LA DÉLINQUANCE S’ÉTEND AUX SUPÉRETTES

La délinquance grenobloise n'est toujours pas confinée. De plus en plus de gérants de supérettes sont victimes des voyous. Vols d'argent, vols de marchandises, bd Foch, Bd Vallier, avenue des Martyrs, il y a une véritable explosion des vols à l'étalage.

"EN SE SERVANT à L’ÉTALAGE"

Parfois même au sens propre. En se servant dans l'étalage extérieur et en partant avec la marchandise comme en témoignent plusieurs commerçants. "Une véritable explosion" explique un gérant au Dauphiné (4/3/20) .

"ON ME VOLE DES PRODUITS DE LUXE..."

Qui ajoute : « Et ce n’est pas l’œuvre de gens qui ont faim parce que ce ne sont pas des produits de première nécessité que l’on me vole mais des bouteilles de champagne et autres produits de luxe. Lorsqu’on vole dans mes rayons, c’est moi qu’on vole ! C’est mon salaire que l’on ampute. Et j’ai quatre gamins ! Moi aussi j’ai besoin de vivre. On fait l’effort de travailler et de rester ouvert malgré les risques pendant le confinement pour rendre service aux gens et voilà comment on est remercié 

PAS DE LIEN AVEC LA PAUVRETÉ

Il est bon que ce soit précisé en direction de ceux qui veulent toujours excuser la délinquance par la pauvreté. Il ne s'agit pas de cela. Rappelons que la solidarité joue à plein en ce moment et que les entreprises et les commerces y participent fortement. S'ajoutent les distributions quotidiennes de repas -7 jours sur 7- à tous ceux qui le demandent comme cela se fait à la paroisse du Sacré Coeur (place Doyen Gosse) ou les files d'attentes sont bien remplies.

"ILS NOUS INSULTENT ET NOUS AGRESSENT"

Non. Il s'agit d'autre chose. De la gangrène grenobloise qui est le fond de sauce de la ville qui vole désormais sans se cacher car elle se sait chez elle. "Il n'est par rare qu'ils nous insultent ou nous agressent" ajoute-il encore.

En ces temps de confinement la police demande de porter plainte par internet et traitera le problème après la crise.... C'est dire le dénuement des victimes.

LES IMAGES VIDÉO DES VOLEURS EN ACTION

Certains ont affiché sur leurs vitrines les images vidéo des voleurs en action. Un bon moyen de les dénoncer. Evidemment le procédé étant contestable, elles ont été retirées mais on comprend la colère de ceux qui travaillent et doivent affronter cette délinquance au quotidien.

LA GRATUITÉ DANS LES TRANSPORTS : DÉLINQUANCE ACCRUE

Avant même le confinement une supérette Casino de l'avenue Alsace Lorraine avait du fermer victime des voleurs quotidiens. Elle a été réouverte depuis.

On le sait les incivilités dans les transports en communs du fait de l'instauration de la gratuité pour tous ont considérablement augmenté les incivilités et les chauffeurs se plaignent d'avoir à affronter cette situation.

DES TRANSPORTS EN COMMUNS INFRÉQUENTABLES?

Nous avons reçu une vidéo qui montre un "jeune" qui se masturbe avec ostentation dans le tram le 23 mars dernier et nous cherchons à vérifier s'il s'agit bien d'un tram grenoblois comme on nous l'indique. Si les faits étaient avérés ils montreraient à nouveau que la gratuité totale aurait des conséquences négatives considérables en l'état de l'agglomération.

Les transports en communs risqueraient de devenir infréquentables du fait du niveau d'insécurité et de peuplement dans les ghettos volontairement constitués par les élus actuels.

ALLIES-ALPINS : LES VOITURES ABANDONNÉES S'ENTASSENT

Mais on nous signale aussi les voitures abandonnées qui s'entassent, signalées depuis des semaines et jamais emportées à la fourrière : rue Marquian (quartier Alliés-Alpins) un habitant nous adresse les photos. Il craint qu'elles ne soient brûlées un de ces jours en embrasant toutes les autres. Cette impéritie dans toute prévention et prise en compte des demandes des habitants demeurent. Ces voitures abandonnées et (ou) brûlées sont aussi le thermomètre de la température grenobloise

SÉCURISER SPÉCIALEMENT LES COMMERCES

Pendant la crise les fondamentaux de la politique municipale demeurent. Ils se révèlent même. Dès le début Alain Carignon avait demandé à Eric Piolle de sécuriser spécialement les commerces avec la police municipale.

Si l'immense majorité des Grenoblois suit les consignes de confinement, respecte tous ceux qui oeuvrent au quotidien pour assurer la continuité des services à la population, n'en demeure pas moins qu'une partie de la ville habituée à l'impunité ne baisse pas la tête. Au contraire.

E.PIOLLE N'A PAS BOUGÉ D'UN IOTA

Sur cette problématique grenobloise de la sécurité -comme sur la propreté- Eric Piolle n'a pas bougé d'un iota malgré les demandes et propositions de l'opposition. A l'issue on ne sait pas dans quel état sortira Grenoble.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *