menaces, ou bien tous ces grenoblois éberlués de devoir expliquer pourquoi ils passent dans tel ou tel quartier devant quasiment décliner leur identité et l'objet de leur visite. Eric Piolle veut abolir les frontières mais recrée les frontières tribales dans sa ville. 

FAIRE DE LA VILLE "UN TIERS LIEU" INDÉFINISSABLE

Une régression sans nom. Les Rouge/Verts veulent transformer Grenoble en vaste "tiers-lieu" indéfinissable et sale, ou rien ne soit reconnaissable, identifié, ou l'absence de repères est la norme. Sans histoire commune ni avenir partagé. 

la municipalité Piolle va, elle , densifier et urbaniser cet espace vert, rue Vaujany dans le cadre de sa lutte contre les ilots de chaleur....

PLUS DE 40 % DES GRENOBLOIS SOUHAITENT PARTIR

Ou les "gens ordinaires" se calfeutrent chez eux au milieu d'un univers violent et hostile, ou quittent la ville comme plus de 40 % d'entre eux le souhaitent, comme vient de le révéler une étude de GEM. 

L'ABSENCE D'ÉTHIQUE DE RESPONSABILITÉ

Le dossier de Rondeau-Libération n'est qu'un abcès supplémentaire créé sur une ville blessée. Une ville dont la municipalité à laquelle manque, à l'opposé de toutes ses postures, la plus importante des éthiques, celle de la responsabilité qui lui incombe par la loi du suffrage universel. Qu'elle se refuse à assumer par idéologie.

Tant que tous les grenoblois ne saisiront pas cette dimension tragique pour la ville, se réfugieront dans le déni ou la connivence pour des intérêts à court terme, sacrifieront à la mode du moment, le drame sera devant nous. 

    

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *