MASQUES : E.PIOLLE AUX ABONNÉS ABSENTS

Le siège de la Région Rhône-Alpes à Lyon a été transformé en pole d'action contre le virus. Laurent Wauquiez, le président était vendredi à Lyon où des agents de la collectivité conditionnent et livrent aux professionnels de santé les kits de protection selon le "Dauphiné".

Crise sanitaire oblige, le siège régional a désormais l’allure d’une base logistique.

FOURNITURES D'ÉQUIPEMENTS AUX SOIGNANTS

Il y a dix jours, Laurent Wauquiez annonçait sa décision de débloquer 20 millions d’euros pour passer des commandes groupées afin de fournir le plus possible d’équipements de protection aux infirmiers, kinés, ambulanciers, sages-femmes, médecins libéraux, comme du gel hydroalcoolique, des masques, des gants, des lunettes de protection, des thermomètres, des blouses, des sur chaussures…

LES CARGAISONS SONT ARRIVÉES MASSIVEMENT

Et cette semaine, les cargaisons ont commencé à arriver massivement. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un avion, parti de Chine, a même atterri sur le tarmac de Saint-Exupéry pour livrer 500 000 premiers masques (9 millions devraient arriver à tout). Ceux-ci sont venus s’ajouter au matériel acheté sur le territoire français ou celui donné par des entreprises régionales.

LES AGENTS DE LA RÉGION ASSEMBLENT LES KITS

C’est dans les bureaux de l’hôtel régional que des agents régionaux bénévoles ont travaillé à assembler des kits à destination des professionnels de la santé, mais aussi à remplir à la main des petites fioles de gel désinfectant et à découper les pièces de masques en tissus qui seront ensuite assemblées, selon un protocole réglementaire, par Les Textiles de Charlieu.

"L'HÔTEL DE RÉGION, UN GIGANTESQUE ATELIER"

"L’hôtel de Région ressemblait à un gigantesque atelier" note le "Dauphiné".

Et Laurent Wauquiez a déjà annoncé la prochaine étape : trouver le plus possible de masques en tissus pour les donner aux policiers, aux gendarmes et aux pompiers.

JB BARBIER FOURNIT 30 000 CHARLOTTES, 25 000 SUR CHAUSSURES

De son côté Jean-Pierre Barbier, Président du Département a utilisé les collèges pour stocker du matériel utile : en coordination avec l'ARS ce sont près de 30 000 charlottes, 25 000 sur chaussures et 3 500 kits visiteurs qui ont été relis aux CHU de l'Isère. Il mobilise des imprimantes en 3 D pour aider le CHU, il a livré des plateaux-repas aux Ephad pour assurer le service des repas dans les chambres.

A GRENOBLE LES MÉDECINS LANCENT UN APPEL à SE PROTÉGER

Cette mobilisation fait plaisir voir. A Grenoble, autour du Dr Didier Legeais, les médecins lancent des appels à se protéger. En opposition avec Olivier Véran qui avait annoncé que les "masques sont inutiles". On a vu aussi des éboueurs, des policiers municipaux sans masques.

INCIDENTS à L'ESPLANADE DIMANCHE MATIN

Selon des témoins il y avait jusqu'à 400 personnes vers 10 h dimanche matin au marché de l'estacade et y a eu des bousculades, certains en venant aux mains. La municipalité n'avait pas anticipé cette fréquentation. La police municipale a du intervenir en masse et demeurer présente afin d'organiser les déplacements, les distances ... mais un peu tard.

PLACE DOYEN GOSSE : AUCUN ACCOMPAGNEMENT PUBLIC

La place Doyen Gosse est transformée en cour des miracles pour la distribution des repas organisée par les bénévoles du Sacré Coeur. Il n'y a aucun accompagnement public mis en place par la municipalité pour informer sur les gestes barrière.

LES LABORATOIRES AUTORISÉS à EFFECTUER des TESTS

Au lieu d'être un centre d'impulsion et d'action, l'hôtel de ville est aux abonnés absents. Pourtant à partir d'aujourd'hui lundi les laboratoires de ville sont autorisés à effectuer des tests de dépistage du coronavirus.

E.PIOLLE AURAIT PU IMPULSER, INFORMER 

On aurait pu imaginer qu'Eric Piolle s'organise pour les faciliter, voire les impulser avec les laboratoires privés. Une vaste information devrait être mise à la disposition des Grenoblois qui sont en attente des tests. La Métro de Christophe Ferrari est tout autant en panne. Nos élus locaux sont toujours noyés dans leur bureaucratie et jamais à la hauteur des évènements.

BEAUCOUP DE PAROLES, PEU D'ACTES

Au fur et à mesure que passent les jours de confinement et de pandémie on retrouve toujours les mêmes ingrédients avec la municipalité Piolle : beaucoup de paroles et de principes affichés. Très peu d'actes concrets avec effets réels qui représenteraient un apport spécifique, original et particulier de l'exécutif grenoblois. La crise le confirme. De nouveaux grenoblois vont peut être ouvrir les yeux ?

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *