TIR DE MORTIER à VILLENEUVE

Seule France Bleu Isère semble avoir fait état de l'information qui nous avait été signalée par des habitants : "appelés pour des jets de pétards et des arbres en feu au parc Jean Verlhac, ils ont été ciblés par un tir de mortier à leur arrivée. Plus tard, un homme a refusé d'obtempérer lors d'un contrôle et a percuté le véhicule des policiers" rapporte le journaliste Bastien Thomas sur le site de la Radio Publique.

"UNE ARME LÉGÉRE D'ARTILLERIE..."

Le mortier est une arme de guerre. Certes selon Wiquipédia une arme légère d'artillerie : "Un mortier ou lance-mine est une arme légère d’artillerie, sans culasse -la force de recul étant absorbée par le sol-, à mise à feu de l’obus par gravité, et de ce fait ne pouvant tirer qu’en tir proche de la verticale, ce qui lui permet d'atteindre un site proche très masqué".

DES FUSILLADES ENTRE BANDES RIVALES

Tout de même elle se trouve dans des logements sociaux du quartier. Après plusieurs fusillades entre bandes rivales pour des points de deals -en particulier le 110 galerie de l'Arlequin- l'utilisation de l'artillerie contre la police démontre que le confinement ne calme pas les esprits et l'escalade se poursuit.

UN CONFINEMENT GLOBALEMENT RESPECTÉ

Dans les quartiers sud globalement le confinement est respecté comme ailleurs. Tous les témoignages le confirment. Hassen Bouzeghoub, le directeur du Plateau en témoigne pour Mistral dans le DL (8/4/20). A Teisseire ou à Jouhaux aussi seuls quelques jeunes bravent ostensiblement les consignes avec leurs scooters.

"LA POLICE MUNICIPALE VIENT TRES TÔT LE MATIN"

Au Village Olympique un bar clandestin avait été découvert mais partout le commerce de la drogue se poursuit avec les livraisons à domicile : pour livrer il faut se déplacer...

Evidemment, non armée, la police municipale ne peut pas être mobilisée dans cette lutte "la police municipale ne vient pas ou alors très tôt le matin ce qui ne sert à rien" témoigne un habitant de Villeneuve dans le "Dauphiné" (8/4/20).

C.JACQUIER ( Verts/Ades): DES COUPS de BARRE de FER

A l'Alma un vétéran du clan Avrillier, Claude Jacquier (Verts/Ades) qui préside l'ODTI a révélé l’agression dont il a été victime : Il explique avoir été attaqué, par un homme «dont je n’ai même pas entendu le son de la voix » vers 19 heures. Victime de coups de barre de fer, il a été légèrement blessé. (DL du 8/4/20)

E.PIOLLE AVAIT TRINQUÉ AVEC LES DEALERS

C'est à l'Alma qu'Eric Piolle avait trinqué avec les dealers à la fin d'un repas qui s'était tenu place Edmond Arnaud. Les habitants très choqués avaient envoyé les photos au "Dauphiné".

Eric PIOLLE LOGE LA DÉLINQUANCE

Avec les Rouge/Verts la lecture est toujours double. Qui loge cette délinquance à l'Alma et ailleurs en toute connaissance de ses effets ? Eric Piolle comme Président d'Actis.

Un Eric Piolle qui ne se risque pas à lancer une enquête pour savoir qui à Villeneuve ou au Village Olympique détient des Mortiers dans des logements sociaux. Pourtant les personnels sur le terrain ne manquent pas pour faire remonter les infos.

LES OPÉRATIONS POLITICIENNES NE MARCHENT PAS

La crise sanitaire ne fait pas disparaitre les fondamentaux grenoblois comme par enchantement. Même si la majorité municipale et ses supplétifs l'utilisent en montant des opérations politiciennes pour appeler au silence et asphyxier la démocratie locale, l'insécurité record qui caractérise Grenoble revient au premier plan.

PERSONNE NE SERAIT à L'ABRI D'UNE AGRESSION

Peut être les grenoblois qui ont fait au premier tour l'impasse sur cette cruelle réalité et la responsabilité d'Eric Piolle, vont ils mieux y réfléchir avant le second tour ?

En effet si cette dérive devait se poursuivre personne ne serait plus à l'abri d'une agression.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *