COURS de la LIBÉRATION : PLUS DE BÉTON, MOINS d’ARBRES

Cours de la Libération, comme partout dans Grenoble, le béton progresse et les arbres reculent. Un riverain nous adresse des dizaines de photos d'emplacements d'arbres non pourvus depuis des années et des années.

L'indifférence crasse de la municipalité est là, sous les yeux des grenoblois.Dans ce quartier, reconnaissons-le, les habitants en ont plutôt tiré les conséquences et réservé un mauvais sort électoral à Piolle le 15 mars dernier.

COLÈRE CONTRE LA SUPPRESSION DES VILLAS-JARDINS

Il faut dire que la suppression des villas-jardins attenantes au garage Galtier avait soulevé la colère : le peu d'arbres existants avaient été abattus et la diversité urbaine du quartier totalement niée.

M.BOILEAU (Verts/Ades) A DUREMENT RÉPRIMÉ la CONTESTATION

Ensuite la contestation de la densification intensive du secteur avait été durement réprimée par Maryvonne Boileau la Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat attaquant brutalement les associations au portefeuille.

V.FRISTOT (Verts/Ades) A BIAISÉ LA CONCERTATION

Fidèle à ses méthodes, Vincent Fristot l'Adjoint (Verts/Ades) à l'urbanisme avait biaisé toute concertation afin de mener l'opération "béton" à son terme. Les immeubles sortent de terre et ferment définitivement le secteur à toute respiration.

FACE AU BÉTON PAS d'ARBRES

Face à l'ex-garage Galtier la municipalité Piolle n'a même pas pris la peine de planter les arbres dans les emplacements réservés à cet effet. Elle aura bétonné les deux côtés du cours de la Libération pendant le mandat en ne se fatiguant même pas à donner le change avec quelques arbres!

RUE VAUJANY : LA DENSIFICATION CONTINUE

C'est dire le mépris. D'ailleurs elle poursuit sa chasse au vert : au bout du cours de la Libération, le dernier espace vert, rue Vaujany va être densifié également. Le bouclage est complet. Partout dans la ville cette politique s'applique sans état d'âme (Hoche, Flaubert, Berriat, esplanade...)

A.CARIGNON : "GRENOBLE A BESOIN de RESPIRER"

En indiquant que "Grenoble a besoin de respirer" Alain Carignon porte le bon diagnostic et les bonnes mesures en proposant un moratoire de la bétonisation et une mise en révision du Plan d'Urbanisme ultra-densificateur.

LANTERNE ROUGE DES ESPACES VERTS

Avec moins de 14 M2 d'espaces verts par habitant Grenoble est devenue la lanterne rouge des villes vertes. Qui prétend pourtant au label Européen. On marche sur la tête.

Parmi les choix du 28 juin celui d'une ville bétonnée ou d'une ville aérée et probablement l'un des plus cruciaux pour la ville d'après.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *