“LIBÉRATION” : PIOLLE SE VOIT PRÉSIDENT

"Eric Piolle se pose en fédérateur de cette renaissance politique avec 2022 en ligne de mire" écrit François Carrel le correspondant de "Libération" à Grenoble (21/4/20) à la suite de l'interview du Maire de Grenoble.

"PIOLLE PRÉSIDENT" LANCÉ PAR LUI-MÊME

"Piolle Président" est lancé sans vergogne, le Grand Timonier ayant déjà enjambé l'élection municipale qui n'est qu'une formalité selon lui. Lui qui a tant souffert dans cette campagne de voir discuter sa suprématie et de supporter le mécontentement des grenoblois se sent libéré par son score.

SOUMETTRE LES VERTS et les INSOUMIS à SA PERSONNE

Il a mis entre parenthèse la campagne municipale, pas pour s'occuper de la crise sanitaire, mais pour lancer sa campagne présidentielle ! Toujours modeste, il se juge en capacité de soumettre les Insoumis et les Verts pour cette échéance!

LES APPAUVRISSANTS TOUS, BEAUCOUP SONT CONTENTS

Pourquoi ne pas tenter en effet ? N'a t-il pas réussi à leurrer une grande partie des grenoblois par ses discours verbeux ? Les appauvrissant tous, beaucoup sont contents. Les quartiers abandonnés, ghettoïsés ne l'ont pas massivement rejeté. Sa distance, voire sa prétention, son refus de traiter les problèmes quotidiens n'ont pas fait l'objet de réaction électorale forte.

"DE L'ARGENT, IL Y EN A..."

Alors l'idée de se substituer à la fois à Jean-Luc Mélenchon (FI) et à Yannick Jadot (Verts) ne fait pas peur à son égo démesuré.

C'est assez simple pour lui. "De l'argent il y en a" explique t-il à "Libération". Dans sa tête on ne rembourse pas la dette, le problème n'existe donc pas. "On ne pourra plus dire qu'il n'y a pas d'argent" assène-t-il.

DIFFÉRENTIEL de 120 000 SOIGNANTS AVEC LA RFA

Les raisons pour laquelle la RFA traite avec succès le virus avec une dépense de santé comparable a celle de la France ne l'effleure pas. La bureaucratie dans le système de santé Allemand représente 25 % contre 34 % en France, le personnel travaille 40 h contre 35 chez nous : ça représente un différentiel de 120 000 soignants sur le terrain entre les deux pays ! En RFA les infirmières sont payées 20 % de plus que les nôtres...

UN BUDGET EXCEDENTAIRE, UNE DETTE FAIBLE...

Un budget excédentaire, une dette à 50% du PIB contre 120 % à la France donne à l'Etat Allemand des marges d'action. Résultat pour la santé ? 20 000 lits de réanimation, des masques pour tous et des tests partout ou c'est nécessaire. Peut être bientôt le vaccin !

E.PIOLLE FABRIQUE de la DETTE, de L'IMPÔT, du FONCTIONNEMENT

On est loin de la démagogie et de la légèreté Piollesque qui fabrique de la dette, de l'impôt et des dépenses de fonctionnement à Grenoble qui paralysent la ville. Il veut continuer car de "l'argent il y en a..."

CANDIDAT ACTIONNAIRE à SINGAPOUR !

Croit-il également qu'on peut être candidat à la présidentielle en étant actionnaire à Singapour d'une société qui fabrique des logiciels de sécurisation financière ! Le scanner qui l'attend sera autre chose que les complaisants observateurs locaux.

"LE LEADERSHIP, JE L'ASSUME"

On va vite savoir si François Ruffin, Julien Bayou et Clémentine Autain qui ont joué au foot avec lui se rangent derrière Lui comme il le laisse entendre. Car toujours modeste Eric Piolle décrète à "Libération": "le rôle de leadership, je l'assume". Il s'auto désigne. D'ailleurs il n'a pas de pudeur : "l'objectif de tous ceux qui agissent doit être l'exercice du pouvoir". Comme il considère agir le plus...

IL DÉTESTE Yannick JADOT , MÉPRISE JL MÉLENCHON

Pointant spécialement les échecs présidentiels, histoire de bien allumer JL Mélenchon et Benoit Hamon. Les uns et les autres n'ont plus qu'à s'incliner.

D'abord le leader de son parti qu'il déteste : Yannick Jadot qui avait eu l'outrecuidance de reconnaître de la valeur aux petits entrepreneurs, au commerce, bref de ne pas être dogmatique. Une lecture qui le révulse au fond car il n'admet rien qui sorte de sa doctrine fermée. Mais aussi JL Mélenchon qu'il méprise et avait combattu dès les législatives.

E.MARTIN, A.CONFESSON, A.BACK VONT SE COUCHER ?

Jusqu'à quand les Verts locaux, ou les Insoumis, de Elisa Martin à Alan Confesson en passant par Antoine Back vont ils continuer à se coucher devant les foucades de Piolle ? Pour leurs postes ?

On frémit en tout cas à l'idée que l'expérience grenobloise puisse être étendue au pays.

UN POLITIQUE FROID, DÉSINCARNÉ, QUASI ROBOTISÉ

Il y a une forme de schizophrénie politique chez un Piolle emporté par son ivresse idéologique, shooté aux mots. Avec lui, les Français et la France n'existent pas plus que Grenoble et les grenoblois. Un politique froid, désincarné, quasi robotisé. On est glacé par l'implacabilité qui s'en dégage : la brutalité de ses décisions grenobloises sont du pipi de chat par rapport à ce qu'il pourrait imposer ailleurs s'il avait plus de pouvoir.

GRENOBLE: UN PAILLASSON SUR LEQUEL IL S'ESSUIE

Beaucoup de grenoblois savent à quoi s'en tenir sur le personnage et sa réalité. Il est une certitude qui se dégage de son interview jusque dans son tee-shirt au nom de Boston, ça fait plus djeun' que Grenoble, un peu plouc. Leur ville est un paillasson. Sur lequel il s'essuie déjà avant même d'être réélu. C'est dire s'il l'était.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *