PRÉSIDENCE de la MÉTRO : MONGABURU EN TÊTE de la LUTTE DES PLACES

Ce vendredi 17 juillet les 119 élus de la Métro éliront leur Président. Le groupe PS est présidé par Pierre Verri, Maire de Gières et il existe à ses côtés un groupe d'alliés de la majorité Rouge/Verts qui règne sur l'agglomération appelé Adis, puis NMC désormais présidé par Jean-Luc Corbet, Maire de Varces (gauche). La Métro compte 120 élus. 

C.FERRARI A REJOINT LE GROUPUSCULE HAMON

Ce groupe habillé  aussi du nom de groupe des  "petites communes" a été un soutien sans failles de la majorité Rouge/Verts sortante et un soutien de Chistophe Ferrari, le Maire de Pont de Claix (PS repenti) désormais lui-même soutien de Générations.s,  le groupuscule de Benoit Hamon qui n'est pas connu pour sa fadeur idéologique.... (1)

FERRARI N'EST PAS LA PREMIÈRE COMPOSANTE ....

Ces deux groupes font bloc derrière Ferrari et annoncent compter des élus de "32 communes sur 49 et  29 des 49 maires de la Métro, soit plus de la moitié, et représentent de ce fait la première composante de la majorité métropolitaine." (DL du 12/7/20) 

... MAIS E.PIOLLE ET SES AFFIDÉ

En réalité ils ne sont pas la "première composante" parce que les Rouge/Verts Grenoblois envoient 27 élus à eux seuls.  A ceux-là il faut ajouter les élus de ST Egréve, La Tronche, Eybens, Champagnier, Vizille, Champ sur Drac peut être Meylan.... 

F.DIETRICH, F.CHOLAT : UNE SOUMISSION OBLIGÉE

Car E.Piolle torpille le groupe allié de Ferrari et a contraint  Francis Dietrich, maire de Champ-sur-Drac de le quitter. Le maire de Champagnier Florent Cholat  en a été exclu, lui,  pour prosélytisme Piolliste excessif : tous les deux sont désormais directement membres du groupe Piolle à la Métro comme les élus de Vizille ! Une soumission obligée.

Y.MONGABURU (Verts/Ades) : UN POTENTIEL DE 40 à 45 VOIX 

A la veille du scrutin le candidat de Piolle dispose entre 40 et 45 voix, sans les suffrages des communistes. Car le silence de Renzo Sulli (Echirolles) et David Queiros (St Martin d'Hères) est éloquent. Si le Président de leur groupe Jean-Paul Trovero a bien appelé à soutenir le candidat de Piolle, il a été battu à Fontaine.

R.SULLI et D.QUEIROS (PCF) SILENCIEUX 

Leur apparatchik grenoblois Nicolas Beron-Pèrez s'est bien vendu pour un poste d'Adjoint au Maire et soutient donc Piolle. Mais Sulli et Queiros disposent ensemble d'une dizaine de voix. Le premier a affronté une liste de la France Insoumise et le second une liste des Verts et doit supporter tous les jours les attaques violentes de Georges Oudjaoudi, le Verts Martinérois. 

Vont-ils tendre l'autre joue et apporter en remerciements leurs voix à Piolle ? Cette dizaine de suffrages pèse assez lourd car elle permettrait à Mongaburu de frôler la majorité. 

C.FERRARI DISPOSE D'UN POTENTIEL d'UNE TRENTAINE de VOIX

Côté Ferrari c'est un peu moins brillant. Le groupe PS est faible malgré le renfort de Seyssinet parce que La Tronche lui échappe et peut être Meylan. Moins de 15 voix. Des élus des "petites communes" se sont rangés derrière Piolle du fait de manoeuvres effectuées par les Rouge/Verts en amont des élections, sans que les citoyens n'y voient que du feu. Le potentiel de Ferrari tourne autour d'une trentaine de voix, sans les communistes. 

LE VOTE MASSIF DE LA DROITE PEUT LE SAUVER

Seul le vote massif des élus de la droite et du centre, une quinzaine de suffrages, pourrait le placer à égalité avec Mongaburu ou en tête du scrutin. Que décideront ces élus ? 

A.CARIGNON : "DES AMBITIONS PERSONNELLES PAS à LA HAUTEUR" 

Du coté de l'opposition Alain Carignon a été très clair "cette lutte d’ambitions personnelles étalée avec cynisme n’est pas à la hauteur des enjeux de la Métropole qui a disparu de la liste des agglomérations attractives et cumule les handicaps (accès, déplacements, pollution, insécurité..)."

LREM : UNE FAIBLESSE QUI LUI INTERDIT TOUT RÔLE

A noter au passage la faiblesse de LREM dans la Métropole. Si on comptabilise comme tels les 2 élus de Seyssins, les 2 grenoblois et de Meylan  et ce qui peut être grappillé, la candidature d'Olivier Six part avec un base de ... 7 voix.  

E.PIOLLE VEUT ÉTENDRE SON EMPRISE SUR LA MÉTRO

C'est un véritable hold up que tente Piolle sur l'agglomération. Après avoir accaparé tous les pouvoirs au Conseil Municipal de Grenoble, il entend étendre son emprise directe sur la Métro, sans l'intermédiaire de Ferrari. 

Une situation sans rapport avec sa représentativité, lui, le Maire élu de l'abstention. Car une addition de minorités ne fait pas une majorité.

EYBENS VA DEVENIR UNE ANNEXE de PIOLLE 

Comme l'ont justement fait remarquer Hélène Besson-Verdonck et Philippe Paliard, élus d'opposition à Eybens, ceux qui représenteront Eybens à la Métro, Pierre Bejjaji et Dominique Scheiblin auront "cette obligation de défendre réellement la commune, son identité et non pas d’appliquer la politique d’Éric Piolle". 

Y.OLLIVIER (PS) : "MONGABURU NE RESPECTE PAS SA PAROLE"

Car à Eybens aussi la majorité municipale est une majorité de papier. Eric Piolle compte sur ses manoeuvres lui ayant permis d'imposer ses hommes dans des communes (Vizille, Champagnier, Champ sur Drac...) et un malentendu pour faire passer Yann Mongaburu (Verts/Ades) dont "la personnalité" a été parfaitement décrite par Yannick Ollivier, Vice Président (PS) sortant.

ENFONCER UN PEU PLUS NOTRE MÉTROPOLE

Cette arrogante lutte des places se déroule dans la plus grande opacité et aura deux résultats probants : favoriser encore un peu plus l'abstention tant l'écoeurement grandit et enfoncer un peu plus notre Métropole dans le classement de celles qui comptent. 

(1) Comme aux municipales grenobloises le groupuscule de Benoit Hamon s'est rangé derrière Piolle et son candidat à la Métro. Les membres d'une cabine téléphonique divisés en deux, ça ne fait pas beaucoup de monde de toutes façons. 

 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *