LA DÉLINQUANCE “ORDINAIRE” REPREND SES DROITS

Fabienne Lewandowski, directrice départementale de la sécurité publique de l’Isère reconnait ( DL du 15/4/20) que la «reprise de l’activité délinquante classique (trafics, violences, agressions des forces de l’ordre…) a été constatée au cours de cette dernière semaine ».

" FEUX de VOITURES, TIRS de MORTIERS..."

"Feux de voitures, tirs de mortier, trafics… Le calme relatif qui régnait dans certains secteurs depuis le début du confinement s’étiole" commente Vanessa Laime dans le même article.

Ce que " Grenoble, le Changement" , toujours un peu isolé au début avait largement relevé le premier.

8000 ACTES DE DÉLINQUANCE de PLUS QUE LA MOYENNE

Sauf que cette délinquance n'est pas "classique". Ou bien à ce niveau, seulement à Grenoble. Car il faut bien relever les données chiffrées.

Si Grenoble se situait dans la moyenne des grandes villes pour la délinquance " classique" , les grenoblois supporteraient de l'ordre de 8000 actes de délinquance de moins pas an!

PREMIÉRE POUR LES AGRESSIONS POUR 1000 HABITANTS

Sous la municipalité Piolle Grenoble s'est hissée première pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants. Première toutes catégories.

Le nombre de policiers n'y changera pas grand chose s'il n'est pas couplé avec une politique municipale active.

LES DÉCLARATIONS de PIOLLE FAVORISENT la DÉLINQUANCE

Depuis ces déclarations de 2014 -premier ou second degré- selon lesquelles il vendait les caméras jusqu'à son refus d'armer la police municipale , en passant par sa politique irresponsable d'attributions de logements, Eric Piolle a été aussi le premier pour favoriser cette délinquance.

A L'ALMA E.PIOLLE A TRINQUÉ AVEC LES DEALERS

En affirmant publiquement que la sécurité n'était pas son problème il a porté le laxisme en bandoulière et la délinquance grenobloise l'a bien reçu 5 sur 5.

Quand à l'Alma , sous les yeux ébahis de la population, il a pris le café avec le dealers à la fin d'un repas sur la place Edmond Arnaud, il a donné un signal de connivence avec les activités illicites qui a fait beaucoup de mal.

UN VÉTÉRAN DU SYSTÉME AVRILLIER MOLESTE

Le paradoxe étant que l'un des vétérans du système Avrillier, Claude Jacquier, le directeur ( Verts/Ades) de l'ODTI de la rue Très-Cloitres qui dénonçait les trafics envahissant même le foyer des migrants s'est fait tabasser récemment.

E.PIOLLE et M.BOILEAU INSTALLENT la DÉLINQUANCE

Les armes, les tirs, les lanceurs de feux d'artifices transformés en mortiers, le blocage de l'avenue Rhin et Danube à Mistral par des barrières de chantier, les bars clandestins au Village Olympique, les voitures qui continuent à bruler régulièrement tout ceci - malheureusement- part d'une minorité installée par Eric Piolle comme Président d'Actis ou Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat.

POURQUOI CRÉÉR DES GHETTOS DE DÉLINQUANCE?

La question se pose avec une insistance troublante: pourquoi n'engagent-ils aucune enquête? Pourquoi n'assermentent-ils pas le personnel comme le propose Alain Carignon?

AFFRONTEMENTS DE COMMUNAUTÉS

Pourquoi continuent-ils d'attribuer les logements sociaux sans contrôle créant directement - volontairement?- des ghettos de délinquance et même d'affrontements entre communautés comme on le relève entre le Village Olympique et Villeneuve avec tirs de kalachnikov récurrents au niveau du 110 galerie de l'Arlequin , lieu de deals identifié comme important?

QUI REGROUPE LES COMMUNAUTÉS ?

Pour que des affrontements de communautés se produisent il faut bien que quelqu'un ait favorisé ces regroupements en attribuant ces logements. Ce "quelqu'un" est institutionnellement connu à la tête d'Actis et de Grenoble-Habitat.

VILLENEUVE: LA POLICE MUNICIPALE TÔT LE MATIN

Evidemment une police municipale désarmée au propre comme au figuré est impuissante et ne s'aventure logiquement dans ces quartiers que très tôt le matin comme le déplorait encore récemment un habitant de Villeneuve dans le " Dauphiné".

PAS D'ENQUÊTE SUR LES TRAINS de VIE dans les HLM

Comment se fait il qu'Eric Piolle et Maryvonne Boileau qui logent ces trafiquants ne posent aucune question sur les revenus, les trains de vie? Ce qui permettrait de les déloger.

Sans combat à la racine du mal la dérive grenobloise se poursuivra inéluctablement, confinement ou non.

" BRÛLER POUR TROMPER L'ENNUI"

Le chapelet des constats risque de s'égrener longtemps sans action municipale. Avec le chapelet des agressions, des blessés et des morts. Au milieu des quartiers dégradés invivables .

Dans un courrier du 14 avril à Eric Piolle, l'Union de Quartier du Village Olympique alerte encore et encore dénonçant "ceux qui brûlent voitures et mobilier urbain pour tromper leur ennui" écrit Cécilio Sanchez.

" UN TRÉS MAUVAIS SIGNE POUR L'AVENIR "

Ajoutant : " l'abandon de l'espace public de nos quartiers à cette minorité est un très mauvais signe pour l'avenir et pour les jeunes que des parents arrivent encore à maintenir à la maison".

Tout n'est-il pas dit sur le demain grenoblois que prépare Eric Piolle?

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *