CONSEIL MUNICIPAL de LUNDI : E.PIOLLE PATAUGE

A observer l'ordre du jour et les délibérations du Conseil Municipal de lundi on est frappé par la pauvreté du contenu.

La principale concerne les actions de la ville face à la pandémie. Elle est d'une banalité affligeante. Eric Piolle se contente d'une administration "pépère" présentant comme une sorte d'exploit qu'un accueil en mairie ait été maintenu (c'est obligatoire pour les actes d'état-civil) ou bien qu'une permanence téléphonique fonctionne !

E.PIOLLE A ÉTÉ EN CONTACT AVEC SES ADJOINTS (!)

Bien entendu, comme partout les services sociaux indispensables ont été maintenus, le télétravail développé. Eric Piolle informe les grenoblois qu'il a été en contact téléphonique avec ses Adjoints (!).

LA POLICE "ATTENTIVE" AUX SDF

Pour l'accompagnement de la lutte contre la pandémie ça va pas loin. S'agissant des SDF "la ville a demandé à ses agents de la police d'être attentifs aux personnes ne disposant pas de domicile personnel et de ne pas procéder à des verbalisations pour non respect des règles de confinement".

SDF : "PAS ENCORE A LA HAUTEUR DES BESOINS"

Ce qui explique les nombreux rassemblements. Rien d'organisé pour accueillir ces publics et les mettre à l'abri de la contamination. Eric Piolle reconnait avec pudeur que les dispositifs "ne sont pas encore aujourd'hui à la hauteur des besoins". Il va donc interpeller... l'Etat.

Eric Piolle annonce avoir fourni des masques au personnel exposé et avoir accueilli -comme toutes les villes- les enfants des personnels soignants et policiers.

DES JEUNES RECOIVENT DES SMS...

Sur les personnes âgées et les jeunes rien de transcendant non plus. Pour ces derniers il assure que les correspondants jeunesse "sont en contact plusieurs fois par semaine, par SMS et téléphone..." A constater la montée de la délinquance il ne semble pas que ces SMS soient efficaces.

IL A OUVERT "UNE CELLULE D'ANTICIPATION"

Enfin la délibération consacre quelques malheureuses lignes à l'anticipation du déconfinement. Eric Piolle a ouvert une "cellule anticipation" dont il a effectivement bien besoin si on en croit le déroulé de ces quatre dernières semaines ou l'anticipation a été -justement- si absente.

AUCUNE MESURE POUR LES ÉLÉVES

Excepté "le travail en étroite coordination" on ne saura rien des mesures car il n'y en a aucune. Alors que l'urgence du retour à l'école impose des solutions de sécurité sanitaire pour les élèves, du primaire dont il a la responsabilité, il n'en dit rien.

A.CARIGNON: DES CONDITIONS DE SÉCURITÉ SANITAIRE

Pour Alain Carignon la municipalité "a le devoir d’organiser avec les parents et toute la communauté éducative les conditions sanitaires de sécurité absolue dans lesquelles les élèves pourraient reprendre l’école le 11 mai"

Rien de concret sur l'économie, les activités, les associations, la culture. Décidément Eric Piolle patauge de plus en plus. Il devrait se réveiller.

L'IMAGINATION N'EST PAS AU POUVOIR

La période pendant laquelle -crise oblige- personne ne souhaitait mettre en cause le capitaine sur le cap du navire est finie. Ces 4 semaines ont à minima démontré aux grenoblois que l'imagination n'était pas au pouvoir local.

Espérons que sur les autres termes du débat, santé, emplois, commerces... les conséquences ne seront pas graves pour eux.

E.PIOLLE INTERPELLE SUR LES MASQUES

Mais à l'approche du Conseil Municipal de lundi , malgré la protection dont M.Chamussy ( LR repenti) MJ Salat ( PS) et quelques autres l'assurent , Eric Piolle est de plus en plus interpellé sur les masques.

PIOLLE: "HORS DE QUESTION DE FOURNIR des MASQUES"

Il a senti le vent du boulet avec l'insistance d'Alain Carignon, le seul opposant déclaré. Sa déclaration initiale selon laquelle " Il est hors de question de fournir des masques à la population” avait fait des dégâts. Voyant arriver la question orale de l'opposant sur ce thème , il multiplie les déclarations .

LA FAUTE AU GOUVERNEMENT

Dans le DL ( 16/4/20 ) à Eve Moulinier il le DL) il répond qu'il appelle “le gouvernement à clarifier la répartition des rôles entre l’Etat et les collectivités locales en matière de commande, approvisionnement, circuits de distribution des masques…” (!).Toujours la défausse.

A.CARIGNON PREND L'EXEMPLE de la BIÉVRE

Comme Alain Carignon propose de prendre modèle sur le territoire de la Bièvre qui fournit à tous les volontaires de quoi fabriquer des masques afin que chaque habitant puisse en porter un, voila que ce samedi Eric Piolle demande au Préfet d'ouvrir ... les merceries. Fermées elles ne peuvent pas fabriquer des masques?

E.PIOLLE VEUT FAIRE OUVRIR... LES MERCERIES

Selon France Bleu Isère afin de "tenir le cap posé par le Président (des masques pour tous dès le 11 mai)", Eric Piolle a adressé un courrier au Préfet de l'Isère pour lui demander une dérogation permettant la réouverture des merceries et des magasins de tissu....

JAMAIS IL N'ASSUME SA MISSION

Il s'agit toujours pour lui de poursuivre dans la com", de se défausser sur les autres : le Préfet, les mercières. Jamais il n'assume la mission qu'il aurait la mission d'assumer : se donner les moyens de fournir des masques à tous les Grenoblois comme le font les Maires de Valence, de Belfort , ou , pour notre Région, Laurent Wauquiez.

DE LA COM' et de L'INCANTATION

Eric Piolle demeure dans ce qu'il sait faire : de la com' et de l'incantation.

Mais le fait qu'il se multiplie en parole pour effacer la très fâcheuse déclaration selon laquelle il ne s'occuperait pas des masques des grenoblois, le fait qu'il tente de déminer avant le Conseil Municipal de lundi à l'ouverture duquel Alain Carignon intervient sur ce point, démontre bien sa faiblesse sur le fond.

LES SUPPLÉTIFS ONT BONNE MINE

Les Chamussy et autre M-J Salat, supplétifs qui se sont placés dans son giron en trahissant leurs électeurs ont bonne mine aujourd'hui.

Oui la municipalité devait prendre des initiatives locales pour les masques. Non Eric Piolle n'a rien fait en ce sens. Son refus public et assumé d'agir sur ce dossier et sa sémantique d'aujourd'hui pour le gommer, prouvent son inquiétude.

LES GRENOBLOIS VICTIMES du MANQUE de DÉCISION

Mais au final ce sont bien les grenoblois les victimes de ce manque de décision et d'anticipation. Ce n'est pas d'une "cellule" dont E.Piolle a besoin. Mais de quitter ses dogmes et sa bureaucratie et d'assumer sa mission d'intérêt public en faisant fi de sa personne, en prenant des risques mineurs par rapport à l'enjeu de santé publique. Trop lui demander?




One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *