INDEMNITÉS des ÉLUS : LE BUDGET EXPLOSE

 

22 Adjoints au Maire, 23 Conseillers délégués : la totalité de la majorité est dans l'exécutif. Il n'y a plus de Conseillers municipaux de base !

De combien augmente le budget des indemnités des élus ? Vous ne le saurez pas. Malgré l'insistance des questions pertinentes de Nicolas Pinel, Conseiller Municipal d'opposition,  Eric Piolle a refusé de donner l'information samedi lors de la réunion de l'assemblée municipale. 

Ni évidemment Hakim Sabri, l'Adjoint (Verts/Ades) officiellement aux finances, mais qui ne peut lire que les fiches de ses services. 

13 ÉLUS SUPPLÉMENTAIRES DANS L'EXÉCUTIF 

Pourtant en 2014 la ville comptait "seulement" 20 Adjoints au Maire et 12 Conseillers Municipaux délégués. En 2020 Eric Piolle est passé à... 22 Adjoints et 23 Conseillers municipaux délégués. Alors que le nombre aurait du baisser du fait des transferts à la Métro. 

POUR LA PREMIÈRE FOIS DE L'HISTOIRE  de la VILLE !

"Pour la première fois de l'histoire de la ville  toute la majorité municipale est dans l'exécutif, il n'y a plus aucun Conseiller Municipal de base dans la majorité. Une véritable armée mexicaine" a dénoncé Alain Carignon. 

Quel est le coût de ces deux Adjoints au Maire supplémentaires (1700 €/mois par tête) et des 11 Conseillers municipaux délégués (1300€/mois) sur une année ?

TRAHISON DE L'ENGAGEMENT de "GRENOBLE EN COMMUN"

Eric Piolle ne voulait pas y répondre car le programme de "Grenoble en Commun" (!) fait figurer noir sur blanc l'engagement de ne pas augmenter le budget des indemnités des élus. La majorité trahit très rapidement et une à une ses promesses. 

La majorité municipale est toute entière dans l'exécutif ! l'armée mexicaine

 

210 000 € D'INDEMNITÉS SUPPLÉMENTAIRES PAR AN 

Ce total supplémentaire est assez facile à calculer. Le budget annuel augmente de 38 400 € pour les deux Adjoints et de 1300€/mois  pour les 11 Conseillers municipaux délégués supplémentaires soit au total une dépense annuelle de 210 000 €. A multiplier par 6 années pour le temps du mandat. 

Ajouter de l'ordre de 1,2 Millions d'€ d'indemnités aux élus s'appelle "ne pas les augmenter" dans la langue de béton de l'extrême gauche. 

QUELLE FIERTÉ ? DES REVENUS d'UNE SOCIÉTÉ à SINGAPOUR

Face aux interrogations de Nicolas Pinel, Eric Piolle jouait Saint Sébastien, affirmant d'ailleurs qu'il n'avait pas augmenté ses indemnités personnelles. Ce n'était pas la question. On ne voit pas non plus qu'elle fierté il y a à avoir des revenus d'une société dont le siège est à Singapour qui permet de vivre avec un train de vie de cadre supérieur ?  

IL FAUT DE L'ARGENT POUR FAIRE DE LA POLITIQUE ?

Cela veut dire qu'un Maire sans ses revenus-là, contraint de laisser son travail pour exercer sa fonction, devrait réduire le train de vie de sa famille ? Eric Piolle rétablit l'élection de type censitaire. Il faut avoir de l'argent pour faire de la politique. 

A Grenoble 25 % des Fontaines ne fonctionnent pas mais il y a un Adjoint à la fraîcheur !

DES TENSIONS PERCEPTIBLES SAMEDI au CONSEIL MUNICIPAL

Au passage la répartition des postes d'Adjoints au Maire révèle la lutte des clans expliquant qu'il ait fallu un mois pour se répartir ces postes et qu'il ait fallu en créer le maximum. Elle explique les tensions qui étaient palpables dans la majorité samedi lors du Conseil Municipal. 

Alan CONFESSON (FI) CUMULERA 3 200 € MOIS

Visiblement les Insoumis se sont battu pour accéder à la mangeoire. Alan Confesson, le "révolutionnaire" de pacotille cumulera Adjoint au Maire (1700 €) la présidence de la Compagnie de Chauffage (500 € ) et la Métro (1000 €). Ces 3 200 € s'ajoutent à son salaire...

O.BERTRAND (Verts/Ades) 5 700 € POUR UN ÉLU QUASI FICTIF 

Olivier Bertrand (Verts/Ades) promu Adjoint au Maire (1700 €) en contradiction avec la charte des élus Verts puisqu'il est Conseiller Départemental (3000 €/mois) et Conseiller communautaire (1000 €). Avec 5700 € /mois il n'ouvre jamais la bouche au Conseil Municipal, ne défend jamais un dossier de territoire. Un emploi d'élu quasi fictif

LE CLAN AVRILLIER EST TOUJOURS CASÉ 

D'ailleurs plus largement le clan Avrillier qui vit plus ou moins de la politique depuis 25 ans est protégé : Christine Garnier et Vincent Fristot qui tiennent l'urbanisme et le logement dans leurs mains se retrouvent Adjoint au Maire alors que ces compétences-là sont passées à la Métro. 

S.BOUZAIENNE, T.CHASTAGNER SACRIFIÉS pour INSUFFISANCE

On se demande comment un Sadok Bouzaienne Adjoint sortant aux sports éjecté pour insuffisance notoire ou Thierry Chastagner également Adjoint sortant vidé réagissent ? Ont-ils tant démérité que ça par rapport aux cumulards d'indemnités ?

L'Adjoint à la fraîcheur (!) , Gilles Namur, compense largement les ilots de chaleur insupportables créés par Piolle : ici rue Béranger/Victor Hugo

F.MALBET, A.DENNOYELLE, C.BERNARD : ÉCHEC dans les SECTEURS CLEFS

Et ceux qui n'ont même pas été repris, les Fabien Malbet, Alain Dennoyelle, Corinne Bernard qui occupaient des postes clefs (écoles, social, culture) et ont totalement échoué ? S'agissant d'un Claude Coutaz (extrême gauche) on peut penser que ses excès ont probablement amené la majorité à se séparer de lui. 

Y.MONGABURU SACRIFIÉ SANS MÉNAGEMENT

En l'état Yann Mongaburu demeure sur la touche. Lui donner une compensation d'Adjoint au Maire aurait été crédibiliser le "recasage" des élus après la bérézina de la Métro. D'une certaine manière c'est injuste puisque les autres en bénéficient. Il est la double victime de Piolle qui l'a tué en "le portant" si mal à la Présidence de la Métro et le sacrifie ensuite sans ménagement. 

Nicolas BERON PEREZ  (PCF) DINDON de la FARCE

Mais que doit penser d'un apparatchik comme Nicolas Beron-Perez qui a apporté le scalp du PCF à Piolle et disparaît des Adjoints alors que son collège Patrice Voir avait toujours réussi à négocier la présence du parti en haut de l'exécutif municipal, dans les municipalités de gauche ? 

Il suffit d'un "Adjoint à la fraîcheur", Gilles Namur, pour qu'on oublie les îlots de chaleur et les fontaines sèches...  

PAS D'ADJOINT à la SÉCURITÉ, à la PROPRETÉ ....

L'explosion du budget des élus n'améliore pourtant pas la lecture publique de leurs attributions et ne va pas faciliter la tâche des Grenoblois. "Il n'y a évidemment pas d'Adjoint à la sécurité" a pointé Alain Carignon et "dans cette armée mexicaine on ne peut pas identifier qui s'occupe de la propreté".

... MAIS UN ADJOINT à la FRAÎCHEUR !

Tout était dit en peu de mots. Par contre il existe un "Adjoint à la fraîcheur"(!), Gilles Namur. Si la ville est bétonnée,  si les îlots de chaleur se multiplient, les fontaines ne fonctionnent pas, peu importe.

Par la grâce du Grand Timonier un "Adjoint à la fraîcheur" lequel -joies de la sémantique- fait baisser la température par sa seule appellation. Tout ça est mal parti. 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *