POLE de COMPÉTIVITÉ : PIOLLE FAIT BARRAGE

Piolle est hostile au développement du pole Grenoblois

"C'est la guéguerre qui continue entre le clan Ferrari et le clan Piolle. Votre majorité réelle n'est pas votre majorité politique" a lancé hier Laurent Thoviste à Christophe Ferrari au Conseil de la Métro. 

Eric Piolle avait envoyé tous ses affidés pour s'opposer à la poursuite du pole de compétitivité que rapportait Mélina Herenger, une élue du groupe Ferrari. 

16 500 EMPLOIS CONCERNÉS 

Le fait que 16 500 emplois soient concernés ne gênait absolument pas ces élus à la fibre sociale si avancée! Le clan Piolle menait un combat de retardement par tous les moyens possible. On a même entendu Céline Deslattes ( Verts/FI) estimer: " on a besoin de regarder ce qui se passe..."(!).

ST MICRO, SOITEC, LYNRED, le CEA, LE LETI...

Elle réclamait le report de la délibération discutée à la Métro qui concerne rien de moins que ST Micro, Soitec, Lynred, le CEA , le LETI chefs de file d'une filière qui produit ces emplois directs et indirects.

 "LE MESSAGE DOIT DEMEURER POSITIF"

Comme si l'éco-système grenoblois université-recherche- industrie était à découvrir. " Dans une période d'urgence économique et sociale le message de notre Métropole doit demeurer positif sous peine de renvoyer un message de repli sur soi " a aussi lancé Alain Carignon.

EN 92 A .CARIGNON EMPORTE L'IMPLANTATION de ST MICRO

Rappelant qu'il avait été l'acteur principal de l'implantation de ST Micro à Crolles comme Maire et Président du Département , il a demandé à l'exécutif d'être vigilant sur les fonds publics, précisant aussi qu'en 1992 il avait négocié alors que Crolles était en concurrence avec l'Italie et n'avait accordé aucune aide directe pour faire gagner le choix de notre territoire.

DE NOMBREUX ÉLUS DANS LA FILIÉRE

Mais les élus Rouge/Verts grenoblois accrochés à leurs dogmes ne pouvaient admettre ce développement. Pourtant Dominique Escaron a justement fait remarquer le nombre d'élus de la Métropole qui levaient le doigt, ne pouvant prendre part au vote de la délibération parce qu'ils .... travaillaient dans l'une ou l'autre de ces entreprises concernées par le Pole! 

SUSPENSION de SÉANCE, AMENDEMENTS...

Une fois de plus le réel levait la main et montrait la contradiction évidente entre leurs propos et la nécessité économique et sociale. Suspension de séance par Jean-Paul Trovero ( PCF) , amendement pour tenter de se rattraper aux branches, ce vendredi a encore démontré l'incohérence d'une " majorité" qui n'a pas d'existence, puisque Piolle et Ferrari ne sont d'accord sur rien. 

Christophe Ferrari est balloté par les uns et les autres et navigue à vue. La Métropole s'enfonce. Le groupe de Piolle, devenu très minoritaire dans l'assemblée,  a tergiversé toute la journée rencontrant l'hostilité générale.

Laurent Amadieu, l'apparatchik Vert devenu Maire de St Egrève a été battu par....

L.AMADIEU  Maire de St Egrève (Verts/FI) BATTU à L'EPFL ...

Christine Garnier ( Verts/Ades) éructait publiquement dans l'assemblée annonçant qu'un nouveau crime de lèse-majesté avait été commis: un nouvel apparatchik des Rouge/Verts, le Maire de ST Egrève, Laurent Amadieu, avait été battu la veille à la présidence de l'Etablissement foncier ou il devait -selon elle - succéder à elle-même, propriétaire du poste.

... PAR C.COIGNÉ, Maire de SASSENAGE...

Battu par le Maire de Sassenage, Christian Coigné, Vice Président ( droite) du département! Décidément . Après Maud Tavel, Yann Mongaburu, Florent Cholat voilà un autre clone, Laurent Amadieu, battu. ça fait beaucoup d'échecs pour le Grand Timonier.

... Christian Coigné Maire de Sassenage: les candidats de Piolle mordent la poussière

... DEVENU L'HOMME à ABATTRE

Comme avec Christian Ferrari les Rouge/Verts ont mené la charge contre Christian Coigné devenu tout à coup l'homme à abattre, illégitime, dont la fonction allait être attaquée devant les tribunaux pour des causes de compatibilité de postes . Bref la campagne de disqualification classique, dans leur gênes, était engagée. 

C.GARNIER ( Verts/Ades) LE DOS AU MUR 

Sauf que ça ne se passe plus comme avant , quand leurs menaces impressionnaient. Une myriade d'élus est montée au créneau pour dénoncer cette nouvelle intolérance démocratique: Michel Savin, Alain Carignon, Laurent Throviste, Jérôme Merle....  ont renvoyé Christine Garnier à son intolérance. La passionaria du clan Avrillier en a reçu pour son grade et a finit par se tasser dans son coin.

C.FERRARI HEUREUX D'INFLIGER UNE NOUVELLE DÉFAITE 

Bien entendu, pour la forme, Christophe Ferrari a fait semblant de se tenir sur une ligne Piollesque dans l'affaire de l'établissement foncier. A savoir la Métro qui finance l'établissement devait en désigner le Président, Christian Coigné ne  siégeant pas à la Métro ne pouvait être celui-là. Mais tout le monde entendait parfaitement le double langage : heureux au fond d'infliger un nouvel échec aux Rouge/Verts grenoblois.

D. MERMILLOD- BLONDIN ÉLU PRÉSIDENT du CENTRE de GESTION

Parallèlement Jean-Damien Mermillod-Blondin, Maire de Corenc rejoignait l'assemblée en annonçant sous les applaudissements qu'il venait d'être élu Président de l'important Centre de Gestion du Personnel communal. 

On imagine le climat dans les rangs de la majorité municipale grenobloise et ses affidés. D'autant que sur tous les dossiers ils étaient sur la défensive, largement minoritaires. Eric Piolle porte la scoumoune qui augure mal de son envol présidentiel.  

V.FRISTOT ( Verts/Ades) NE SAIT PLUS OU DONNER de la TÊTE

Dans cette ambiance Vincent Fristot, un autre cacique, revenait en  milieu d"après midi  avec un amendement à minima, fourre-tout, démontrant une grande faiblesse sur le dossier du pole de compétitivité. Il était passé du rejet à la demande de  " mise en place immédiate d'un groupe de travail pluraliste en vue de convenir de critères complémentaires permettant la prise en compte des transitions sociales et environnementales et d'assurer le suivi des contreparties identifiées".

" DES CONTORSIONS POLITICIENNES" 

Mais, en plein désarroi, cet amendement adopté, il annonçait qu'il ne voterait pas la délibération ainsi amendée! Alain Carignon dénonçait un "groupe dans l'impasse, aux contorsions politiciennes, incapable d'assumer les questions économiques ". 

UNE JOURNÉE de BEREZINA PIOLLESQUE 

Un bon résumé. Cette nouvelle journée de la Métro témoignait d'une Bérezina idéologique et politique Piollesque.

Alain Carignon ayant réussi ensuite à imposer également un grand débat sur la préemption de la friche universitaire à vendre sur le site de la Bastille. De quoi allumer le feu.  

A.CARIGNON MET LA MÉTRO EN ÉBULLITION 

Le dépôt de son amendement a mis le Conseil de la Métropole en ébullition, Christine Garnier, Alan Confesson et quelques autres sur la défensive, ce dernier même contraint de rappeler " il y a une municipalité à Grenoble..."!

EMPÊCHER L'URBANISATION de la BASTILLE 

De nombreux élus sur tous les bancs ont soutenu la proposition du leader de l'opposition d'empêcher l'urbanisation de la Bastille ( L.Thoviste, J.D.Mermillod-Blondin, C.Longo...) et de sauver ce site naturel remarquable. Sous les tirs, la majorité municipale avait du mal à camper sur sa position incompréhensible: pourquoi Piolle veut-il laisser faire dans un site naturel remarquable?

LA BASTILLE: DÉBAT LORS du PROCHAIN CONSEIL MÉTROPOLITAIN

Compte tenu de la montée des mécontentements Christophe Ferrari a suspendu la séance pour une conférence des présidents à l'issue de laquelle il a annoncé que le voeu d'Alain Carignon sur la préemption de la Bastille ferait l'objet d'un débat lors du prochain Conseil Métropolitain. Décidément.

30 MEMBRES DE L'EXÉCUTIF  

Ensuite l'exécutif se complétait d'une nouvelle armée mexicaine d'une dizaines de "Conseillers Délégués" qui seront indemnisés rejoignant les ... 20 Vice présidents. A cette session de rattrapage le groupe Piolle case Florent Cholat, son affidé,  qui a mis la main sur Champagnier, ainsi "remercié" pour sa discipline et services rendus au clan.

O.NOBLECOURT (PS) FAIT MONTER C.CENIATEMPO 

De son côté Olivier Noblecourt parvient à faire monter C.Ceniatempo, une élue de sa liste, comme Conseillère déléguée elle aussi. Ce qui a fait plus que tousser les gardiens d'Eric Piolle - C.Deslattes- qui affirmaient ne pas vouloir d'élus de la minorité grenobloise dans l'exécutif. Alain Carignon faisant remarquer que dans le dernier exécutif il y avait même des Vice-Présidents ( MJ Salat) issus de l'opposition grenobloise! Pas de chance . 

Dominique Spini quartier Championnet ou elle habite: elle a été élue au bureau de la Métropole pour représenter l'opposition

L.THOVISTE: LA PROMESSE DE PARITÉ PAS RESPECTÉE

Mais encore plus gravement Laurent Thoviste rappelait qu'avec cette liste de Conseillers Délégués Christophe Ferrari ne tenait pas sa promesse de rééquilibrage hommes/femmes à la suite de la nomination des Vice-Présidents. Quand ça veut pas aller, ça va pas...

D.SPINI ENTRE AU BUREAU de la MÉTROPOLE

D'autant que pour l'opposition c'est Dominique Spini, une élue loyale et respectueuse des électeurs grenoblois qui ont fait confiance à la liste de la société civile qui entre au bureau pour la représenter. Elle a été facilement élue. 

Que des mauvaises nouvelles pour Eric Piolle. Il s'était préventivement  fait porté pale toute la journée.... Il est passé de menaçant, vociférant contre les récalcitrants de son camp à... fantôme. 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *