Guy SISTI : « LE SITE à SA GLOIRE NE SE SOUCIE PAS de la RÉALITÉ »

Guy Sisti, un des acteurs de la vie culturelle grenobloise, sévère avec Piolle

Guy Sisti est acteur important de la vie culturelle de Grenoble. Engagé à gauche il a dirigé avec talent et succès le Théâtre de Grenoble qui vécu grâce à lui des années de gloire. Sur sa page facebook il vient de se livrer à une analyse sans complaisance du Piollisme, démontant une par une les fakes du Grand Timonier

PIOLLE PRÉSIDENT…

"Je suis né ici, observateur attentif, j’aime Grenoble, je parle librement."

"Surprise en découvrant la création d’un site internet qui présente le maire actuel comme un futur président de la république « Eric Piolle président !»."

"J’aime le surréalisme comme mouvement artistique (XX siècle), à sa façon ce site se libère aussi du contrôle de la raison et de la réalité."

"Mais… lui n’est pas artistique !"

"Pour construire la gloire du maire il propose des slogans pour sa mise en valeur mais la réalité est bien éloignée."

 

LA CULTURE MÉPRISÉE 

"Eric Piolle est présenté comme un grand humaniste sur son site. Connaissez-vous beaucoup « d’humanistes » qui soient fossoyeurs de la vie artistique ? Totalement antinomique n’est-ce pas."

"La culture était le fleuron de la ville, le maire précédent, Michel Destot, avait commencé son déclin. Eric Piolle en un seul mandat lui porte l’estocade."

"De nombreux artistes se sont élevés contre la démagogie du maire qui prétend « rendre la culture au peuple » pour justifier sa politique de casse."

"C’est toute l’attractivité de la ville qui souffre, le public est privé de toute la diversité artistique qui existait, compagnies locales ou grands acteurs, grands auteurs. Culture mais aussi propreté et embellissement de la ville, autant de secteurs et de valeurs qui s’effondrent."

 

Autoroute à vélo rue Lanoyerie, qui sert d'aire de stationnement, très peu sécurisant pour les vélos !

L’ÉCOLOGIE : DES INFRASTRUCTURES BANNIES DEPUIS 20 ANS !

"Eric Piolle crée des autoroutes à vélos en centre-ville. Dans le journal Le Monde, le gourou danois du vélo en ville, Mikael Colville-Andersen, ridiculise Grenoble : « les infrastructures de ce type sont bannies à Copenhague depuis plus de vingt ans. Elles s’avèrent deux fois plus dangereuses que les voies latérales. Les accidents ont conduit Londres à les détruire pour adopter le modèle copenhagois »."

GRENOBLE MÉRITE UNE ÉCOLOGIE SCIENTIFIQUE 

"Significatif : avenue Maréchal Randon Eric Piolle crée une piste cyclable à double sens à côté d’une piste cyclable à double sens déjà existante, et ce afin de pouvoir supprimer une voie auto. Le dogme et la haine contre l’auto l’emportent en lieu et place d’une écologie plus scientifique, positive et efficace, dont Grenoble a bien besoin. Et parce qu’elle est incantatoire l’écologie d’Eric Piolle ne fait pas diminuer la pollution !"

"Il fait partie des écologistes doctrinaires partisans de toute communication pour se faire remarquer, comme le maire de Bordeaux en guerre contre les sapins de Noël ou celui de Lyon contre le tour de France."

SÉCURITÉ : IL NIE LA RÉALITÉ

"Zéro pointé. Dans ce domaine Eric Piolle, toujours dans le dogme, nie la réalité : « Les systèmes de caméras dans les espaces publics ne servent à rien (...) ni à la prévention, ni à la dissuasion (Eric Piolle -Le Figaro-17 février 2020) », des caméras qui montrent chaque jour leur efficacité dans le monde entier et dans nombre de villes en France pour dissuader, confondre les hors-la-loi et en définitive prévenir et préserver la liberté."

 

Ils sont censés être des millions, mais il a perdu des électeurs entre 2014 et 2020 ..

MOINS  DE VOIX EN 2020 QU'EN 2014 

"C’est ainsi qu’il est présenté sur son site présidentiel : « Eric Piolle sait rassembler pour gagner !». Qu’en est-il ? En l’absence de véritables combattants en face de lui il est élu par surprise en 2014. Réélu en 2020 avec seulement 18,65% des grenoblois en âge de voter, il perd près de 4 000 voix de grenoblois par rapport à l’élection précédente de 2014. Capacité à rassembler ? Lorsqu’on est un rassembleur on ne devient pas le maire le plus mal élu de toute l’histoire de la ville."

"Le site qui vient de se créer à sa gloire ne se soucie ni des chiffres ni de la réalité qui contredisent son contenu."

UN PARTI DE PLUS SANS PROGRAMME

"Eric Piolle crée en fait un parti de plus, il voulait pourtant les dépasser ! Une sorte de « parti-bulle » à la mode, un parti de « com » ou « La question du programme est un faux problème » dit-il. Sur son site les slogans font office de programme, de la communication au mépris de la réalité de ce que fait le maire à Grenoble."

"Plus c’est gros… !! Ça endort ! Excepté, j’espère, pour tous ceux qui aiment Grenoble, qui restent éveillés, l’esprit critique et qui veulent bien regarder leur ville par-delà les slogans et les incantations qu’on leur propose."

IL VOULAIT Y.MONGABURU (Verts/Ades) PRÉSIDENT-DÉLÉGUÉ

Décidément ça tombe sur le Grand Timonier invincible. On ne sait pas à cette heure s'il a réussi à imposer à la Métro comme "Président-délégué" Yann Mongaburu, poste que Christophe Ferrari lui refusait encore hier soir. Se moquant ouvertement de la parité homme/femme, lui si sensible à la question de l'émancipation féminine. Il aura tout fait. Bonjour les dégâts.

 

les éditorialistes s'en donnent à coeur joie

LE RETOUR NATIONAL COMME UN BOOMERANG

Entre la révolte locale que suscite la prétention d'Eric Piolle et le retour national qui revient fort comme un boomerang, il semble que le choix exclusif de ses ambitions personnelles au détriment de tous les autres lui prépare un champ de ruines.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *