LE FUNAMBULE

"La vie d'Eric ressemble de plus en plus à celle d'un homme qui avance sur un fil". (Place Gre'Net 6 /7/20). Tout un symbole.

Tout à la fois au sommet mais partant d'une mairie en ruine pour avancer vers un monument qui risque de s'effondrer faute de moyens... Une à une ses grandes théories tombent comme des dominos et le poussent à emprunter pour se refaire. Comme un mauvais joueur.

LE PÉCHÉ ORIGINEL

La presse ne manque pas de souligner que l'Etat français vient d'être condamné pour son retard sur la lutte contre les particules fines et Grenoble y est cité comme le mauvais élève (Place Gre'Net du 10/07).

Eric II, le candidat, a bien de la peine à expliquer la supercherie de Piolle 1er, le pionnier du tout vélo qui a tout fait pour dissimuler la source de ces polluants, le chauffage individuel. Ce qu'à si bien relevé le collectif "Grenoble à Coeur", chiffres à l'appui.

 L'HISTOIRE DU SPARADRAP SUR UNE JAMBE DE BOIS

Le candidat permanent a profité du confinement pour imposer de nouvelles pistes cyclables sans aucune concertation avec les conséquences relatées par le DL du 12/07 évoquant les difficultés des cars de touristes à stationner au pied des "Bulles". Des quais déjà saturés. 

 

DOMMAGES COLLATÉRAUX OU COMMENT SE TIRER UNE BALLE DANS LE PIED AVEC LA 5 G 

"La ville de Grenoble attaquée pour son refus d'installer cette technologie"(DL du 12/07). Ironie du sort l'arrivée de la 4G ne l'avait pas choqué plus que celle de la 3G. 

A l'évidence, un combat perdu d'avance contre le salarié en télétravail, lequel,  faute de connexion risque de perdre celui-ci. A moins de trouver un livreur à vélo capable avec une disquette de rattraper le retard sur la 5G.

 

BANCO : T'AS PAS 100 BÂTONS - C'EST PROMIS ON VA SE REFAIRE

Pour se refaire, Eric Piolle a imposé à sa majorité une ligne de crédit de 125 millions d'Euros sans avoir de compte à rendre à personne. 

Quelle opération peut justifier un tel montant ? Un palais pour la Metro ? Quel est l'intérêt pour les Grenoblois ? A chercher, on s'y perd et le candidat permanent refuse de répondre à la question.

 

LA FIN DE LA RÉCRÉ

Faute de pouvoir lutter efficacement contre la pollution, Le Préfet pourrait cette fois très bien siffler la fin de la récré et déclarer sa mise sous tutelle afin d'éviter à la ville de continuer à s'engager dans des dépenses dont on perd le fil.  

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *