LES RICHES SONT SOIGNÉS…

Un habitant de Saint Ismier, la commune dirigée par Henri Baile, Maire réélu au premier tour, nous adresse ces photos des bordures de rues parfaitement entretenues.

LES SERVICES MUNICIPAUX FONCTIONNENT PARFAITEMENT

Les services municipaux fonctionnent parfaitement pendant la durée du confinement, l’entretien est assuré et sur nos marchés les policiers municipaux sont présents du début à la fin, afin de réguler l’activité…” nous précise t-il.

LES RICHES S’ENRICHISSENT…

A Saint Ismier, commune aisée du Grésivaudan, les habitants sont donc soignés. La valeur de leurs biens s’en trouve renforcée. Leur environnement est agréable, propre et chacun trouve beaucoup de plaisir dans un espace public aussi bien qualifié.

... LES PAUVRES S’APPAUVRISSENT

A Grenoble Eric Piolle fait l’inverse. La ville reste sale et malgré les demandes répétées d’Alain Carignon il se refuse à engager un nettoyage général dont elle aurait besoin.

Les jardinets, les bordures, les trottoirs… tout est laissé à l’abandon. Ici une voiture abandonnée, là un squat qui s’affiche et enlaidit tout un quartier.

LA VALEUR DES BIENS EN SOUFFRE

Evidemment la valeur des biens subit directement et fortement cette dégradation. Ainsi la ville qui se paupérise se paupérise encore plus, la classe moyenne est spoliée de fait. “Salauds de pauvres, vous ne l’êtes pas assez…” semble leur lancer la municipalité.

A St Ismier la classe plus aisée se trouve renforcée, elle conserve la valeur de son investissement voire s’enrichit grâce à une politique municipale attentive.

LA PRESQU’ILE EST SANS JARDIN

En continuant plus largement dans la bétonisation de la ville, Eric Piolle poursuit implacablement dans cette direction. Le tout nouveau quartier de la Presqu’île qui n’a pas encore son modeste jardin après 4 ans d’existence est le bon exemple de cette continuation. Ça n’empêche pas d’ailleurs de l’appeler “écoquartier” ni les habitants de voter massivement Piolle.

E.PIOLLE : “UN EFFORT CONSÉQUENT SUR LA PROPRETÉ

Le respect minimal des habitants serait de leur offrir un espace public propre et entretenu parce que “trop souvent quand nous nous déplaçons dans la ville nous constatons que l’espace public est sale, mal entretenu, triste, voire laissé à l’abandon” affirmait Eric Piolle dans son “engagement” (!) N°87. Ajoutant : “un effort conséquent dans tous les quartiers sera mené en matière de propreté urbaine (…) d’accroissement des espaces verts qui pourront être partagés avec les habitants”.

Ce cynisme à l’état brut n’empêche pas des grenoblois de voter pour lui. Pourquoi s’en priver ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *