LA LISTE CARIGNON SEULE à PROGRESSER EN VOIX

La candidate LREM sort encore plus essorée du second tour de l'élection municipale qu'au premier. 

Emilie Chalas  avait obtenu 4 933 voix le 15 mars et subit un recul de 1136 suffrages puisqu'elle ne totalise plus que 3 803 voix et termine avec 12,5 % des voix contre 13,75 % au premier tour.

E.CHALAS N'A PAS GAGNÉ LA GAUCHE, PERDU LA DROITE

La violence de ses attaques en dessous de la ceinture contre Alain Carignon pour imiter Piolle  auront été totalement contre-productives. Les grenoblois n'attendaient pas ça d'une parlementaire qu'ils découvraient. Son refus de l'alliance avec lui a été sanctionné aussi car il favorisait Piolle.  Ce résultat est aggravé par la situation dans sa circonscription: un véritable rejet qui en fait une Députée en sursis. Car si elle n'a rien à attendre de la gauche qu'elle a courtisé, elle a aussi dressé contre elle l'électorat de droite qui a voté massivement Carignon. 

4 VOIX AU BUREAU 1 DE L'ARLEQUIN....

Pour ne citer qu'un exemple  Emilie Chalas obtient 7, 9% des suffrages à Villeneuve, dans sa circonscription, sa liste totalisant seulement ... 4 voix à Arlequin 1.  Une femme politique mort-née. 

VILLENEUVE : A.CARIGNON DÉPASSE NOBLECOURT (PS)

Le second recul est celui d'Olivier Noblecourt (PS) qui perd 1 457 voix entre les deux tours reculant de 3,38 % passant de 4 782 voix à 3 325 et de 13,31 % à 10,93 %. "Le Crieur", un média de Villeneuve relève que dans le quartier "Alain Carignon dépasse d'une courte tête Olivier Noblecourt", suprême humiliation. Qui démontre que le candidat de la société civile parle à tous les quartiers.

Eric PIOLLE RECULE ENTRE LES DEUX TOURS ...

Le troisième recul est celui ... d'Eric Piolle qui passe de 16 776 voix au premier tour à 16 169 au second. Une situation paradoxale pour un candidat qui se prévaut d'un élan et d'une adhésion citoyenne ! "ce qui se passe à Grenoble est plus large que Grenoble" a t -il dit au DL (29/6/20). Quoi?

... ÉLU AVEC MOINS DE VOIX QU'EN 2014 ! 

Il est plus mal élu en voix qu'en 2014 ! Il obtenait 19 677 voix l'année de sa première élection. Le grand timonier a perdu plus de 3 000 grenoblois en un mandat. L'illusion d'optique du résultat tient au fait que 50 000 grenoblois sur plus de 80 000 électeurs n'ont pas voté : 65 % d'abstention au second tour. Deux grenoblois sur trois sont demeurés chez eux, ont voté avec leurs pieds ! 

 

E.PIOLLE ÉLU DE L'ABSTENTION 

Dans la campagne, dans l'une de ses nombreuses fakes, Eric Piolle accusait Alain Carignon d'avoir été un élu de l'abstention : Avec 67 % de participation en 1983 et 64% en 1989, bien au contraire, ses deux victoires au premier tour face au FN et à la gauche ont été marquées par une très forte participation.  Piolle est bien, lui,  l'élu de l'abstention.

LA LISTE CARIGNON GAGNE EN VOIX 

Enfin la seule liste qui a gagné des voix entre les deux tours est celle de la société civile conduite par Alain Carignon passant de 7114 à 7133 marquant une dynamique forte. Car augmenter en voix dans une participation en très forte baisse puisqu'on est passé de 41, 51 % au premier tour à 35,15 % au second, est un exploit. 

CARIGNON INVERSE LA SITUATION de 2014 

Moins d'électeurs et plus de voix pour la liste de la société civile. Ce fond de mobilisation démontre bien qu'une opposition forte s'exprime, est latente et ne demande qu'à se développer. 

En plaçant clairement la liste Carignon en tête de l'opposition les grenoblois ont marqué leur préférence et leur engagement. La situation de 2014, quand Matthieu Chamussy ( LR) s'était fait ravir la deuxième place par le PS dans une vague bleue, est inversée en 2020. Alain Carignon fait plus à lui tout seul que E.Chalas et O.Noblecourt réunis. 

LES GRENOBLOIS TROMPÉS SUR LA MARCHANDISE

Il s'agit désormais que les 7 élus de l'alternance fassent entendre la voix des grenoblois mécontents au  Conseil Municipal. 

La prétention d'Eric Piolle de se présenter à la présidentielle devrait très vite modifier la donne locale. Les grenoblois vont apprendre qu'ils ont été trompés sur la marchandise, Alain Carignon ayant été le seul à les prévenir du danger. Il veut se servir de la ville comme d'un marchepieds.

Le Maire de Grenoble avait déjà la tête ailleurs en ce qui concerne leurs problèmes de vie quotidienne. Il est désormais concentré sur son ambition personnelle. Les dégâts locaux de cette tricherie devraient très vite se faire ressentir. 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *