LES ESPACES de RESPIRATION DISPARAISSENT

L'image ci-dessus montre l'évolution d'une rue, la rue Hoche. A droite sur la photo le bâtiment de l'Hôtel Okko qui a réduit le parc Hoche. Oeuvre de la municipalité Destot. A Gauche la nouvelle école qui ampute à nouveau le parc : la municipalité Piolle n'ayant pas anticipé les équipements scolaires engendrés par les 1 200 logements construits rue Hoche et à De Bonne se livre à ces extrémités : réduire encore les espaces verts.

LE QUARTIER HOCHE-DE BONNE ULTRA DENSIFIÉ

Réduire aussi les espaces de loisirs des jeunes. Puisqu'elle a transporté le terrain de Basket sur le square Silvestri pour faire de la place. Résultat un skate-parc étriqué pour des centaines de pratiquants.

De tous les quartiers les grenoblois nous adressent des images d'un Grenoble qui se ferme, ou le béton et le macadam gagnent. Jusqu'aux autoroutes à vélos, vastes ilots de chaleur nouveaux.

A.CARIGNON : "RETROUVER DES ESPACES DE RESPIRATION"

"La ville d'après doit retrouver des espaces de respiration, il faut stopper la bétonisation de Grenoble car les Métropoles densifiées peuvent être les clusters des pandémies de demain". Alain Carignon ne cesse de plaider pour qu'Eric Piolle accepte de tirer les conséquences de la période que nous venons de vivre.

LES ARBRES GRANDES VICTIMES DE LA MUNICIPALITÉ

Contrairement à la com' municipale, les arbres ont été les grandes victimes de la politique municipale. Des rues entières ont vu disparaitre leurs grands sujets : rues Hébert, Lesdiguières, cours de la Libération et des abattages sauvages ont eu lieu sous un prétexte ou un autre : piscine Jean Bron, square Silvestri, place de la Gare, place Victor Hugo...

GRENOBLE LANTERNE ROUGE des ESPACES VERTS

Eric Piolle communique sur le nombre de brindilles plantées afin de tromper les grenoblois. Mais la perte de verdissement de la ville est évidente. Les jardinets à ordures ne remplacent aucunement des zones arborées.

Grenoble ne comptait plus que 14 M2 d'espaces verts en 2014 à l'arrivée d'Eric Piolle après la bétonisation Destot. L'accélération par Eric Piolle a fait encore baisser ce chiffre. La majorité Rouge/Verts si prolixe dans ses données et ses comptages ne risque pas de communiquer sur le nouveau chiffre.

V.FRISTOT : "PAS UNE CONSTRUCTION SANS VOIR LES MONTAGNES"

La promesse réitérée par le mystérieux Vincent Fristot, l'Adjoint (Verts/Ades) qui aura régné une vingtaine d'années sur l'urbanisme grenoblois si E.Piolle était réélu, selon laquelle pas un grenoblois ne devait être privé de soleil et de vue sur les montagnes dans les nouvelles constructions, a été piétinée comme toutes les autres.

FLAUBERT PAS DE NOUVEAU PARC POUR 2 500 LOGEMENTS

Pire, dans un projet comme Flaubert, avec de l'ordre de 2 à 2 500 logements à construire, aucun parc public n'est prévu. Les milliers d'habitants devront se contenter du boyau de parc existant qui relie le quartier à la Capuche.

CASERNE DE BONNE : LA QUEUE POUR LE TOBOGGAN

Il ressemblera alors au jardin de la caserne de Bonne si petit pour le nombre d'habitants que les enfants font la queue pour pouvoir utiliser le toboggan. Avec 1, 4 hectares le jardin des vallons a été sous proportionné par rapport à la population. A titre d'exemple rappelons que pour 3 fois moins de logements à la caserne Reyniès-Bayard, la municipalité Carignon a créé un parc de 5, 5 hectares

BERRIAT : L'ILOT RAYMOND ULTRA DENSIFIÉ

Mais partout la municipalité Piolle densifie, chasse la dent creuse malgré l'opposition des habitants comme on l'a vu sur l'ilot Raymond dans le quartier Berriat. Reconnaissons que ce secteur n'en n'a pas tenu électoralement rigueur à la municipalité ! Il faut dire qu'il bénéficie des parcs de la municipalité Carignon (Marliave et V.Perrin) autour desquels les municipalités ont densifié à mort.

LIBÉRATION : APRES GALTIER, la RUE VAUJANY

Par contre le quartier Libération a été plus vigilant dans son vote. Ayant bénéficié de l'extension de 5 hectares du parc Bachelard par la municipalité Carignon, il voit d'un mauvais oeil la densification se poursuivre rue Vaujany. C'est que nos "bétonneurs" n'arrêtent pas.

HOCHE : DESTRUCTION DE LA CHAMBRE de COMMERCE

A Hoche qui explose socialement Eric Piolle veut détruire la Chambre de Commerce et d'Industrie pour construire quelques HLM de plus. Au nom de la "mixité" ose-t-il répondre aux journalistes qui l'interrogent. 8000 rotations de camions, 40 000 tonnes de béton à transporter ne l'effraient pas pour satisfaire aux dogmes.

E.PIOLLE TAPISSE LA VILLE d'AFFICHES SUR LA NATURE

Avant le second tour Eric Piolle se fait petit à Grenoble, espérant être réélu sur un malentendu écologiste. Il tapisse la ville d'affiches sur son attachement à la nature mais laisse les promoteurs urbaniser La Bastille.

Les bobos-gauchos n'y voient que du feu et Eric Piolle pérore à Marseille : dès que quelques dizaines de personnes sont venues l'écouter il pense qu'il a un destin national. Le réveil va être douloureux pour lui si son hubris se dégonfle un jour.

UN REVEIL DOULOUREUX POUR LES GRENOBLOIS

Mais le réveil serait surtout douloureux pour les grenoblois s'ils manquaient de lucidité et d'informations le 28 juin prochain. Notre collectif aura fait son devoir jusqu'au bout en en appelant aux seuls faits qui ne trompent pas. A partager sans modération.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *