MANDAT PIOLLE : LA VIE DE 700 PERSONNES ABRÉGÉE

"Grenoble a décroché de la tendance générale d’amélioration de la qualité de l’air. En cinq ans, l’écart est de 11% avec les autres métropoles de la Région Auvergne Rhône-Alpes"

Le collectif citoyen "Grenoble à coeur", véritable lanceur d'alerte, remet le couvert sur la pollution.

Aprés avoir assaini la question des particules fines (PM), le collectif a "dépollué" le sujet du dioxyde d’azote (NO2). Ça décoiffe à nouveau.

On le sait Grenoble fait partie des zones qui valent à la France d’avoir été condamnée en Cour de Justice de l’Union Européenne  le 24 octobre 2019.

"L'ÉVOLUTION S'EST DÉGRADÉE à GRENOBLE"

Dans un nouveau dossier rendu public avec toutes les références aux sources, le collectif établit un bilan accablant de la municipalité Piolle en matière de pollution : "l'évolution s'est dégradée à Grenoble, hormis pendant le confinement. Le respect du seuil de NO2 a été repoussé de onze ans, en 2026 au lieu de 2015. Le pouvoir en responsabilité depuis six ans s’est ainsi défaussé de l'engagement public du Plan de Protection de l’Atmosphère que la Ville et la Métro avaient signé en 2014."

"L'ENVOLÉE DES EMBOUTEILLAGES"

"Le rapport d’évaluation, publié fin 2019, montre que l’action de «fluidification du trafic » n’a pas été réalisée. Qui ne sait que ça a même été le contraire ? Le NO2 baisse partout depuis plus de 20 ans, grâce aux progrès techniques. Que la Ville et la Métro s’en vantent est malvenu, alors qu’ils ont considérablement freiné la tendance par « CVCM » (la fermeture de Grenoble NDLR) et l'envolée des embouteillages qui a suivi"

LE COLLECTIF DÉMONTE LES FAKE DE PIOLLE

Mais le collectif démonte pied à pied les fake d'Eric Piolle récidiviste sur ce dossier. Des fake pourtant reproduite par les médias sans aucun filtre, aucun recoupement, aucune contradiction.

Ainsi il rappelle qu'Eric Piolle a déclaré le 30 avril sur France 2 : « le confinement a permis de diminuer de trois quarts la pollution aux oxydes d’azote ». France 2 assez coutumière de la propagande Piollesque.

"LA DÉCLARATION DE PIOLLE EST FAUSSE"

Or "Grenoble à Coeur rappelle que" selon Grenoble Alpes Métropole, le transport est source de 54% des émissions. On est loin de 75%. Par magie, la chute du trafic aurait-elle aussi supprimé le NO2 émis par d’autres sources ? Non, la magie politique a des limites que la réalité ne connait pas. Alors, des dispositifs massifs d’absorption du dioxyde d’azote auraient-ils été installés pendant le confinement ? Une gigantesque pompe à NO2 sur le toit de la mairie ? Non plus.

"Quel est donc le problème ? Le problème est que la déclaration de M. Piolle est complètement fausse.

"SON TWEET EST UNE INFOX"

"Comme est une infox ce tweet faisant l’amalgame entre « la pollution au NOx » et celle qui tue un habitant tous les 3 jours, 48 000 français chaque année ». On le sait, la responsabilité incombe aux particules fines PM2.5 et non aux NOx. ! Et ça ne « tue » pas mais fait perdre des mois d’espérance de vie. Enfin, ça ne concerne pas « 48 000 français chaque année ». 

"LE MANDAT ÉCOULÉ a ABREGÉ LE VIE DE 700 PERSONNES"

"Nous ne reviendrons pas ici sur le sujet de la pollution « verte » du chauffage au bois, malheureusement plus grave pour la santé que celle issue des carburants. C'est un fait déjà démontré, qui ne se conjugue pas au passé, sauf le fait que l’inaction du mandat écoulé a abrégé la vie de 700 personnes". A noter que l'analyse ne porte pas sur les vies abrégées par la dégradation économique de la ville pendant la même période. On le sait les conséquences des pertes d'emploi sur la vie sont mesurables scientifiquement : or Eric Piolle a tué des centaines d'emplois dans le commerce et les services.

LES ÉLUS ROUGE/VERTS DANS LA GOUVERNANCE d'ATMO

Le collectif va plus loin en s'interrogeant sur la crédibilité d'Atmo l'organisme de contrôle de la pollution. "Grenoble le Changement" s'est souvent étonné lui-même de la forte présence des élus Rouge/Verts dans la gouvernance de l'organisme. Ce qui pose un problème grave de conflit d'intérêt et d'éthique .

ATMO AURA, UNE AGENCE DE PROPAGANDE ?

Pour Grenoble à Coeur "dans un rapport national titré « COVID-19 : focus sur l’exposition des riverains à la pollution automobile près des grands axes avant/pendant le confinement », Atmo France écrit : L’impact de la baisse du trafic routier y est également visible sur les concentrations de NOx. Par exemple l’agglomération de Paris a observé une baisse de 73%, l’agglomérationde Grenoble de 72%, ... »

LES SOURCES DE POLLUTION NOCIVE PASSÉES SOUS SILENCE

Or selon le collectif, «l’annonce des chiffres ne dit plus qu’ils ont été mesurés au cœur du trafic « des grands axes » ; il est faux de les étendre à toute « l’agglomération » mais c’est pourtant ce qui est fait. On note aussi qu’en se limitant au NO2 et au trafic, le rapport passe sous silence les sources et les chiffres de la pollution la plus nocive pour la santé, les particules fines ...

AUGMENTATION DES PARTICULES FINES CANCÉRIGENES

Il en résulte trois observations du collectif:

  1. "Alors qu’Atmo France titrait avec exactitude les « riverains des grands axes », Atmo AuRA généralise à tous les « urbains ».
  2. "Généralisation justifiée par l’observation de tout Grenoble ? Pas du tout ! C’est d’une unique station que provient le -72%. Celle du boulevard Foch, là où le NO2 a le plus chuté avec la disparition du trafic.
  3. "Atmo AuRA aussi ne parle que du NO2. Mais alors qu’Atmo France s’abstenait à raison de commenter, Atmo AuRA titre : on a « bien mieux respiré ». Ils ignorent totalement ainsi l’augmentation des particules fines cancérigènes, pourtant vues dans toute la région. Augmentation qui avait été chiffrée  entre +18 et +25%, ce que ce rapport passe sous silence !

ATMO : MUTATION EN AGENCE DE PROPAGANDE

Ajoutant : "Atmo AuRA, qui semble depuis assez longtemps vouloir opérer une mutation en agence de propagande 10, a réussi son tour d’illusionniste : le Dauphiné titre « la pollution a baissé de 72% », place Gre’Net titre « pollution liée au trafic en baisse de 72% dans l’agglomération grenobloise ».

UNE INFOX SUR L'AUGMENTATION des PARTICULES FINES

Mais le collectif va plus loin pour dénoncer les fakes :

"Un autre exemple est celui de la pollution aux particules fines pendant le confinement : alors qu’elle a augmenté Atmo AuRA Grenoble s’était empressé d’annoncer -30%. C’était une infox, utilisant l’écart avant/après confinement d’une journée particulièrement haute avec une autre singulièrement basse. L’écho médiatique visé avait été au rendez-vous : publication par le même journaliste et propagation sur les réseaux sociaux.


EN VRAI, QUELLE A ÉTÉ LA BAISSE AVEC LE CONFINEMENT ?

"Atmo Grenoble n’a qu’une unique station « urbaine / trafic », contre trois à Clermont Ferrand. C’est ce seul point de mesure, sur le Bd Foch vidé du trafic par le confinement, qui leur a servi à claironner -72% sur l’agglomération grenobloise.

"Mais le niveau qui concerne « l’agglomération » et les « urbains », comme ils ont annoncé à tort, n’est pas celui-là ! C’est celui mesuré par les trois stations « urbaines / fond » de la cuvette grenobloise

"IL N'Y A EU NI MAGIE, NI POMPE à NO2..."

"En vrai, la chute du trafic a causé une diminution du NO2 de 40% des émissions totales habituelles. Evidemment, ça n’a pas pu dépasser la totalité des émissions du trafic."

Et de conclure sur ce point : "Il n’y a eu ni magie (sauf politique), ni méga pompe à NO2 sur le toit de la mairie. Cela confirme que les déclarations du maire actuellement en poste sont complètement fausses."

GRENOBLE, VILLE DES RECORDS, MAIS LESQUELS ?

Parmi les enseignements relevés par le collectif figure le fait "qu'on retrouve ici la réalité que, depuis CVCM, (fermeture de Grenoble NDLR) les embouteillages polluants n’ont cessé d’augmenter et nous ont propulsés au rang de 4ème ville la plus congestionnée de France.

"Les conséquences qu’Atmo Grenoble n’avait pas voulu mesurer, voici que le confinement les a remises en évidence ! Grenoble : premier pour la com’, dernier pour les résultats !"

LE DÉCROCHAGE DE GRENOBLE et L’IMPACT DE « CVCM »

La tendance de baisse du NO2 existe depuis plus de vingt ans. Pour la part due au trafic, cela vient d’abord du progrès des moteurs. Depuis septembre 2015, les émissions ont été divisées par 2,25 pour les nouveaux véhicules (norme Euro 6), ce que même l’organisation qui a révélé le 'dieselgate' reconnait.

LE PLAN DE PROTECTION REPOUSSÉ DE 11 ANS

Deux évènements se sont produits au premier trimestre 2014 : la signature par la Ville du Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) et l’élection municipale. Quels sont les résultats ? L’atteinte des objectifs du PPA a été repoussée de 11 ans ! Mais encore ?

GRENOBLE PERD PAR RAPPORT AUX AUTRES MÉTROPOLES

Le graphique donne la valeur moyenne des stations « urbaines / fond »d’Atmo depuis 2014 pour les métropoles d’AuRA, qui sont aussi les quatre villes régionales figurant sur le pré-contentieux avec la Cour de Justice de l’Union Européenne.

l'un des graphiques accablant pour E.Piolle : la ville perd 11 % par rapport aux autres Métropoles de la Région

Sur cinq ans, la moyenne de Grenoble perd 11% par rapport aux autres métropoles, avec une baisse de 7,5% au lieu de 18,6%. Le pic de départ concerne tout AuRA et n’est donc pas structurel (météo de l'hiver 2014-2015 ?). C’est pourquoi Clermont Ferrand finit par le rattraper, mais pas Grenoble où la tendance normale de baisse est manifestement contrecarrée.

GRENOBLE DÉCROCHE AUSSI PAR RAPPORT à la TENDANCE PASSÉE

Grenoble décroche non seulement vis-à-vis des autres métropoles, mais aussi par rapport à la tendance passée, comme le montre ce tableau.

Et si l’on observe les trois dernières années, celles d’après le bousculement du plan de circulation, que voit-on ?

"LES EMBOUTEILLAGES AUGMENTÉS EN SONT LA CAUSE"

"Sur trois ans, la moyenne de Grenoble perd 6,5% par rapport à Saint-Etienne et Lyon pourtant carrefour de sept autoroutes dont l’A7 (et 13,5% vis-à-vis de Clermont-Ferrand, qui rattrape le pic non structurel de départ). Les embouteillages augmentés en sont la cause : pendant que Lyon progresse de deux places, Grenoble régresse de six !

VARIABLE SELON QUE L'ONT VIT OU NON PRÉS D'UN AXE

"L’envolée des embouteillages initiée par CVCM a augmenté le niveau « de fond » de pollution au NO2 pour une large partie de la population. L’impact est variable selon qu’on vit à proximité ou à distance d’axes de circulation. Grenoble a décroché de la avec les autres métropoles d’AuRA.

LABEL DE CAPITALE VERTE LA PLUS POLLUÉE ?

"Dans le monde d’avant, une com’ de Greenpeace France avait offert (avec quelle indépendance d’opinion ?) la médaille d’argent de la lutte contre la pollution à la municipalité grenobloise. Recevra-t-elle aussi le label de la capitale verte la plus polluée par les embouteillages et les particules cancérigènes du chauffage « écolo » ?

CINQ DEMANDES PRÉCISES POUR LE « MONDE D’APRÈS »

"La vie nécessite de pouvoir facilement se déplacer. "Grenoble à Cœur" appelle à la reprise de la vie. Nous n’osons croire qu’installer l’unique nouvelle station d’Atmo au cimetière, en pleine explosion des embouteillages d’après CVCM, était l’acte prémonitoire d’un Grenoble désertifié qui nous est promis.

Alain CARIGNON SEUL à PORTER ces PROBLÉMATIQUES

Grenoble à Coeur réitère l'essentiel des demandes effectuées auprès des candidats. Le collectif de la société civile et Alain Carignon sont les seuls à les avoir repris et à les porter.

  •  Dans la lutte contre la pollution, ne plus se tromper d’ennemi n°1 !
  • Lutter d’abord contre les particules fines 12 et tout faire pour réduire leurs émissions, en priorité celles de la source largement dominante : le chauffage au bois.
  •  Celles du trafic aussi, dont la fluidification ferait en outre redescendre Grenoble dans le triste classement des villes les plus polluées par les embouteillages.
  •  Correctement mesurer les résultats, honnêtement informer les Grenoblois.
  • Deux stations supplémentaires pour qu’Atmo Grenoble ne soit plus myope ; La fluidification du trafic est un besoin urgent qui appelle à revoir le plan de circulation, organiser le co-voiturage, adopter au plus vite le modèle strasbourgeois des autoroutes à vélos, développer les parking relais connectés aux transports en commun. Il en va de la santé des Grenoblois !
    Il en va du dynamisme futur de notre ville !

E.PIOLLE REFUSE D'ÉCOUTER LES SCIENTIFIQUES....

Ceux qui désirent aller plus loin et accéder aux annexes de l'étude et références doivent consulter le site de "Grenoble à Coeur".

On le sait interpellé par Alain Carignon au Conseil Municipal, Eric Piolle n'avait pas répondu sur le fond comme à son habitude se contentant de confirmer qu'analyser la pollution doit être « une approche globale de l’ensemble des polluants ».

... ET LES EXPERTISES CITOYENNES NON D'ACCORD AVEC LUI

Il a aussi demandé d’ « écouter les scientifiques, lire leurs rapports en intégralité ». Sauf qu'évidemment il ne le fait pas.

Evidemment il fait appel aux "expertises citoyennes" mais ne veut écouter que celles qui répètent ce qu'il dit lui-même. Le nouveau pavé dans la marre de Grenoble à Coeur, extrêmement précis et documenté , apporte de l'eau au moulin de ceux qui veulent changer la donne de Grenoble, avec la priorité pour la santé des Grenoblois.

LE 28 JUIN, UNE SEULE CHANCE de SAUVER GRENOBLE

Il est clair que seul Alain Carignon a porté publiquement ces problématiques, les autres n'osant affronter la Doxa Piollesque. Une fois encore, le 28 juin, il n'existe qu'une chance de changer, de sauver Grenoble et un seul porte parole de l'opposition.

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *